Atos : acteur majeur sur les technologies quantiques

Atos : acteur majeur sur les technologies quantiques
Le logo Atos lors de la présentation d'un nouveau supercalculateur Bull.

Boursier.com, publié le jeudi 21 janvier 2021 à 12h51

Atos se félicite ce jour de l'initiative du gouvernement français et de sa participation au développement de la stratégie nationale sur les technologies quantiques, annoncée par Emmanuel Macron. Fort de son expertise "unique en Europe" et de technologies innovantes comme l'Atos Quantum Learning Machine, simulateur quantique le plus puissant au monde, Atos collabore déjà étroitement avec des acteurs nationaux comme le GENCI (Grand Equipement National de Calcul) et le CEA, ou encore la start-up Pasqal. La stratégie nationale quantique offre aujourd'hui à Atos l'opportunité d'accélérer son programme Atos Quantum et de renforcer sa contribution à l'écosystème quantique français, dans l'optique d'offrir à ses clients les premiers bénéfices du calcul quantique dans l'ère du NISQ (Noisy Intermediate-Scale Quantum).

Atos se félicite ce jour de l'initiative du gouvernement français et de sa participation au développement de la stratégie nationale sur les technologies quantiques, annoncée par Emmanuel Macron. Fort de son expertise "unique en Europe" et de technologies innovantes comme l'Atos Quantum Learning Machine, simulateur quantique le plus puissant au monde, Atos collabore déjà étroitement avec des acteurs nationaux comme le GENCI (Grand Equipement National de Calcul) et le CEA, ou encore la start-up Pasqal. La stratégie nationale quantique offre aujourd'hui à Atos l'opportunité d'accélérer son programme Atos Quantum et de renforcer sa contribution à l'écosystème quantique français, dans l'optique d'offrir à ses clients les premiers bénéfices du calcul quantique dans l'ère du NISQ (Noisy Intermediate-Scale Quantum).

La contribution d'Atos portera sur quatre domaines :
- Le développement de simulateurs et accélérateurs NISQ intégrés dans des plateformes de calcul haute performance hybrides : capitalisant sur l'Atos QLM et sur son savoir-faire dans le calcul haute performance, Atos s'est fixé pour objectif de fournir un accélérateur quantique connecté à un supercalculateur dès 2023. D'autre part, l'innovation en calcul quantique n'est pas le seul fait du matériel mais aussi du logiciel. Cette orientation est privilégiée par Atos via la plateforme de simulation et de développement logiciel quantique Atos QLM.
- La cryptographie post-quantique : Atos travaille déjà à l'intégration d'algorithmes post-quantiques dans ses équipements de cybersécurité. Ses travaux en la matière vont permettre d'accélérer encore les développements nécessaires afin de préparer dès maintenant les implémentations matérielles des futurs standards post-quantiques.
- Coopération internationale : Atos a fait de la coopération avec les futurs utilisateurs industriels une priorité de son programme Atos Quantum. Le Groupe collabore à de nombreux travaux académiques, notamment avec l'Institut d'Optique et l'INRIA. En parallèle, son expertise et l'Atos QLM contribuent à plusieurs programmes européens, notamment le projet NEASQC (NExt ApplicationS of Quantum Computing). Dans le cadre de la stratégie nationale quantique, Atos entend mettre à profit l'expérience acquise pour favoriser les interactions entre académiques, fournisseurs de technologie et utilisateurs.
- Benchmarking : l'émergence rapide de nouvelles technologies et approches de programmation quantique est essentielle au développement du secteur, mais également source de complexité pour les organisations qui souhaiteraient investir.

Atos s'est doté d'un Conseil scientifique dédié au Quantum, dont les membres sont Alain Aspect, Professeur à l'Institut d'Optique et à l'École Polytechnique, David DiVincenzo, Professeur à l'Université Alexander von Humboldt et Directeur de l'Institut de Nanoélectronique Théorique au Centre de recherche de Jülich, Artur Ekert, Professeur de physique quantique à l'Institut de Mathématiques rattaché à l'Université d'Oxford et anciennement Directeur du Centre de Technologies Quantiques de Singapour, Daniel Estève, Directeur de recherche, CEA Saclay, Directeur de Quantronics, et enfin Serge Haroche, Professeur émérite au Collège de France, Prix Nobel de physique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.