BCE : pas grand chose à attendre pour la 'der' de 'Super Mario'

BCE : pas grand chose à attendre pour la 'der' de 'Super Mario'©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 23 octobre 2019 à 14h26

La réunion de la Banque centrale européenne prévue demain sera, comme à l'accoutumée, surveillée de près par le marché. Elle aura toutefois une saveur particulière puisqu'il s'agira de la dernière dirigée par Mario Draghi après 8 ans de bons et loyaux services. Christine Lagarde entrera en effet en fonction le premier novembre. En attendant, aucune grosse annonce n'est attendue de la part de l'Institution européenne après les mesures dévoilées le mois dernier.

European leaders have formally appointed Christine @Lagarde as the next President of the ECB. Ms Lagarde will take office on 1 November. pic.twitter.com/zXQDuu16hZ
- European Central Bank (@ecb)

Eric Bourguignon, Directeur des activités sur titres pour compte de tiers de Swiss Life Asset Managers, affirme ainsi que ce rendez-vous sera probablement "une réunion de transition, une réunion d'adieu à un Président au bilan mitigé. Car si Mario Draghi a sauvé l'Euro et le système bancaire européen en pleine crise des dettes souveraines, il aura aussi échoué à ranimer l'inflation européenne tout en ayant conduit la politique monétaire dans des contrées dont elle aura toutes les peines du monde à s'extirper".

Un passage de témoin

Dans le même sens, Emmanuel Auboyneau, Gérant Associé d'Amplegest, évoque une réunion placée sous le signe du passage de témoin. "La formule "whatever it takes" restera comme l'emblème du mandat de 'Super Mario', et contribua, par sa portée, à sauver la zone euro lors de la crise de la dette en 2012. Pourtant, à la veille de son départ, beaucoup critiquent l'action de Mario Draghi et certains au sein même de la BCE. Ses détracteurs mettent en avant cette politique de l'argent facile qui encourage les pays en déficit budgétaire à ne pas se réformer. Ils doutent également de l'efficacité des mesures non conventionnelles sur la croissance de la zone euro et freinent des quatre fers face à l'éventualité de nouvelles mesures. Christine Lagarde devra tout à la fois gagner la confiance des membres de la BCE et s'évertuer à donner une image plus consensuelle de l'institution. Un pari qui n'est pas gagné d'avance..."

Une réunion "dans le calme"

First State Investments s'attend également "à ce que la dernière réunion de M. Draghi à la tête de la BCE se déroule dans le calme, sans modification des taux d'intérêt. Les données économiques continuent de montrer la faiblesse sous-jacente de la zone euro, et la société de gestion d'actifs estime que la BCE va réaffirmer que les risques sont toujours orientés à la baisse. La nouvelle présidente, Mme Lagarde, hérite du défi de convaincre des pays comme l'Allemagne et les Pays-Bas d'aider les perspectives de croissance par le biais de politiques budgétaires plutôt que de compter uniquement sur la politique monétaire".

"Un exercice d'explication et de légitimation de sa politique"

"Mario Draghi devrait se livrer à un exercice d'explication et de légitimation de sa politique dans un contexte de dissension interne inédit", explique enfin Franck Dixmier, directeur des gestions obligataires chez Allianz GI. "Il devrait notamment réitérer que la Banque centrale conserve encore des marges de manoeuvre en cas de dégradation supplémentaire de l'économie ou de pressions à la baisse de l'inflation, notamment via les montants d'achats d'actifs et leurs paramètres".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.