Bilan hebdo : le CAC40 cède 4,5%, les banques souffrent

Bilan hebdo : le CAC40 cède 4,5%, les banques souffrent©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 03 avril 2020 à 17h45

Nouvelle semaine de très forte volatilité pour le CAC40 qui a finalement rechuté de 4,5% sur 5 séances à 4.155 pts...
Wall Street aussi a nettement en fin de semaine, sur fond de contagion rapide du covid-19 aux Etats-Unis et d'aggravation spectaculaire du chômage. Les inquiétudes autour de la pandémie et ses conséquences autant sanitaires qu'économiques restent donc très fortes dans les salles de marché.

ECO ET DEVISES

Après l'annonce d'un doublement des inscriptions au chômage la semaine dernière, les chiffres mensuels de l'emploi américain promettaient le pire, même s'ils ne portent pas totalement la trace de la pandémie de coronavirus puisque l'enquête du Département américain au Travail a été réalisée avant que la majorité des mesures de confinement soient mises en place aux Etats-Unis. Il n'en reste pas moins que 701.000 emplois non-agricoles ont été détruits le mois dernier, un niveau nettement supérieur aux 100.000 éliminations d'emplois attendues par le consensus de place. Il s'agit des premières destructions de postes depuis 2010 aux Etats-Unis.

Le taux de chômage a de son côté bondi de 3,5% à 4,4%, contre 3,8% de consensus. Les suppressions d'emploi dans le privé sont ressorties au nombre de 713.000, contre -163.000 de consensus. Le taux de participation à la force de travail s'est établi à 62,7%, contre 63,3% attendu par le marché. Enfin, le salaire horaire moyen a augmenté de 3,1% en glissement annuel et +0,4% par rapport au mois antérieur.

Selon des prévisions publiées par le Congressional Budget Office (CBO) aux Etats-Unis, le taux de chômage dans le pays pourrait dépasser les 10% au deuxième trimestre et la contraction du PIB atteindre plus de 7% en conséquence de la pandémie. Les économistes de Bank of America estiment que près de 20 millions d'emplois pourraient être supprimés au cours des deux prochains mois en raison de l'épidémie, ce qui entraînerait un taux de chômage maximum de 15,6%. Toujours sur le front macroéconomique, les indices ISM et PMI des services du mois de mars seront dévoilés cet après-midi.

Le pétrole rebondit

Après être tombés sur des niveaux oubliés depuis 18 ans, les cours du brut ont nettement rebondi, sur les 33$ le Brent, dopés par l'espoir d'un accord entre pays producteurs et les dernières déclarations de Donald Trump, qui s'attend à un compromis sur la production entre la Russie et l'Arabie saoudite dans les prochains jours. Hier, le baril de Brent a pris jusqu'à 47% en séance, un record historique !
Selon 'Bloomberg', l'Opep+ organiserait une réunion 'en ligne' d'urgence lundi... L'agence, qui cite deux délégués du cartel, précise que le rendez-vous sera ouvert à tous les producteurs, et pas seulement aux membres de l'organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés habituels. La liste des participants est cruciale dans la mesure où l'Arabie Saoudite a clairement indiqué qu'elle ne réduira sa production que si d'autres pays, dont les États-Unis, assument une partie du fardeau.
Le dollar s'est redressé sur les devise, l'euro redescendant sur les 1,08/$ entre banques.

LES VALEURS

Abiva : +22% avec Adocia et Publicis qui rebondit

Innate : +17% suivi de Lumibird, Genfit, Atari et Bastide

CGG : +15% avec le pétrole, suivi de Vallourec (+11%) et TechnipFMC (+7%)

Arkema : +12% avec Valneva, Virbac, Onxeo, Ateme et AB Science

Lagardere : +9% suivi de Manitou, Argan et Air Liquide

Vivendi : +8%. Le groupe de divertissements a finalisé cette semaine la cession de 10% du capital d'Universal Music Group (UMG) à un consortium mené par Tencent, trois mois après l'accord signé le 31 décembre 2019, sur la base d'une valeur d'entreprise de 30 milliards d'euros pour 100% du capital d'UMG. Le consortium, mené par Tencent, comprenant Tencent Music Entertainmentet d'autres co-investisseurs financiers, a l'option d'acquérir, sur la même base de valorisation, jusqu'à 10% supplémentaire du capital d'UMG jusqu'au 15 janvier 2021.
Moody's a par ailleurs confirmé la note émetteur long terme du groupe à à 'Baa2' avec une perspective 'stable'... "La confirmation de la notation reflète notre conviction que, malgré la faiblesse attendue des performances opérationnelles due à une récession économique mondiale en 2020, le chiffre d'affaires de Vivendi va renouer avec la croissance et les paramètres de crédit seront de nouveau conformes à la catégorie de notation 'Baa2' en 2021, grâce aux fortes positions de la société dans ses principales divisions, en particulier Universal Music Group", explique l'agence.
Parmi les dernières notes d'analystes, HSBC cible désormais un cours de 27 euros, contre 29 euros auparavant et Goldman Sachs a réitéré son opinion 'acheter' avec une cible ajustée à 30,4 euros.

Carrefour : +7% avec Tarkett, Sanofi, Ubisoft et BioMerieux

A la baisse, les banques souffrent de nouveau avec Natixis (-5%) suivi de SG (-20%), BNP Paribas (17%) et Crédit Agricole (-13%) qui ont annoncé renoncer à distribuer un dividende.
Coface recule de 17% et CNP de 14%.

Airbus : -26% avec Safran du côté de l'aéronautique toujours en souffrance

Accor : -13% avec Capgemini et Nexity

Renault : -12% suivi de Valeo, Engie et Bouygues (-10%)

Vos réactions doivent respecter nos CGU.