Bilan hebdo : la consolidation se poursuit...

Bilan hebdo : la consolidation se poursuit...
bourse
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 30 avril 2021 à 17h45

Le CAC40 a prolongé sa pause, en hausse de 0,2% à 6.269 pts sur la semaine, toujours proche de ses meilleurs niveaux depuis la fin de l'année 2000... Une consolidation légitime sur fond de publications des comptes trimestriels des groupes cotés qui se sont poursuivies à un rythme soutenu avec du bon (Bic, BNP Paribas) et du plus décevant (BioMérieux). Wall Street aussi reste proche de ses sommets, même si le marché américain éprouve le besoin de souffler, alors que les opérateurs ont dû digérer une actualité densément riche depuis lundi...

Le CAC40 a prolongé sa pause, en hausse de 0,2% à 6.269 pts sur la semaine, toujours proche de ses meilleurs niveaux depuis la fin de l'année 2000... Une consolidation légitime sur fond de publications des comptes trimestriels des groupes cotés qui se sont poursuivies à un rythme soutenu avec du bon (Bic, BNP Paribas) et du plus décevant (BioMérieux).
Wall Street aussi reste proche de ses sommets, même si le marché américain éprouve le besoin de souffler, alors que les opérateurs ont dû digérer une actualité densément riche depuis lundi...

ECO ET DEVISES

Les craintes relatives à une hausse plus marquée de l'inflation font leur retour dans les salles de marché après que l'indice des prix attaché aux dépenses de consommation personnelle, que la Réserve fédérale utilise officiellement pour son objectif de prix, eut augmenté de 2,3% en mars (sur un an), soit la plus forte hausse depuis 2018.
Malgré ces inquiétudes, le contexte reste porteur pour les marchés actions avec une Réserve Fédérale qui a réaffirmé mercredi son intention de soutenir à long terme la reprise économique, une croissance qui accélère avec la réouverture de l'économie et un plan de relance massif, une inflation qui reste, pour le moment, sous contrôle, et des entreprises qui profitent à plein de cet environnement... Le point noir est à chercher du côté de la pénurie mondiale de semi-conducteurs, dont les effets négatifs sont désormais clairement visibles au sein de plusieurs industries, automobile en tête.

Les opérateurs ont pris connaissance de nouveaux indicateurs de conjoncture solides aux Etats-Unis. Les revenus personnels des ménages pour le mois de mars se sont en effet envolés de 21,1% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de 20,3%, après une chute de 7% en février. Une hausse historique à relier à l'envoie des chèques aux particuliers dans le cadre de l'"American Rescue Act". Les dépenses personnelles de consommation ont quant à elles crû de 4,2% par rapport au mois précédent, contre +4,1% de consensus et -1% en février. Enfin, selon les données du gouvernement, l'indice ajusté des prix 'core PCE' a augmenté de 0,4% par rapport au mois antérieur, contre une hausse de 0,3% attendue, après un gain de 0,1% en février.
Du côté des changes, l'indice du dollar grignote 0,4% à 90,9 points face à un panier de devises, et l'euro recule de 0,3% face au billet vert à 1,2045$ dans les échanges interbancaires.
Les cours du brut consolident après avoir terminé au-dessus des 65$ pour la première fois depuis la mi-mars jeudi. L'optimisme sur la croissance de la demande de pétrole se heurte aux inquiétudes concernant l'impact de l'augmentation des cas de COVID-19 en Inde, au Japon et au Brésil. Le baril de brut léger américain WTI revient à 63,4$ sur le Nymex pour le contrat à terme de juin, et le Brent rend 2% à 67$ (contrat de juin).
Enfin, sur le marché des "cryptos", le bitcoin avance autour de 56.250$ sur la plateforme Bitfinex.

LES VALEURS

Valneva rebondit de 22%. Plusieurs Etats membres de l'Union européenne souhaitent que le bloc passe commande auprès de Valneva pour son candidat-vaccin contre le COVID-19 malgré l'échec des négociations récentes entre le laboratoire et l'exécutif européen selon l'agence Reuters.
Un porte-parole de la Commission européenne a déclaré la semaine dernière que la société française de biotechnologie n'avait pas rempli les conditions pour parvenir à un accord avec l'UE concernant la fourniture de doses de son vaccin.
L'UE a bouclé des discussions préliminaires avec la biotech en janvier pour la fourniture d'un maximum de 60 millions de doses de son candidat-vaccin, dont 30 millions en option.

Gensight : +16% avec Europcar et SMCP (+13%)

Nokia remonte de 13% aussi après des comptes encourageants suivi de DBV

Société Générale : +11% avec le reste du secteur bancaire Crédit Agricole (+6%) et BNP Paribas dans la foulée de ses bons trimestriels.

Technicolor : +10% avec Sword

Bic : +10% au plus haut depuis plus d'un an, tandis que les investisseurs continuent de saluer le très bon début d'exercice du fabricant de stylos, briquets et autres rasoirs... Au premier trimestre, le groupe a enregistré une marge opérationnelle ajustée de 14,7%, deux fois supérieure à son niveau de la même période de l'exercice précédent, pour des revenus en hausse de de 15,1% à 411 ME (+20,9% en comparable). Le bénéfice net a atteint 161,6 ME contre 25 ME un an auparavant...

Exel : +8% avec Stef, ADP, Gl Events et TechnipFMC

Quadient : +7% suivi de Klepierre, MdM, Guillemot et EDF sur la poursuite de la spéculation autour du dossier

CGG : +6% suivi de Eramet, Infotel, Vinci, Sopra, Verallia

A la baisse, BioMérieux retombe de 9%, alors que le spécialiste du diagnostic in vitro a fait état d'un chiffre d'affaires trimestriel de 845 millions d'euros, en croissance de 9,9%, globalement en ligne avec les attentes. En revanche, dans un contexte d'amélioration de la situation sanitaire aux États-Unis, qui conduit à une réduction de la demande pour les panels respiratoires de Biofire, le groupe a revu sa guidance semestrielle et annuelle à la baisse...
La progression des ventes au premier semestre est en effet maintenant estimée autour de 10%, à taux de change et périmètre constants. Dans un contexte très incertain et une évolution contrastée de la pandémie, la croissance organique des ventes pour l'année est de son côté désormais attendue de neutre à autour de 5%, contre une hausse de 5 à 8% visée précédemment. Malgré un degré d'incertitude élevé, l'objectif annuel de résultat courant contributif est maintenu...

Faurecia recule de 8% avec le reste du secteur automobile confronté à une pénurie mondiale de semi-conducteurs. Plastic Omnium cède 6% suivi de Michelin (-5%) et de Valeo. Stellantis perd 4% avec Renault.

Synergie : -5% suivi de Rexel, et Trigano

Vicat : -4% avec Schneider, Atos et STM.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.