BCE : 'les risques sont devenus moins prononcés', selon Christine Lagarde

BCE : 'les risques sont devenus moins prononcés', selon Christine Lagarde
procès CJR décembre 2016

Boursier.com, publié le jeudi 23 janvier 2020 à 14h40

Christine Lagarde s'exprime devant la presse depuis 14H30 à la suite de la dernière décision de politique monétaire de la BCE. La présidente de la BCE explique que "les données reçues depuis notre dernière réunion sont conformes à notre scénario de base d'une croissance continue, mais modérée, de l'économie de la zone euro. La croissance de l'emploi et l'augmentation des salaires, bien qu'en ralentissement, continuent de soutenir la résilience de l'économie de la zone euro... " La faiblesse du secteur manufacturier reste en revanche un frein à la dynamique de croissance de la région.

"Si l'évolution de l'inflation reste globalement modérée, certains signes indiquent une augmentation modérée de l'inflation sous-jacente, conformément aux attentes", souligne la dirigeante.

"Les mesures de politique monétaire en cours favorisent des conditions de financement favorables pour tous les secteurs de l'économie. En particulier, des conditions d'emprunt plus faciles pour les entreprises et les ménages soutiennent les dépenses de consommation et les investissements des entreprises".

"Compte tenu des perspectives d'inflation toujours modérées, la politique monétaire doit rester très accommodante pendant une période prolongée pour soutenir les pressions inflationnistes sous-jacentes et l'évolution de l'inflation globale à moyen terme. Le Conseil des gouverneurs est prêt à adapter tous ses instruments, le cas échéant, pour faire en sorte que l'inflation se rapproche durablement de son objectif, conformément à son engagement en faveur de la symétrie. Nous suivrons de près l'évolution de l'inflation et l'impact des mesures de politique monétaire en cours sur l'économie. Notre 'forward guidance' garantira que les conditions financières s'adapteront en fonction de l'évolution des perspectives d'inflation", précise Christine Lagarde.

"Les risques entourant les perspectives de croissance de la zone euro, liés aux facteurs géopolitiques, à la montée du protectionnisme et aux vulnérabilités des marchés émergents, restent orientés à la baisse... mais les risques sont devenus moins prononcés, car une partie de l'incertitude entourant le commerce international se dissipe".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.