BCE : "S'il faut faire plus, nous ferons plus", déclare Christine Lagarde

BCE : "S'il faut faire plus, nous ferons plus", déclare Christine Lagarde©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 19 octobre 2020 à 21h03

La Banque centrale européenne est prête à aller plus loin. Alors que la crise sanitaire s'intensifie à nouveau sur le Vieux continent, l'Institution basée à Francfort pourrait renforcer son action pour faire face à une éventuelle dégradation de la conjoncture liée au renforcement des mesures pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Dans un entretien accordé au quotidien 'Le Monde' paru lundi, Christine Lagarde a affirmé : "après le rebond observé cet été, la reprise était inégale, incertaine et incomplète. Elle risque désormais de s'essouffler. Nous serons très attentifs aux indicateurs tout au long de l'automne".

Tandis que les nouvelles prévisions de la BCE sont attendues pour décembre, la dirigeante affirme : "nous n'avons pas épuisé toutes les possibilités de notre boîte à outils. S'il faut faire plus, nous ferons plus".

"Crucial" pour l'Europe de mettre en oeuvre son plan de relance

En outre, la présidente de la BCE a jugé "crucial" pour le continent européen que le plan de relance européen doté de 750 milliards d'euros "soit un succès". Dans le cas contraire, "nous aurons raté une occasion historique de changer la donne", a-t-elle mis en garde.

"S'il (le plan de relance : ndlr) n'est pas ciblé, s'il se perd dans des dédales administratifs et n'irrigue pas l'économie réelle pour orienter nos pays vers le numérique et le vert, nous aurons raté une occasion historique de changer la donne", a-t-elle insisté.

Elle a estimé que le calendrier de versement des sommes début 2021 "doit absolument être tenu". "La balle est dans le camp des États, qui doivent présenter leurs plans de relance - certains sont déjà prêts -, et de la Commission, qui devra les passer au crible rapidement. Les responsables politiques devront aussi aller vite, notamment les parlements nationaux pour adopter les dispositifs", a poursuivi Mme Lagarde.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.