Balyo : encore du potentiel, pour Natixis

Balyo : encore du potentiel, pour Natixis©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 20 novembre 2017 à 11h22

Suite à sa troisième conférence Midcaps qui a réuni le jeudi 16 novembre dernier des dirigeants de 71 sociétés et 250 investisseurs institutionnels, Natixis procède à l'ajustement de son scénario sur Balyo, un titre qu'il valorise à présent 7,90 euros contre 7,30 euros précédemment. Pour le bureau de recherche, qui a rencontré le PDG Fabien Bardinet et le directeur financier Stanislas Piot, le rythme des prises de commandes de Balyo valide la trajectoire de croissance décrite lors de l'IPO. Il sécurise l'objectif de chiffre d'affaires de 15 ME en 2017 et augure un bon début d'année 2018. Au chapitre de la rentabilité, le broker attend toujours des comptes s'approchant du point mort en 2018, en dépit d'Opex plus élevés qu'attendu dont les principales retombées se retrouveront dans le développement de la 'top line'. "Nous continuons de penser que Balyo est une histoire attractive à moyen terme pour jouer l'exécution d'une start-up ayant déjà fait la preuve de la pertinence de son concept", conclut Natixis, toujours à l'achat sur le dossier.

Fabien Bardinet
(
CEO
),
Stanislas Piot

(CFO)

 
1 commentaire - Balyo : encore du potentiel, pour Natixis
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    Encore de la censure, toujours de la censure injustifiée sur le forum orange
    et bien puisque dans cette rubrique " finance" il semblerait qu'il y ait un bug .....


    référence à l'article :

    Olivier Rouquan : « Il y a un doute sur la capacité d'En marche à tenir sa promesse de régénération démocratique »
    Statut : refusé
    Il y a 13 minutes
    le 20 11 2017 à 10 30

    ca va bien au delà de ça, c'est tout l'édifice actuel qui est construit sur autre chose que la Démocratie.

    Quelques exemples pour illustrer le propos : Les Français n'ont pas voulu de LE MAIRE, Macrfon l'impose !
    Les Français n'ont pas voulu de JUPPE Macron tente de l'imposer,

    Les français sont appelés à critiquer l'élection du représentant des Républicains car il refuserait de se confronter devant des journalistes fonctionnaires de l'audiovisuel piblic à ses collègues...et non seulement le représentant de LREM est seul à se présenter mais de plus on nous explique aujourd'hui qu'il est normal qu'il reste ministre pour toucher un salaire puisque LREM ne veut le payer ;

    Et si ce n'est suffisant pour comprendre le sens que donne Macron au mot démocratie, il suffira d'interroger les démissionnaires de LREM, ils ont certainement des choses à dire, mais comme pour le reste l'audiovisuel en mal de subventions va bien se garder de faire " des compléments d'enquêtes"

    et on pourra bien entendu ajouter la censure qui sévit : un journaliste Suisse plcé en garde à vue car il indiquait que les Alpes semblaient être une passoire en terme d'immigration,

    Mais s'il faut d'autre exemple : il suffit de demander à orange de les apporter !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]