BCE : Mario Draghi répond aux attaques de Trump

BCE : Mario Draghi répond aux attaques de Trump©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 12 septembre 2019 à 14h54

Mario Draghi affirme que trois éléments ont motivé la décision du jour de la BCE : un ralentissement prolongé de l'économie, la persistance de risques à la baisse dans le commerce mondial, et la révision à la baisse des projections en matière d'inflation.

La majorité du Conseil était d'accord pour dire que les perspectives s'étaient détériorées. Le dirigeant note par ailleurs que s'il y avait des diversités de points de vue concernant le QE, le consensus était trop large pour qu'un vote ait lieu. Il affirme également avoir "la marge de manoeuvre nécessaire pour continuer longtemps le QE sans soulever la question des limites".

En matière d'inflation, Mario Draghi souligne que "les attentes d'inflation ne sont pas déréglées. Mais elles s'ancrent à nouveau à des niveaux qui ne sont pas compatibles avec notre objectif".

Le dirigeant remet également une couche sur les politiques budgétaire et fiscale attendues de la part des gouvernement européens : "il y a eu unanimité au sein du Conseil pour dire que la politique fiscale doit devenir l'instrument principal..."

Enfin, interrogé sur les attaques de Trump sur Twitter, le patron de l'Institution précise avoir "un mandat. Nous recherchons la stabilité des prix et nous ne visons pas de taux de change. Point final".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.