Bayer plombé par les brokers, après la condamnation sur le Roundup

Bayer plombé par les brokers, après la condamnation sur le Roundup©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 15 août 2018 à 14h16

Le titre Bayer, qui avait déjà perdu un dixième de sa valeur lundi suite à la condamnation de Monsanto aux USA concernant le Roundup, poursuit sa descente aux enfers en bourse ce mercredi. Il cède près de 4% supplémentaires et retombe au plus bas de cinq ans, après une nouvelle dégradation de courtier. Jefferies vient de revoir son conseil d'achat à 'conserver', ajustant son objectif de cours en forte baisse à 92 euros. Pour résumer, le broker ne voit pas beaucoup d'espoir à court terme pour la valeur, qui risque de connaître une période de passage à vide. Hier, Citigroup avait déjà dégradé la valeur d'achat à 'neutre', fixant un objectif de 93 euros.

Le titre s'était effondré lundi sur la place allemande, suite au jugement rendu sur le Roundup de Monsanto aux Etats-Unis. Le colosse allemand Bayer avait bouclé en juin le rachat de l'Américain Monsanto dans le cadre d'une opération d'un montant de 63 milliards de dollars dette comprise.

Un jury de Californie de San Francisco a estimé en fin de semaine dernière, après une longue délibération, que le fameux désherbant Roundup de Monsanto était la cause du cancer développé par un jardinier. Ainsi, l'entité Monsanto désormais rattachée à Bayer a été condamnée à verser 289 millions de dollars de dommages à Dewayne Johnson. La victime recevra 250 M$ de dommages punitifs et 39 M$ de dommages compensatoires. Les ennuis pourraient ne faire que commencer pour Bayer, puisque la liste est longue des plaintes de ce genre visant Monsanto. L'agence Reuters évoque ainsi plus de 5.000 procédures comparables actuellement examinées, uniquement aux Etats-Unis. Dans son jugement, le jury californien estime que Monsanto a failli à son devoir en omettant de prévenir les utilisateurs des risques du Roundup en matière de santé.

Évidemment, Monsanto fera appel de cette décision. Le groupe met en avant les centaines d'études (près de 800) soutenant le fait que le glyphosate ne provoque pas de cancer. Malgré ce jugement historique, Bayer estime donc ne pas être responsable du cancer de l'agent d'entretien... "Nous ferons appel de cette décision et continuerons à défendre ce produit avec vigueur", a assuré Monsanto, mettant en avant les 40 ans d'histoire du produit.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU