Banque : le secteur grimpe dans le sillage des rendements obligataires

Banque : le secteur grimpe dans le sillage des rendements obligataires
Banque BNP Paribas logo

Boursier.com, publié le jeudi 18 mars 2021 à 14h49

La nouvelle hausse des taux obligataires entretient la bonne dynamique du compartiment bancaire de ce début d'année à l'image de la Société Générale qui s'adjuge 3,1% à 22,7 euros, en tête du CAC40. La banque de la Défense est suivie de près par le Credit Agricole (+2%) et BNP Paribas (+1,5%). Malgré le ton 'dovish' de la Banque centrale américaine hier soir, la tension reste palpable sur le marché de la dette d'Etat à l'instar du rendement du dix ans américain qui se tend de 9,4 points à 1,74%, au plus haut depuis janvier 2020. Le taux du T-Bond à 30 ans a lui franchi la barre des 2,5% pour la première fois depuis août 2019 avant de reculer légèrement, à 2,476% actuellement.

La nouvelle hausse des taux obligataires entretient la bonne dynamique du compartiment bancaire de ce début d'année à l'image de la Société Générale qui s'adjuge 3,1% à 22,7 euros, en tête du CAC40. La banque de la Défense est suivie de près par le Credit Agricole (+2%) et BNP Paribas (+1,5%). Malgré le ton 'dovish' de la Banque centrale américaine hier soir, la tension reste palpable sur le marché de la dette d'Etat à l'instar du rendement du dix ans américain qui se tend de 9,4 points à 1,74%, au plus haut depuis janvier 2020. Le taux du T-Bond à 30 ans a lui franchi la barre des 2,5% pour la première fois depuis août 2019 avant de reculer légèrement, à 2,476% actuellement.

La volonté apparente de la Réserve fédérale de continuer à soutenir l'économie et de la laisser tourner à plein régime avant de durcir sa politique a encouragé les paris sur une accélération de la croissance et de l'inflation, propulsant les attentes du marché en matière de pression sur les prix à des niveaux records sur plusieurs années. "À en juger par la hausse des rendements jeudi matin, les marchés financiers craignent que la Fed soit trop détendue face aux risques de surchauffe de l'économie et d'inflation galopante", estime Silvia Dall'Angelo, économiste senior chez Federated Hermes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.