Automobile : le déclin du marché européen ralentit en juin, la France se distingue

Automobile : le déclin du marché européen ralentit en juin, la France se distingue
Concept-car Clio RS 16

Boursier.com, publié le jeudi 16 juillet 2020 à 08h08

Le déclin des ventes de voitures neuves ralentit quelque peu dans l'Union Européenne. Selon les données de l'Association des constructeurs automobiles européens, les immatriculations de voitures particulières neuves se sont élevées à 949.722 unités en juin, en baisse de 22,3% sur un an. Ce repli marque une amélioration par rapport à la chute de 52,3% observée en mai. Bien que les concessionnaires aient rouvert leurs portes après la levée des mesures de confinement, la demande des consommateurs ne s'est pas totalement redressée le mois dernier, souligne l'ACEA.

Tous les marchés de l'Union européenne ont continué à afficher des baisses importantes en juin, la France (+1,2%) étant la seule exception à la règle. Cette dernière s'explique par les nouvelles mesures d'incitation visant à stimuler les ventes de véhicules à faibles émissions qui ont été introduites par le gouvernement français au début du mois de juin. En ce qui concerne les autres grands marchés automobiles, l'Espagne (-36,7%), l'Allemagne (-32,3%) et l'Italie (-23,1%) ont tous enregistré des baisses à deux chiffres le mois dernier.

Au niveau des constructeurs, Renault (-15,7%) s'en est mieux sorti que Groupe PSA (-28,3%) le mois passé, tandis que chez les groupes étrangers, Toyota (-16,2%), Daimler (-16%) et BMW (-18,9%) ont réalisé les meilleures performances.

Sur l'ensemble du premier semestre 2020, la demande de voitures particulières neuves dans l'UE s'est contractée de 38,1%, résultat de quatre mois consécutifs de baisse sans précédent dans la région. Parmi les quatre principaux marchés du Vieux continent, l'Espagne a connu la plus forte baisse (-50,9%) jusqu'à présent cette année, suivie par l'Italie (-46,1%), la France (-38,6%) et l'Allemagne (-34,5%).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.