Bénéteau : coup de bambou après l'avertissement

Bénéteau : coup de bambou après l'avertissement
Bateau Glastron, RecBoat

Boursier.com, publié le mercredi 11 juillet 2018 à 15h05

L'avertissement sur résultats de Bénéteau n'est pas passé inaperçu. Le titre du plaisancier plonge désormais de plus de 17% à 13,5 euros, signant sa plus forte baisse depuis plus de deux ans. Les volumes sont pour le moins conséquents avec près de 570.000 pièces déjà négociées, soit environ 0,69% du tour de table, contre une moyenne quotidienne d'environ 100.000 titres sur les trois derniers mois.

Le plaisancier anticipe désormais sur l'ensemble de son exercice une progression de son chiffre d'affaires global de l'ordre de +7% à +8% à taux de change constant. Le résultat opérationnel courant est attendu lui aussi en progression de +7 à +8% à taux de change constant tout en intégrant l'effet de 5,5 millions d'euros de la participation au bénéfice des salariés de la principale filiale du Groupe, pour la première fois depuis 2009. Le management visait fin avril une hausse de ses revenus de l'ordre de +8% à +10% avec un résultat opérationnel courant en progression de +10% à +12%.

Bénéteau explique cet avertissement par le ralentissement des prises de commandes pour le segment grands yachts, "qui sont en retrait de l'ordre de 20 millions d'euros par rapport à l'objectif annuel" et par l'adoption récente de droits de douane au Canada et en Union européenne qui pénalise les ventes à l'export de ses marques américaines. Le groupe met aussi en avant l'arrêt de la construction de navires professionnels en raison de la faible rentabilité de cette activité.

Suite à cette annonce, Kepler Cheuvreux abaisse sa cible de 24 à 22 euros mais reste 'acheteur' de la valeur. Le broker évoque des ventes décevantes au troisième trimestre mais note que la confirmation des objectifs pour l'exercice 2019-2020 laisse un potentiel attrayant de hausse sur les ventes et les marges. "Ceci étant dit, la guerre commerciale en cours devrait continuer à peser sur le sentiment des investisseurs à l'égard des entreprises exportatrices dans les prochains mois", souligne le courtier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.