Barclays confiant sur le pétrole et Total

Barclays confiant sur le pétrole et Total
2 - Venezuela. Seul pays d'Amérique du Sud figurant dans la liste des pays les plus riches en pétrole, Caracas dispose de réserves estimées à 211,2 millions de barils. Sa production a atteint 2,50 millions de barils par jour ...

Boursier.com, publié le jeudi 05 juillet 2018 à 11h48

Dans une étude publiée ce jour, Barclays se penche sur les perspectives du secteur pétrolier en centrant son attention sur les tensions qui se font jour actuellement sur l'offre. "Pour la première fois en trois ans, les débats portent sur la faiblesse des capacités (dans l'industrie des hydrocarbures)", constate le broker qui attribue la remontée récente du pétrole au recul de la production en Lybie et au Venezuela, ainsi qu'à la réintroduction de sanctions à l'encontre de l'Iran.

Cela pousse Barclays à revoir son scénario sur le brut en retenant un prix moyen de 80 dollars le baril sur la période 2019-2020.

Pic sur le pétrole éphémère

Malgré tout, le bureau de recherche britannique pense que cette remontée de l'or noir est conjoncturelle. Il garde d'ailleurs sa projection de 65 dollars le baril sur le long terme dans le cadre de son évaluation des valeurs du secteur. Barclays profite cependant de l'occasion pour ajuster en hausse quelques objectifs, dont celui de Total qui passe de 65 à 66 euros avec une opinion maintenue à "surpondérer".

Effet d'aubaine pour les majors

Le courtier considère en effet que les compagnies intégrées vont profiter de l'effet d'aubaine induit par les niveaux élevés du pétrole sur les deux prochaines années pour accélérer le remboursement de leurs dettes et améliorer la rétribution des actionnaires avec les flux de trésorerie excédentaires. Les investissements resteront ainsi sur des seuils bas.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU