Atos : une affaire de déclarations de seuils bien étrange

Atos : une affaire de déclarations de seuils bien étrange
Le logo Atos lors de la présentation d'un nouveau supercalculateur Bull.

Boursier.com, publié le jeudi 03 juin 2021 à 11h14

Drôle d'affaire autour d'Atos. La société de services numériques, qui doit déjà gérer des problèmes d'"erreurs comptables" dans deux de ses filiales américaines, s'est cette fois retrouvée sous le feu des projecteurs après qu'un nouvel actionnaire eut déclaré à l'AMF détenir plus de 5% du capital du groupe. Intrigué par cet investisseur, Atos avait alors saisi l'AMF concernant l'identité de ce dernier.

Drôle d'affaire autour d'Atos. La société de services numériques, qui doit déjà gérer des problèmes d'"erreurs comptables" dans deux de ses filiales américaines, s'est cette fois retrouvée sous le feu des projecteurs après qu'un nouvel actionnaire eut déclaré à l'AMF détenir plus de 5% du capital du groupe. Intrigué par cet investisseur, Atos avait alors saisi l'AMF concernant l'identité de ce dernier.

Selon un avis publié le 17 mai par l'AMF, la société Finsur, basée dans l'Etat du Delaware et présentée comme appartenant à Dylan Dariah, a déclaré détenir 5,08% du capital d'Atos, une participation qui en faisait l'un de ses principaux actionnaires. Le 21 mai, le gendarme boursier a fait savoir que Finsur était repassé sous le seuil de 5%, avec 4,23% du capital.

Dans un courrier reçu hier par l'intermédiaire de son avocat, Monsieur Dylan Dariah a finalement informé l'AMF que ces déclarations de franchissements de seuils effectuées les 17 et 21 mai et publiées par le régulateur "ne correspondent à aucune réalité". Reste désormais à savoir pourquoi et comment ces déclarations ont-elles pu être réalisées.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.