Asie : les marchés hésitent à suivre Wall Street

Asie : les marchés hésitent à suivre Wall Street
Après une période d'hésitation, les bourses asiatiques repartent à la hausse, à l'exception de l'indice Nikkei.

Boursier.com, publié le mercredi 01 juillet 2020 à 07h37

La tendance est hésitante sur les places financières de la zone Asie-Pacifique, malgré la nouvelle progression de Wall Street hier soir, qui a bouclé son meilleur trimestre boursier depuis plus de 20 ans, propulsé par l'espoir d'une reprise économique rapide après la levée des mesures de confinement prises face à la crise du Covid-19... Ce matin , la bourse de Tokyo perd 0,9%, Hong Kong glisse de 0,1%, Seoul est stable mais Shanghai et Taiwan montent de 0,8%. Sydney s'adjuge 0,3%, tout comme Bombay.
A la clôture, le Dow Jones a encore gagné hier soir 0,85% à 25.812 points, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 1,54% à 3.100 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a grimpé de 1,87% à 10.058 pts.

Le meilleur trimestre depuis plusieurs décennies

Sur le deuxième trimestre 2020, le Dow Jones a rebondi de 17,7%, le S&P 500 a repris 20% et le Nasdaq a flambé de 30,5%, signant même plusieurs records historiques en juin. En mars, les indices américains s'étaient effondrés de l'ordre de 35% sous l'effet de la crise du coronavirus, avant de rebondir vivement après l'annonce de plans de soutien massifs de la Réserve fédérale et de l'Etat américain...
Pour le DJIA, il s'agit du meilleur trimestre depuis... 1987, tandis que le S&P 500 n'a pas fait mieux depuis 1998 et que le Nasdaq affiche son meilleur score trimestriel depuis 2001. Seul bémol à ce tableau : l'essentiel de la hausse a été acquise sur les deux premiers mois du trimestre, les dernières semaines ayant été plus indécises en raison d'une brusque remontée des cas de Covid-19 aux Etats-Unis et dans d'autres pays (Brésil, Inde...)

Depuis le début de l'année, le DJIA cède encore malgré tout 9,5%, le S&P 500 perd 4%, mais le Nasdaq progresse de plus de 12%, soutenu par les Gafam et autres technologiques, ainsi que les valeurs de santé, dont les activités ont été peu ou pas affectées par la crise sanitaire. A noter que cette semaine boursière sera écourtée, les marchés étant fermés vendredi pour le week-end de la Fête de l'Indépendance américaine, le 4 juillet.

Covid-19 : Jerome Powell met en garde contre la "complaisance"

Dans son intervention devant la commission des Finances de la chambre des représentants hier, le président de la Fed Jerome Powell a souligné que la réouverture de l'économie US était intervenue plus rapidement que la banque centrale l'avait anticipé, entraînant un rebond plus rapide que prévu de l'activité... Mais il a mis en garde contre la complaisance en la matière : "ce rebond de l'activité est le bienvenu mais il présente de nouveaux défis, à commencer par la nécessité d'empêcher la transmission du virus", a-t-il estimé. Il a aussi répété que l'avenir de l'économie est "extraordinairement incertain" et qu'il dépendra de la capacité des Etats-Unis à contrôler l'épidémie.

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin s'est montré plus optimiste sur les perspectives économiques, en mettant l'accent sur le rebond attendu de la croissance au second semestre. "Nous sommes bien placés pour la reprise parce que l'administration Trump a travaillé avec le Congrès sur une base bipartisane pour adopter en un temps record une loi qui fournit de la liquidité aux travailleurs et aux marchés". M. Mnuchin a indiqué que des négociations se tiendraient en juillet en vue d'adopter de nouvelles mesures de soutien budgétaire. M. Powell a appelé le gouvernement à cibler ces mesures pour venir en aide aux secteurs les plus touchés, comme les transports et la distribution non alimentaire.
Ces propos interviennent alors que le nombre de nouveaux cas de coronavirus a franchi des records ces derniers jours aux Etats-Unis, notamment dans les Etats du Sud et de l'Ouest. Au Texas notamment, les services de santé sont proches de la saturation, tandis que la situation est difficile en Floride, en Arizona et en Californie. 16 Etats sur 50 ont dû ralentir ou interrompre la réouverture de leurs économies face à la flambée de nouveaux cas de Covid-19.

Bientôt 100.000 cas par jour aux USA, si rien n'est fait ?

De son côté, le professeur Anthony Fauci a été auditionné mardi devant une commission du Sénat, où il a estimé que l'épidémie continuera de s'aggraver si les Etats ne renforcent pas leurs mesures de prévention. Le nombre d'infections pourrait alors passer d'environ 40.000 par jour actuellement à 100.000 si rien n'est fait, a ajouté le Pr Fauci... Il a aussi souligné que de nombreux Etats ont rouvert trop rapidement leurs activités et que les citoyens n'ont pas respecté les règles de distanciation sociale indispensables pour empêcher la contagion du virus.
Le coronavirus a désormais fait plus de 126.000 décès aux Etats-Unis pour plus de 2,6 millions de cas. Au niveau mondial, plus de 10,3 millions de personnes ont été infectées par le Covid-19 et plus de 507.000 sont décédées, selon les statistiques de l'université américaine Johns Hopkins.

La Chine retrouve de la croissance

Sur le plan macro-économique, les dernières statistiques en provenance de Chine ont montré que la 2e économie mondiale continue de se remettre de la crise du Covid-19, malgré la résurgence de foyers dans la capitale Pékin au mois de juin. L'indice PMI manufacturier officiel chinois a ainsi progressé légèrement en juin à 50,9 contre 50,6 en mai. L'indice PMI des services a de son côté progressé à 54,4 contre 53,6. Supérieurs à 50, ces indices témoignent d'une expansion de l'économie chinoise.

Par ailleurs, certaines tensions entre Pékin et Washington sont remontées au sujet de la situation de Hong Kong, où la Chine a imposé mardi sa loi de sécurité nationale qui restreint les libertés d'expression dans l'ancienne colonie britannique. Pour protester contre la reprise en mains du territoire par Pékin, Washington a annoncé lundi mettre fin à ses exportations de matériel de défense sensible vers Hong Kong. Ce à quoi Pékin a répliqué qu'il y aurait "des représailles" à cette décision...
"Les Etats-Unis ne parviendront jamais à entraver les efforts de la Chine pour faire progresser la législation hongkongaise en matière de sécurité nationale", a notamment affirmé Zhao Lijian, porte-parole de la diplomatie chinoise.

Par ailleurs, les relations entre les Etats-Unis et l'Union européenne pourraient pâtir de la décision de Bruxelles de ne pas autoriser à ce stade les Américains à voyager en Europe en raison de la situation sanitaire dégradée outre-Atlantique. Les Etats membres de l'UE ont ainsi approuvé une liste composée de 14 pays où les voyages d'affaires et d'agrément seront autorisés dès mercredi, mais dont les USA sont exclus. L'euro campe ce matin sur les 1,12/$, tandis que le Brent progresse à 41,70$ le baril. L'or campe proche de la barre des 1.800$, à 1.793$ l'once.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.