Bayer poursuit son rebond

Bayer poursuit son rebond©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 21 août 2018 à 11h38

Attaqué la semaine dernière dans la foulée de la condamnation de Monsanto dans l'affaire du Roundup aux Etats-Unis, Bayer, a amorcé un rebond récent en Bourse qui se prolonge ce mardi à 82,80 euros, en hausse de 2,5%, aidé cette fois par Berenberg qui est passé de 'conserver' à 'acheter' sur le groupe allemand, malgré un objectif de cours ajusté 118 à 113 Euros qui reste donc largement supérieur au cours coté.
Hier, le titre avait déjà reçu le soutien du Crédit Suisse qui a repris le suivi du dossier avec un avis à 'surperformance' en ciblant un cours de 95 Euros.

Le titre était tombé au plus bas depuis 5 ans la semaine passée, après une nouvelle dégradation de courtier, Jefferies ayant revu son conseil d'achat à 'conserver', tout en ajustant son objectif de cours en baisse à 92 euros. Auparavant, Citigroup avait déjà dégradé la valeur d'achat à 'neutre', fixant un objectif à 93 euros. Des cours cibles qui restent cependant toujours nettement supérieurs aux cours cotés actuellement...

Jugement rendu

La valeur s'était effondrée lundi dernier, suite au jugement rendu sur le Roundup très défavorable à Monsanto aux Etats-Unis. Un jury de Californie de San Francisco a en effet jugé après une longue délibération, que le désherbant Roundup de Monsanto était bien la cause du cancer développé par un jardinier d'entretien... Ainsi, l'entité Monsanto désormais rattachée à Bayer a été condamnée à verser 289 millions de dollars de dommages à Dewayne Johnson. La victime recevra 250 M$ de dommages punitifs et 39 M$ de dommages compensatoires...
Les ennuis pourraient ne faire que commencer pour Bayer, puisque la liste des plaintes du même genre visant Monsanto est très longue, estimée à plus de 5.000 procédures comparables actuellement examinées, uniquement aux Etats-Unis ! Dans son jugement, le jury californien a estimé que Monsanto avait failli à son devoir en omettant de prévenir les utilisateurs des risques du Roundup en matière de santé...

Monsanto fera appel de cette décision. Le groupe met de son côté en avant les centaines d'études, près de 800, soutenant le fait que le glyphosate ne provoque pas de cancer. Malgré ce jugement historique, Bayer estime donc ne pas être responsable de la maladie de l'agent d'entretien... "Nous ferons appel de cette décision et continuerons à défendre ce produit avec vigueur", a assuré Monsanto. Rappelons que l'allemand Bayer a bouclé en juin dernier le rachat de l'Américain dans le cadre d'une opération d'un montant de 63 milliards de dollars dette comprise...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.