Bilan hebdo : le CAC 40 progresse de 1,2%

Bilan hebdo : le CAC 40 progresse de 1,2%
bourse
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 19 février 2021 à 17h45

Le CAC40 a progressé cette semaine dans un marché qui a malgré tout semblé chercher un second souffle à l'approche des 5.800 pts, en hausse de 1,2% à 5.773 points. Les résultats d'entreprises sont ressortis globalement supérieurs aux attentes des analystes, même si quelques déceptions sont apparues au fil des nombreuses annonces de la semaine. Porté par l'optimisme croissant concernant la reprise de la demande de carburant, couplée à la réduction de l'offre des principaux producteurs de brut et la vague de froid qui frappe les Etats-Unis, le baril de pétrole brent s'est maintenu à haut niveau, à 64$ malgré quelques prises de profits en fin de semaine.

Le CAC40 a progressé cette semaine dans un marché qui a malgré tout semblé chercher un second souffle à l'approche des 5.800 pts, en hausse de 1,2% à 5.773 points. Les résultats d'entreprises sont ressortis globalement supérieurs aux attentes des analystes, même si quelques déceptions sont apparues au fil des nombreuses annonces de la semaine.
Porté par l'optimisme croissant concernant la reprise de la demande de carburant, couplée à la réduction de l'offre des principaux producteurs de brut et la vague de froid qui frappe les Etats-Unis, le baril de pétrole brent s'est maintenu à haut niveau, à 64$ malgré quelques prises de profits en fin de semaine.

Ailleurs, le marché américain a cédé à quelques prises de profits sur fond de déceptions sur les chiffres de l'emploi hebdomadaire US et de brusque remontée des taux d'intérêt. Le rendement du T-Bond à 10 ans reste proche de ses plus hauts niveaux d'un an en cette fin de semaine, autour des 1,30%, contre 0,9% fin 2020. Le marché obligataire anticipe un environnement plus inflationniste à mesure que l'économie se redressera, avec le soutien de la Fed et de Washington.
A ce sujet, Janet Yellen a déclaré qu'un important programme d'aide pour surmonter la crise liée au Covid-19 était toujours nécessaire pour une reprise économique complète aux États-Unis. La secrétaire au Trésor a ajouté qu'un plan de relance de 1.900 milliards de dollars pourrait aider le pays à retrouver le plein emploi d'ici un an...
L'euro est remonté sur les 1,21/$ entre banques.

LES VALEURS

2CRSI a grimpé de 25%. Le groupe a annoncé avoir conclu de nouveaux contrats avec le CERN, le plus grand centre de physique des particules du monde, pour la fourniture de milliers de serveurs de calcul équipés de processeurs AMD EPYC ainsi que de systèmes de stockage JBoD, afin de soutenir les derniers projets scientifiques de l'organisation.

Eramet a pris 23%. Plusieurs analystes ont revu leur copie à la suite des annonces de ses comptes, dont Oddo BHF qui a revalorisé le dossier de 60 à 75 euros en réitérant son avis 'surperformer'. Le broker estime que la situation financière et opérationnelle d'Eramet est stabilisée, que l'engagement des parties prenantes (SLN, Aubert & Duval) devrait se concrétiser, tandis que la remontée du cours du nickel et du manganèse est désormais tangible. La valorisation du groupe en termes de VE/EBITDA ressort à 2,9x 2022e (vs 5,6x en moyenne sur 10 ans).

Gl Events et SMCP remontent de 13% avec Odet et Europcar

Vivendi s'envole de 12% avec Bolloré, dans le sillage de l'annonce de la prochaine distribution d'une partie du capital d'UMG aux actionnaires et de la prochaine IPO du géant de la musique, considéré comme la pépite du groupe contrôlé par Vincent Bolloré.

Société Générale monte de 11% suivi de Elior et de Axway

Chargeurs grimpe de 10% après l'annonce de résultats 2020 records, marqués par un Chiffre d'affaires annuel de 822 ME, en croissance organique de 27,5% et un ROPA qui s'inscrit au plus haut historique à 79,3 ME, en hausse de 91,5% en 2020 par rapport à 2019. Le taux de marge du résultat opérationnel est à 9,6%. Le Résultat net part du groupe est ressorti à 41 ME, en hausse de 171,5%.
Après des résultats 2020 records, le groupe se fixe un objectif de 150 ME de ROPA à l'horizon 2025. Le nouveau plan "Leap Forward" jugé "ambitieux et réaliste", passe donc par les objectifs suivants à l'horizon 2025 : Un ROPA de 150 ME, dont 100 ME liés à la révélation de la "performance embarquée" des métiers et 50 ME liés à la poursuite de la stratégie de croissance externe et par le maintien d'un levier d'endettement faible.
Fort de l'excellente performance réalisée par le groupe en 2020 et de la confiance de la direction dans ses perspectives, le Conseil d'Administration a décidé de proposer à l'Assemblée Générale le versement d'un dividende d'un montant de 1,32 euro par action, en augmentation par rapport à 2019. Le groupe ayant déjà distribué un acompte sur dividende de 28 centimes par action en octobre dernier, il versera un solde de 1,04 euro, avec option de paiement en actions.
Parmi les derniers avis de brokers, Oddo BHF a rehaussé le curseur sur le dossier de 24 à 26 euros avec un avis à 'surperformer'.

Vallourec : +8% avec Groupe Gorgé et Xilam

M6 monte de 6% alors que la direction du groupe estime qu'un mouvement de consolidation dans les médias est indispensable pour faire face à la concurrence grandissante des GAFA

Casino : +6% avec Faurecia, Danone et Lagardere

Imerys : +5% avec Total et SoiTec

Hermes : +4%, porté par sa très solide performance trimestrielle. Le groupe a vu son chiffre d'affaires bondir de 15,6% (à taux de changes constants) au cours des trois derniers mois de l'année, en nette accélération par rapport à la hausse de 7% observée au troisième trimestre, et contre une hausse de 'seulement' 8,7% attendue par les analystes. La firme a bénéficié de la vigueur de la demande en Asie (+47%), qui a plus que compensé le recul observé dans les autres régions, et notamment en France.

AXA monte de 4% avec Crédit Agricole, Carrefour, BNP Paribas et Accor

A la baisse, TechnipFMC chute de 30% malgré la bonne tenue des cours du brut, dans la foulée de la scission de Technip Energies qui a eu lieu le 16 février. Technip Energies a d'ailleurs remporté un "méga contrat" de 13 Mds$ en compagnie de son partenaire japonais Chiyoda, au Qatar, pour augmenter de plus de 40% la production de gaz naturel liquéfié du pays.

Tarkett (-15%) a été durement sanctionné par le marché après être tombé dans le rouge l'an passé. Une chute qui semble sévère alors que les comptes 2020, bien que pénalisés par la crise, sont ressortis malgré tout supérieurs aux attentes des analystes. La prudence affichée par le management pour le nouvel exercice et le potentiel décalage d'un objectif de moyen terme semblent davantage retenir l'attention des investisseurs...

GTT : -13% dans le sillage de ses comptes, alors que le chiffre d'affaires du groupe s'est établi à 396,4 ME en 2020, par rapport à 288,2 ME en 2019, soit une hausse de 37,5% sur la période. En 2020, l'EBITDA a atteint 242,7 ME, en progression de 39,2% par rapport à 2019. Le résultat net est de 198,9 ME sur l'exercice 2020, en hausse de 38,7% par rapport à l'année précédente. Au 31 décembre 2020, GTT disposait d'une situation de trésorerie nette positive de 141,7 ME, en baisse de 16,1% par rapport au 31 décembre 2020. Dans un contexte d'accroissement de l'activité, cette diminution s'explique principalement par l'augmentation des dividendes payés, la croissance des dépenses d'investissements et l'augmentation du besoin en fond de roulement.
Le Conseil d'Administration du 18 février 2021, après avoir arrêté les comptes, a décidé de proposer la distribution d'un dividende de 4,29 Euros par action au titre de l'exercice 2020. GTT prévoit en 2021 un chiffre d'affaires de 285 à 315 ME, un EBITDA de 150 à 170 ME et un objectif de distribution, au titre de l'exercice 2021, d'un dividende correspondant à un taux minimum de distribution de 80% du résultat net consolidé... "Nous attendions un message prudent sur 2021 et des guidances inférieures au consensus, mais le niveau d'EBITDA est plus faible qu'anticipé pour 2021 comme 2020, conséquence des nombreux recrutements effectués" a commenté Portzamparc.

Guillemot recule de 10% avec Lectra et BioMerieux

Atari : -9% suivi de McPhy et de BigBen

Orpea cède 7% avec Navya et Icade

ADP : -5% avec Synergie, et Atos dans la foulée des comptes qui ont été mal reçus

EDF : -5%. Le groupe n'a pas été épargné par la crise. L'électricien national a vu son profit net fondre de 87,4% en 2020 à 650 millions d'euros pour un chiffre d'affaires en baisse de 3,2% à 69,03 MdsE (-3,4% en organique). L'EBITDA recule de 3,3% (-2,7% en organique) à 16,2 MdsE et le résultat net courant s'établit à 1,97 MdsE (-49,1%). Le consensus tablait sur un EBITDA de 16 MdsE pour des revenus de70,4 MdsE. Le cash-flow Groupe s'établit à -2,709 MdsE contre -825 ME à fin 2019 et l'endettement financier net s'élève à 42,290 MdsE à fin décembre 2020.

Renault : -4%. Malgré une seconde partie d'exercice mieux orientée, le constructeur a essuyé un déficit net record l'an passé à 8,05 milliards d'euros pour un chiffre d'affaires en repli de 21,7% à 43,5 milliards d'euros (-18,2% à taux de change comparables). La contribution des entreprises associées, longtemps une des recettes du succès passé de Renault, a pesé pour 5,14 milliards d'euros, reflet pour l'essentiel des pertes du partenaire japonais Nissan. Le consensus tablait sur une perte de 7,85 MdsE pour des revenus de 43,8 MdsE.
Le résultat d'exploitation est ressorti à -1,999 MdE, prenant en compte une hausse de près d'un milliard d'euros des charges liées au redressement de la compétitivité (restructuration et ajustements de valeur d'actifs). Le free cash-flow opérationnel de l'Automobile est négatif à hauteur de -4,55 MdE mais avec une contribution positive de 1,824 MdE au second semestre. Les ventes ont diminué de 21,3% à 2,95 millions de véhicules, mais de seulement 6,8% sur les six derniers mois de l'année tandis que le FCF de l'Automobile est positif à hauteur de 1,8 MdE sur ces 6 mois.

Kering (-4%). Le groupe a été secoué en Bourse de Paris, la faute à une fin d'année 2020 décevante... Le titre du groupe de luxe a décroché, alors que le grand concurrent de LVMH a vu ses ventes reculer de 5% en base comparable au cours des trois derniers mois de l'année, à 4 milliards d'euros, là où les analystes tablaient sur un repli limité à 0,8%...
Gucci, la marque phare de la société, a notamment accusé un repli de ses revenus de 10,3% (consensus de -7,3%) avec une baisse de -7,5% dans le réseau de magasins en propre. Bottega Veneta (+15,7%) et Yves Saint Laurent (+0,5%) se sont mieux comportés mais le consensus tablait sur des hausses plus marquées.

FDJ : -3% avec Ubisoft et Korian.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.