Bayer s'effondre en bourse après la condamnation sur le Roundup

Bayer s'effondre en bourse après la condamnation sur le Roundup©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 13 août 2018 à 12h37

Bayer plonge de 11% sur la place allemande ce lundi, sous haute pression suite au jugement rendu sur le Roundup de Monsanto aux Etats-Unis. Il faut rappeler bien évidemment que le colosse allemand avait bouclé en juin le rachat de l'Américain Monsanto dans le cadre d'une opération d'un montant de 63 milliards de dollars dette comprise.

Jugement historique

Un jury de Californie de San Francisco a estimé en fin de semaine dernière, après une longue délibération, que le fameux désherbant Roundup de Monsanto était la cause du cancer développé par un jardinier. Ainsi, l'entité Monsanto désormais rattachée à Bayer a été condamnée à verser 289 millions de dollars de dommages à Dewayne Johnson. La victime recevra 250 M$ de dommages punitifs et 39 M$ de dommages compensatoires.

Juste un début ?

La sanction financière est particulièrement conséquente. De plus, les ennuis pourraient ne faire que commencer pour Bayer, puisque la liste est longue des plaintes de ce genre visant Monsanto. L'agence Reuters évoque ainsi plus de 5.000 procédures comparables actuellement examinées, uniquement aux Etats-Unis. Dans son jugement, le jury californien estime que Monsanto a failli à son devoir en omettant de prévenir les utilisateurs des risques du Roundup en matière de santé.

Monsanto va faire appel

Évidemment, Monsanto fera appel de cette décision. Le groupe met en avant les centaines d'études (près de 800) soutenant le fait que le glyphosate ne provoque pas de cancer. Malgré ce jugement historique, Bayer estime donc ne pas être responsable du cancer de l'agent d'entretien... "Nous ferons appel de cette décision et continuerons à défendre ce produit avec vigueur", assure Monsanto, mettant en avant les 40 ans d'histoire du produit. Selon l'entité de Bayer, le produit reste "vital, efficace et sûr pour les agriculteurs et les autres".

Premier cas jugé

Le cas de Johnson, 46 ans, était le premier à être jugé, les docteurs estimant son décès proche. Il appliquait du Roundup 20 à 30 fois par an alors qu'il travaillait comme agent d'entretien dans un district scolaire proche de San Francisco. Il avait rapporté deux incidents durant lesquels il avait été aspergé avec le produit. En 2014, il avait été diagnostiqué d'un lymphome non hodgkinien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.