Automobile : Volkswagen défie Tesla et flambe à Francfort

Automobile : Volkswagen défie Tesla et flambe à Francfort©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 17 mars 2021 à 20h50

L'action Volkswagen a bondi mercredi de 15,8% à la Bourse de Francfort, terminant à 308,80$, portant sa flambée à 29% en 3 séances, après que le groupe a affiché ses ambitions de devenir le leader mondial des véhicules électriques. Le titre VW a bondi de 200% depuis un an, effaçant l'impact de la crise du "dieselgate", qui avait ébranlé le groupe en 2015-2016.

L'action Volkswagen a bondi mercredi de 15,8% à la Bourse de Francfort, terminant à 308,80$, portant sa flambée à 29% en 3 séances, après que le groupe a affiché ses ambitions de devenir le leader mondial des véhicules électriques. Le titre VW a bondi de 200% depuis un an, effaçant l'impact de la crise du "dieselgate", qui avait ébranlé le groupe en 2015-2016.

Le constructeur automobile allemand a confirmé mardi ses prévisions d'activité optimistes pour 2021, et a affiché ses ambitions dans les véhicules électriques, où il vise à détrôner l'américain Tesla. Lundi, le groupe allemand a annoncé son intention de construire en Europe six usines de production batteries pour véhicules électriques d'ici à 2030, afin de sécuriser ses approvisionnements et abaisser ses coûts.

Dépasser Tesla au plus tard en 2025 ?

Le deuxième constructeur automobile mondial derrière le japonais Toyota, a d'une part satisfait les marchés en confirmant s'attendre à une nette reprise de ses ventes en 2021, et prévoit une marge opérationnelle dans la fourchette haute de ses prévisions (5% à 6,5%). D'autre part, VW relève le défi de l'américain Tesla, actuel leader mondial des véhicules électriques, un marché encore naissant mais désormais appelé à exploser dans les décennies à venir.

VW a affirmé mardi vouloir vendre en 2021 un million de voitures électrifiées, ajoutant qu'il vise à dominer ce marché "au plus tard" en 2025. Il y a un peu plus d'un an, le patron de Volkswagen, Herbert Diess, avait déclaré dans un vibrant discours devant les hauts responsables du groupe que la compagnie devait se transformer d'urgence si elle ne voulait pas vivre une déconvenue telle que Nokia a subie dans les téléphones mobiles...

Evoquant la montée en puissance de Tesla, il avait estimé que "l'ère des constructeurs traditionnels est terminée" et que "la grande question est : allons-nous assez vite ? Si nous continuons au rythme actuel, ce sera très difficile".

Un an plus tard, le groupe a donc passé la surmultipliée, au point que les analystes d'UBS ont récemment estimé dans une note à leurs clients que dans les années à venir, le marché mondial de l'"EV" (véhicule électrique) sera bel et bien dominé par Tesla et Volkswagen, qui devraient se partager la part du lion. Le 2 mars, UBS a relevé son objectif de cours pour VW de 200 à 300 euros.

Réduire les coûts de production

Volkswagen, qui envisagerait par ailleurs de supprimer 4.000 à 5.000 emplois en Allemagne (sur un total de 300.000), entend produire avec ces six usines 80% de ses batteries en interne d'ici 2030, alors qu'il est actuellement dépendant des fournisseurs asiatiques LG Chem, Samsung, SKI et CATL. En produisant des batteries identiques pour tous ses véhicules, VW compte faire des économies d'échelle et réduire de moitié les coûts de production pour les modèles d'entrée de base, a estimé Herbert Diess.

Le dirigeant a ajouté que "la voiture électrique a gagné la course. Nous devons sécuriser la pole position dans la ruée mondiale vers les batteries". Le groupe basé à de Wolfsburg affiche un objectif de vente de 26 millions de voitures électriques d'ici à 2030.

L'investissement avoisinerait les 29 milliards de dollars, selon les estimations de BloombergNEF. Les usines, qui seront construites en partenariat, visent une capacité de production de 240 gigawattheures par an, a précisé Volkswagen.

Un réseau de 18.000 bornes de recharge en Europe

Par ailleurs, Volkswagen (qui possède les marques Volkswagen, Audi et Porsche) a annoncé un projet d'installation de 18.000 bornes à charge rapide d'ici 2025 en Europe. Ce réseau européen sera développé en partenariat avec les énergéticiens britanniques BP, espagnol Iberdrola et italien Enel.

Pour les batteries, Volkswagen prévoyait jusqu'ici deux usines de production, à Salzgitter en Allemagne et à Skelleftea en Suède, en partenariat avec une start-up suédoise Northvolt, fondée par des anciens de Tesla. VW va accroître sa part de 20% dans le site suédois et Northvolt a annoncé lundi avoir reçu une commande de plus de 14 milliards de dollars (11,7 milliards d'euros) sur 10 ans de la part de son allié allemand. A Salzgitter, VW va racheter à Northvolt ses parts et détiendra le site à 100%.

Pour les quatre autres usines, le choix des sites n'est pas encore arrêté, l'une d'entre elles pouvant être "en Espagne, au Portugal ou en France... Des discussions sont en cours", a indiqué Thomas Schmall, directeur de la technologie du groupe, qui est à la recherche de partenaire pour ces investissements.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.