Bic : le résultat net pdg du premier semestre s'établit à 22,1 ME

Bic : le résultat net pdg du premier semestre s'établit à 22,1 ME
Un stylo Crystal de Bic.

Boursier.com, publié le mercredi 29 juillet 2020 à 07h42

Le chiffre d'affaires du premier semestre de Bic s'est élevé à 775,8 millions d'euros, en baisse de 18,2% à base comparable. "Bien que les tendances de marché demeurent difficiles dans nos trois catégories, la performance du premier semestre a été significativement affectée par la rapide propagation de l'épidemie de COVID-19, dont l'impact sur le chiffre d'affaires du premier semestre est estimé entre 11 et 12 points à base comparable".

Au 1er semestre 2020, l'augmentation du résultat financier s'explique par l'impact plus favorable de la réévaluation des actifs financiers libellés en dollars US comparée à décembre 2019 (contre le BRL et MXN). Le résultat avant impôt du premier semestre 2020 était de 33,9 millions d'euros, contre 124,4 millions d'euros au S1 2019.
Le résultat net part du Groupe du premier semestre 2020 s'établit à 22,1 millions d'euros, comparé à 89,6 millions d'euros au S1 2019. Le résultat net part du Groupe normalisé, hors éléments non-récurrents et hors application de la norme IAS29 (impact de l'hyperinflation en Argentine), s'est établi à 84,0 millions d'euros comparé à 108,4 millions d'euros l'année dernière. Le taux effectif d'imposition était de 34,8%. Hors la dépréciation d'actifs Cello, le taux effectif d'impôt était de 28%.
Le bénéfice net Part du Groupe par action au premier semestre 2020 est en baisse de 75% et ressort à 0,49 euro, comparé à 1,99 euro au S1 2019.
Le bénéfice net Part du Groupe par action normalisé du premier semestre 2020 a baissé de 23% à 1,87 euro, comparé à 2,43 euros l'année dernière.

Fin juin 2020, la position nette de trésorerie s'élevait à 41,5 millions d'euros. "Nous avons procédé à un examen approfondi de nos capacités de financement et nous travaillons à la mise en place de lignes de crédit supplémentaires avec nos banques partenaires pour renforcer nos capacités de financement" commente la direction.

PERSPECTIVES POUR LE SECOND SEMESTRE ET L'ANNÉE 2020

"Bien que nous prévoyions une reprise graduelle au cours du second semestre, la visibilité sur les tendances du marché et les performances pour l'ensemble de l'année reste faible. D'ici la fin de l'année, la plupart des risques liés à l'épidémie resteront d'actualité :
-La baisse des dépenses de consommation et de la fréquentation en magasin affectera nos trois catégories.
-Le calendrier et les conditions de réouverture des écoles et des universités dans l'hémisphère Nord restent incertains et pourraient compromettre le succès de la prochaine saison de rentrée scolaire. La préparation des rentrées scolaires de l'hémisphère Sud pourrait reproduire celle de l'hémisphère Nord et donc impacter les plans des distributeurs.
-Une reprise lente de l'activité des entreprises affectera les "superstores" et les fournituristes de bureau.
-L'absence prolongée de reprise économique en Inde et en Amérique latine continuera à avoir un impact sur nos performances dans ces régions.

"Dans cet environnement difficile, nous continuerons à nous focaliser sur la génération de cash opérationnel et nous sommes en bonne voie pour réaliser les actions annoncées en mai pour atténuer l'impact de la crise par :
-la maîtrise des dépenses d'exploitation en investissant ce qu'il faut, où il faut. L'impact négatif de la baisse du chiffre d'affaires sur la marge d'exploitation normalisée sera partiellement compensé par 15 à 20 millions d'euros de réduction des dépenses d'exploitation,
-la réduction des stocks d'environ 15 à 30 millions d'euros par rapport à fin 2019. La prochaine rentrée scolaire sera déterminante pour atteindre cet objectif,
-la réduction des investissements industriels de 2020 à environ 80 millions d'euros" conclut le groupe Bic.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.