Axa se paie l'américain XL Group et fait chuter le CAC40

Axa se paie l'américain XL Group et fait chuter le CAC40
Axa logo immeuble assureur assurance

Boursier.com, publié le lundi 05 mars 2018 à 09h09

Axa réalise ce matin une opération de croissance externe majeure aux Etats-Unis en rachetant XL Group pour 15,3 milliards de dollars en numéraire (environ 12,4 milliards d'euros). Cette transaction a été validée par les conseils d'administration des deux sociétés. Elle entraîne aussi un bouleversement de la stratégie du groupe en Amérique du Nord. Axa a ouvert en forte baisse, de plus de 6% à 22,55 euros, dans de gros volumes. L'assureur a même provoqué une forte baisse du CAC40, qui aurait dû ouvrir proche de l'équilibre. "Thomas Buberl tourne définitivement la page Henri de Castries", écrit ce matin Bryan Garnier, acheteur avec un objectif de 30,50 euros. Le rééquilibrage des activités est "une bonne chose en soi", estime l'analyste, qui a une petite idée sur les raisons de la pression exercée sur l'action, car s'il estime que la transaction est positive, il faut noter que la moitié du financement dépend du processus d'entrée en bourse de la filiale américaine, ce qui pourrait rendre nerveux certains investisseurs, dans la mesure où Axa se place dans une sorte de position de vendeur forcé.

Pour le géant français de l'assurance, XL est un renforcement dans l'assurance dommage des entreprises, dont le groupe prend le leadership mondial. Immatriculé aux Bermudes mais considéré comme un acteur américain, XL a dégagé 15 Mds$ de primes en 2017. Il passe pour être un acteur moderne et agile, proposant des solutions innovantes. Fort de 7.400 salariés, XL opère en Amérique du Nord, en Europe, sur le marché du Lloyd's et dans la région Asie-Pacifique. XL pèse 11,12 Mds$ actuellement en bourse. L'offre d'Axa représente une prime de 33%, soit une proposition à 57,60$ par action.

Accélération dans la rotation des activités américaines

En parallèle, Axa prévoit de revoir sa stratégie vis à vis de ses activités américaines existantes et prévoit d'accélérer son désengagement. L'introduction en bourse de la filiale américaine se confirme donc, tandis que d'autres cessions sont envisagées. Ces opérations et la transaction du jour permettraient d'orienter Axa davantage vers les produits de marges techniques, moins sensibles aux marchés financiers. Le profil de risque du futur Groupe Axa sera fortement rééquilibré vers les risques assurantiels, avec une plus faible exposition aux risques financiers, souligne le directeur général, Thomas Buberl. L'opération devrait être finalisée au second semestre 2018. L'assureur attend un retour sur investissement de 10%.

Le financement de la transaction sera réalisé via les 3,5 MdsE de trésorerie du groupe et les 6 MdsE liés à l'introduction en bourse des activités américaines et aux cessions projetées. Le dispositif sera complété par 3 MdsE de dette subordonnée. Un prêt relais de 9 MdsE a été mise en place en parallèle. Le ratio d'endettement estimé à 32%fin 2018 sur cette base. L'objectif est revenir à 28% sous deux ans. Le ratio de solvabilité II est estimé dans la fourchette de 190% à 200% à fin 2018.

Ce weekend, Bloomberg avait annoncé qu'Axa était en pôle-position pour réaliser cette opération, devant son grand rival Allianz.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Axa se paie l'américain XL Group et fait chuter le CAC40
  • avatar
    ABH -

    L'assureur AXA, c'est des investissements dans le charbon, les mines à fragmentation et les bombes anti personnel. Pour l'assureur AXA, on est d'abord axien avant d'être Français, ne vous demandez pas ce qui est bon pour votre pays, m'est ce qui l'est pour AXA.
    Ex employé de ce groupe licenciée en maladie après 10 ans d'ancienneté, seule avec 2 enfants en bas âge, grève de la faim et menace de me retirer mes enfants pour me faire taire. Sur mon profil Facebook agnes hillaire, tout cela et bien d'autre témoignages sur l'éthique et la déontologie de ce groupe d'assurance. Pour le président fondateur d'AXA, l'assurance c'est un beau métier, un métier d'homme qui repose sur la solidarité humaine...L'actuel Ministre des finances et bien d'autres, m'ont apporté leurs soutiens.