Bilan hebdo : le CAC40 hésite

Bilan hebdo : le CAC40 hésite
bourse

Boursier.com, publié le vendredi 26 juin 2020 à 17h45

Le CAC40 a reperdu 1,4% cette semaine, de retour à 4.909 points ce vendredi soir dans un marché à la recherche d'une tendance de fond, toujours coiffé par la zone des 5.000 pts. Le décor reste identique aux semaines précédentes avec une économie qui (re)montre en puissance après sa mise à l'arrêt liée à la pandémie de Covid-19, mais une épidémie qui continue de faire des ravages aux Etats-Unis et en Amérique Latine. Face au rebond des contaminations, le gouverneur républicain du Texas a annoncé qu'il interrompait le processus de levée des restrictions dans son Etat, et a appelé les Texans a respecter les mesures barrières (masques, lavage des mains, distanciation). Parmi les sujets d'inquiétude, les capacités d'accueil en soins intensifs de la ville texane de Houston, qui sont désormais presque saturées.
Lors d'une conférence de presse, le Dr Robert Redfield, directeur du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), s'est dit "très inquiet de la situation qui pourrait survenir en automne, lorsque la grippe et le coronavirus seront présents simultanément". Il a appelé les Américains a respecter les mesures de distanciation sociale, notre "arme la plus puissante" et a prévenu que le CDC avait constaté que les formes graves du virus touchaient désormais des populations plus jeunes et pas seulement les plus de 65 ans. L'organisme a élargi sa liste des maladies qui rendent le Covid-19 encore plus dangereux pour ceux qui le contractent...

ECO ET DEVISES

Les places boursières restent soutenues en attendant par les énormes plans de relance budgétaire et monétaire internationaux, à l'image de Wall Street où le Nasdaq a atteint de nouveaux sommets en début de semaine.
L'actualité des entreprises a été relativement calme ces derniers jours : Le naufrage de la fintech allemande Wirecard a défrayé la chronique ainsi que l'envolée de Mediawan (+42%) après l'offre de rachat à 12 euros à l'initiative de ses fondateurs.

Sans surprise, le Fonds monétaire international a revu en forte baisse ses prévisions... L'Organisation anticipe désormais une contraction du PIB mondial de 4,9% cette année contre une baisse de 3% prévue en avril. Une telle baisse de l'activité constituerait la plus importante récession depuis la "Grande Dépression" des années 30.
"La pandémie de COVID-19 a eu un impact plus négatif que prévu sur l'activité au cours du premier semestre 2020, et la reprise devrait être plus progressive qu'anticipé... En 2021, la croissance mondiale devrait atteindre 5,4% contre +5,8% annoncé au printemps. Dans l'ensemble, cela laisserait le PIB inférieur de quelque 6,5 points de pourcentage aux projections de janvier 2020, antérieures à la pandémie de Covid-19", souligne le FMI.
Par régions, la zone euro devrait enregistrer une contraction de son PIB de 10,2% cette année avant un rebond de 6% en 2021. Aux Etats-Unis, le repli de l'activité serait de 8% cette année avant une reprise de 4,5% en 2021. En France, les variations seraient encore plus marquées avec une chute du PIB de 12,5% suivie d'un bond de 7,3%.

Le FMI a souligné que l'incertitude restait élevée et qu'il existait plusieurs risques baissiers importants. Il appelle à des efforts mondiaux pour aider les pays confrontés à une crise sanitaire et à un manque de financement extérieur.
"Avec la propagation implacable de la pandémie, les perspectives de conséquences négatives à long terme sur les moyens de subsistance, la sécurité de l'emploi et les inégalités sont devenues plus sombres".
Enfin, l'Institution basée à Washington avertit sur le fait que le rebondissement du sentiment des marchés financiers mondiaux "semble déconnecté des changements dans les perspectives économiques sous-jacentes", ce qui soulève la possibilité que les conditions financières se resserrent davantage que prévu dans son scénario de base...

Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne, a toutefois estimé que le pire de la crise était "probablement passé". Elle reste toutefois prudente du fait du risque de deuxième vague de la pandémie.
L'euro est revenu à 1,12/$ et le pétrole s'est calé sur les 40$ le brent.

LES VALEURS

Mediawan (+42%) après l'offre de rachat à 12 euros à l'initiative de ses fondateurs. Mediawan a annoncé par ailleurs l'acquisition sous conditions de Lagardère Studios, et celle de Good Mood. Mediawan Alliance prendra par ailleurs une participation minoritaire dans Leonine, l'un des premiers groupes audiovisuels allemands. Mediawan Alliance annonce parallèlement l'acquisition sous conditions des activités audiovisuelles du Groupe Troisième Œil.
Mediawan Alliance, lancera ainsi une offre publique sur tous les titres Mediawan non détenus par les fondateurs de Mediawan et MACSF, au prix de 12 euros par action et 0,65 euros par bon de souscription d'action rachetable. Le succès de l'offre publique leur donnerait le contrôle sur Mediawan et ancrerait son actionnariat français.

Inventiva prend encore 20% après le succès de son étude de phase 2b dans la NASH. Le lanifibranor a atteint le critère principal et les critères secondaires clés de l'étude clinique de Phase IIb NATIVE dans la stéatohépatite non alcoolique (NASH).

Natixis : +10% avec Transgene

Synergie : +6% avec Ingenico et Worldline sur les déboires de Wirecard

Rexel : +5% avec CNP, Neurones et Capgemini

Interparfums bondit de 4%, toujours recherché après son accord mondial et exclusif de licence parfums avec Moncler. Le partenariat durera jusqu'au 31 décembre 2026 avec une possibilité d'extension de 5 ans.

Faurecia : +4% avec Valeo, Michelin et Peugeot dans le secteur automobile

Soitec : +3% avec Infotel, Seb qui a revu en hausse ses prévisions les plus sombres faites au coeur de la crise.

Fnac Darty s'adjuge 1%, alors que l'impact de la crise du Covid-19 sur l'activité et les résultats du groupe sera moins fort que redouté par le marché. Le groupe estime que la crise a provoqué une perte de chiffre d'affaires d'environ 400 ME, ce qui devrait se traduire par un résultat opérationnel courant semestriel en retrait de -100 à -120 ME par rapport au 1er semestre 2019, où il s'établissait à 46 ME hors activités aux Pays Bas et hors Nature & Découvertes. Le chiffre d'affaires de mai a atteint 487 ME, en hausse de +0,5% en données publiées et en légère baisse de -1,3% en données comparables, en dépit de la fermeture totale du parc magasins jusqu'au 11 mai et tiré par la bonne performance des magasins après la réouverture et la poursuite d'un niveau de ventes e-commerce élevé sur l'ensemble du mois. A partir du 11 mai, la croissance du chiffre d'affaires à magasins constants a accéléré à +10%. Lors de la conférence analystes suivant cette annonce, Enrique Martinez a souligné que la tendance des affaires en juin est similaire à la période post-lockdown de mai.

A la baisse, DBV rechute de 15% suivi de Eutelsat et de Coface (-12%). Air France KLM (-11%) avec TechnipFMC et Elior.

Akka recule de 9% suivi de FDJ et Airbus avec d'autres titres de l'aéronautique dont Safran et ADP.

SES : -8% avec CGG, Accor, J-C Decaux, Eurazeo, Publicis, Accor et TF1

Vos réactions doivent respecter nos CGU.