Atos et la blockchain agricole !

Atos et la blockchain agricole !
Le logo Atos lors de la présentation d'un nouveau supercalculateur Bull.

Boursier.com, publié le mercredi 07 mars 2018 à 14h51

Atos s'associe à l'Acta - les instituts techniques agricoles pour le développement de la blockchain dans l'agriculture à travers un livre blanc, publié à l'occasion du Salon International de l'Agriculture.

Face aux défis actuels du monde de l'agriculture et de l'agroalimentaire, la blockchain - popularisée grâce à son utilisation pour les échanges de cryptomonnaies comme le Bitcoin - "concilie désormais exigences économiques, environnementales et sociétales permettant de renforcer la confiance au sein des différentes filières agricoles, jusqu'au client final", selon Atos.

A l'occasion du Salon International de l'Agriculture, Atos et le réseau Numérique & Agriculture de l'Acta-les instituts techniques agricoles partagent leur vision d'une agriculture fondée sur les données et la confiance, dans le livre blanc 'La blockchain dans le monde agricole : quels usages pour quels bénéfices ? - Vers l'agriculture de confiance'.

Rédigé sur la base d'interviews de personnalités de l'écosystème agricole et d'acteurs du numérique, le livre blanc aborde les questions majeures de la transformation numérique multi-acteurs et expose les tendances clés pour le secteur agricole.

Particulièrement adaptée au modèle français, très fragmenté et très structuré, la blockchain "permet de fédérer des acteurs au sein d'un écosystème valorisant leurs savoir-faire respectifs".

S'appuyant sur les meilleures pratiques identifiées, Atos et l'Acta-les instituts techniques agricoles présentent ainsi dans leur livre blanc des applications concrètes ou potentielles s'appuyant sur des démarches initiées par différents acteurs du monde agricole :

- Le projet 'Vignes et gel' démontre la possibilité d'automatiser l'exécution d'un contrat d'assurance grâce à la blockchain et aux smart-contracts ;

- Un projet muti-partenarial piloté par ARVALIS-Institut du végétal étudie la possibilité de recourir à la blockchain pour favoriser un partage maîtrisé des données agricoles ;

- Une approche innovante de la traçabilité du producteur au consommateur, testée par une grande coopérative agricole utilisant une plateforme numérique, qui pourrait bénéficier de l'apport de la blockchain ;

- Une plateforme associative, pilotée par une gouvernance distribuée, utilisée pour surveiller et améliorer la qualité des produits de la filière céréalière.

Aux défis actuels du monde agricole, le numérique apporte de nouvelles réponses permettant de concilier exigences économiques, environnementales et sociétales. La blockchain, en particulier, apparaît comme un outil privilégié en matière de traçabilité et de maîtrise de l'information.

Au coeur de cette mutation, Acta s'est associée à Atos pour faire mieux connaître cette technologie et en développer les usages au travers de ce livre blanc.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Atos et la blockchain agricole !
  • avatar
    ajlbn -

    référence à l'article : A l'Assemblée, les Insoumis mettent à l'affiche leurs propositions
    Statut : refusé Il y a 4 heures
    Que de haines contre la France Insoumise! Du moins de la part des tenants du libéralisme, de la mondialisation sans contrainte, des serviteurs du patronat, et des soutiens à une politique de casse du tissu social, et industrieux, de la Nation! Les cellules de réponses formatées sont à la manœuvre. Les propositions de ce mouvement, et de la vraie gauche, sont de bon sens, et ont le soutien d'une large part de l'opinion. Mais le réflexe de caste fait que tous les amendements sont rejetés. Il faut laminer l'opposition, comme le pouvoir a voulu détruire les syndicats! Ce n'est plus la démocratie, c'est le mépris pour une partie non neutre de la représentation nationale, et pour ceux , majoritaires, de fait, qui n'ont pas voté Macron, ou qui ont voté contre la châtelaine Le Pen.
    124- fois censuré-repassé

    ORANGE a "gelé" le sujet impossible de déposer une réaction ou un commentaire, le nombre de réactions à cet article a disparu de l'affichage - Et c'est comme par hasard le seul sujet "bloqué". Surement un problème technique que j'ai signalé (sans réponse) ou une nouvelle forme de censure? Déjà passé, censuré et repassé 124 fois!