ATR grogne contre ses actionnaires

ATR grogne contre ses actionnaires©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 14 novembre 2017 à 14h12

Il y a de l'agacement chez Christian Scherer, le patron d'ATR, le numéro un mondial des avions de transport de passagers à hélices. Depuis le salon aéronautique de Dubaï, le dirigeant de l'entreprise codétenue par Airbus et Leonardo a laissé entendre que les lignes doivent bouger pour relancer le développement de la société. Le dénouement de la coentreprise par échange d'actifs, véritable serpent de mer du marché, ne semble plus d'actualité, estime le dirigeant. Pendant longtemps, il a en effet été question d'un apport par Airbus de ses 50% dans ATR en échange de la remise par Leonardo de ses parts dans le missilier MBDA, une autre coentreprise. Scherer aimerait avoir d'autres actionnaires qui apportent des technologies et des capacités, afin de développer un avion à hélices de 90 à 100 places. Ce projet nécessite le feu vert des deux actionnaires : si l'Italien semble disposer à le lancer, le Français préférerait attendre. Le dirigeant souhaite qu'ATR devienne une entreprise normale, maîtresse de son destin. Et pense que l'entrée de nouveaux actionnaires dans le tour de table pourrait y participer.

ATR, installé à Toulouse, a été créée en 1981. La société est détenue à parité par Airbus et Leonardo. Elle emploie 1.300 personnes dans le monde.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - ATR grogne contre ses actionnaires
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    et puisque ça censure de l'autre côté

    référence à l'article :

    Macron: la radicalisation "s'est installée parce que la République a démissionné"
    Statut : refusé
    Il y a 8 minutes
    le 14 11 2017 à 13 59

    D'ailleurs je pense que l'on peut même ajouter : et que les contribuables ont payé " de la solidarité" ..... une chance pour la France !
    ...qui entretient ce beau système intact depuis des décennies !