Asie : les marchés temporisent

Asie : les marchés temporisent©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 27 mai 2020 à 07h28

Les places de la zone Asie/Pacifique temporisent ce mercredi matin après leur récent rebond. La Bourse de Tokyo remonte malgré tout encore de 0,7% après l'annonce d'un nouveau plan de relance au Japon. Taiwan progresse plus timidement de 0,1% avec Sydney et Seoul. Shanghai recule de 0,1% et Hong Kong glisse de 0,6% dans un contexte politique toujours aussi tendu.

Le Japon va donc mettre sur pied un nouvel ensemble budgétaire à hauteur de 1.100 milliards de dollars (1.003 milliards d'euros), qui comprendra une part importante de dépenses, pour atténuer les dégâts économiques provoqués par l'épidémie de coronavirus, selon un projet de budget que l'agence Reuters a pu consulter. Ce plan de relance, qui sera en partie financé par un second budget additionnel pour l'exercice fiscal actuel débuté en avril, viendra s'ajouter à l'ensemble budgétaire de 1.100 milliards de dollars déjà déployé en avril pour faire face à l'impact de la crise sanitaire. La réponse économique apportée par Tokyo à la crise actuelle sera ainsi portée au total à 234.000 milliards de yens - soit près de 40% du produit intérieur brut (PIB) du Japon. Le plan de relance de 117.000 milliards de yens que le gouvernement compte valider ce mercredi comprendra 33.000 milliards de yens de dépenses directes, selon le document consulté par Reuters.

Hier soir, la Bourse de New York a rouvert en hausse prudente sur le Nasdaq et plus franche sur le DJ et le S&P500, de retour d'un long week-end de trois jours, les investisseurs anticipant un redémarrage rapide de l'économie face à l'essoufflement de la pandémie de coronavirus dans de nombreux pays, en particulier en Europe et aux Etats-Unis. Le regain de tensions géopolitiques entre les Etats-Unis et la Chine demeure donc pour l'instant au second plan dans l'esprit des opérateurs. A la clôture, l'indice Dow Jones a progressé de 2,17% à 24.995 points, grâce au rebond de secteurs qui avaient été massacrés ces dernières semaines comme l'aérien, tandis que l'indice large S&P 500 a grimpé de 1,23% à 2.991 pts. A noter que le DJIA n'est pas parvenu à clôturer au-dessus des 25.000 pts, ni le S&P 500 au-dessus des 3.000 points, des seuils pourtant franchis longuement en séance. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a gagné plus modestement 0,17% à 9.340 pts après avoir surperformé les autres indices ces dernières semaines. La semaine passée, les trois indices américains avaient progressé de 3,3% pour le DJIA, de 3,2% pour le S&P 500 et de 3,4% pour le Nasdaq. Les marchés US étaient fermé lundi pour Memorial Day.

Les économies mondiales poursuivent leur déconfinement

L'optimisme ambiant repose donc sur la réouverture progressive des économies mondiales, que ce soit aux Etats-Unis, en Europe et en Asie, alors que la vague de Covid-19 semble désormais se concentrer sur l'Amérique latine.
Le patron de la Réserve fédérale de Saint-Louis, James Bullard, a estimé que le taux de chômage pourrait retomber sous le seuil des 10% aux Etats-Unis dès la fin de l'année 2020, après avoir atteint un pic lié aux mesures de confinement prises pour juguler la pandémie de coronavirus. Dans un entretien mardi avec la chaîne 'Fox Business Network', Bullard a souligné que les économistes attendaient une chute historique de 40% du PIB en rythme annuel au 2e trimestre aux Etats-Unis. Mais il a estimé qu'"après le pire trimestre de l'histoire, le 3e trimestre sera très probablement le meilleur trimestre de tous les temps du point de vue de la croissance".

Banques centrales et gouvernements toujours en soutien

Alors que les Etats américains réduisent progressivement leurs mesures de restriction, de nombreux autres pays redémarrent leurs économies après des semaines de paralysie... L'état d'urgence a été levé au Japon, donnant le coup d'envoi du redémarrage économique.

Les banques centrales et les gouvernements continuent par ailleurs de soutenir les économies à travers le monde. Au Japon, le Premier ministre Shinzo Abe a présenté hier un nouveau plan de soutien de 100.000 Mds de yens (environ 930 Mds$), qui intègre notamment la distribution de 100.000 yens (925$) à chaque Japonais, afin de relancer la consommation. En Chine, la banque centrale a de son côté promis d'augmenter son soutien et de mener des efforts accrus pour abaisser les taux d'intérêts.

La crainte d'une nouvelle "guerre froide" entre Washington et Pékin

Pour l'instant, les espoirs d'une reprise économique et d'un reflux de la pandémie de Covid-19 l'emportent sur les risques d'une nouvelle guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.
Dimanche, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison blanche, Robert O'Brien, avait déclaré que la nouvelle législation de sécurité nationale imposée par la Chine à Hong Kong pourrait conduire à des sanctions américaines et menacer le statut de centre financier de ce territoire autonome. Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a répliqué lundi que la Chine prendrait des contre-mesures si les Etats-Unis persistaient à porter atteinte à ses intérêts à Hong Kong. Selon lui, les Etats-Unis tentent de nuire à la sécurité nationale de la Chine.

La Chine et les Etats-Unis sont "au bord d'une nouvelle Guerre froide", a même averti le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, déplorant le regain de tensions avec Washington autour de l'épidémie de Covid-19.

Face aux espoirs de reprise économique, le pétrole est reparti à la hausse. Le baril de brut léger américain WTI pour livraison juillet a gagné 3% à 34,15$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord d'échéance juillet a pris 1,8% à 36,10$. De son côté, l'or a pâti du retour de l'appétit du risque sur les marchés financiers. Le contrat à terme de juin est retombé sous le seuil des 1.700$ l'once à 1.695$. Le métal jaune progresse encore de plus de 11% depuis le début de l'année. L'euro reste ferme sous la barre des 1,10/$ à 1,0955/$ entre banques.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.