Bilan hebdo : le CAC40 hésite encore...

Bilan hebdo : le CAC40 hésite encore...
Vue générale du Palais Brongniart, place de la bourse.
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 23 octobre 2020 à 17h45

Nouvelle semaine d'hésitation en bourse qui se termine sans grand changement pour le CAC40 (-0,5%) à 4.909 pts sur fond de resserrement des mesures sanitaires en Europe pour tenter de faire face à la deuxième vague épidémique qui s'accélère...
Au-delà de l'actualité concernant l'élection présidentielle américaine du 3 novembre et de l'évolution toujours aussi conflictuelle des pourparlers entre Démocrates et Républicains pour tenter de boucler le nouveau plan de relance US, les publications trimestrielles d'entreprises ont rythmé les dernières séances.

Les incertitudes liées à la pandémie de coronavirus restent fortes, d'autant que les restrictions se multiplient en Europe avec l'arrivée de la "deuxième vague". Ces nouvelles mesures ne seront pas sans conséquence sur une économie déjà mise à mal par les premiers confinements généralisés. Outre-Atlantique, les investisseurs semblent de plus en plus croire en une "vague démocrate" aux Etats-Unis, alors que Joe Biden reste assez confortablement en tête dans les sondages, même si ces derniers ont parfois (souvent) tort outre-Atlantique.
Côté entreprises, la première série de publication trimestrielles s'avère plutôt rassurante. Renault, Michelin, L'Oréal, Ipsos, Elis, Air Liquide ? Sartorius Stedim ou encore FNAC Darty ont notamment agréablement surpris. Parmi les quelques déceptions, on notera Kering et sa marque Gucci, Dassault Systèmes ou Vinci.

LES VALEURS

* ALD s'adjuge 12%, dopé par des indications plutôt rassurantes sur son activité. La filiale de la Société Générale a en effet constaté une reprise plus rapide que prévu du marché des voitures d'occasion au troisième trimestre, ce qui a eu un impact favorable sur le résultat de sa propre activité. En conséquence, la société a l'intention de revoir à la hausse ses prévisions de résultat moyen par vente de voitures d'occasion pour l'année lorsqu'elle fournira des détails supplémentaires lors de son point trimestriel complet le 5 novembre prochain.

* Ipsos flambe de 11% après avoir fait état d'un recul limité de son activité au troisième trimestre. Le groupe d'études par enquête a ainsi réalisé un chiffre d'affaires de 468,6 millions d'euros sur la période, en repli de 3,3% à taux de change et périmètre constants. "Les perspectives d'Ipsos pour la fin de l'année et, par extension, pour 2021 sont bonnes... Au rythme actuel, la combinaison du maintien d'un bon niveau d'activité, d'une capacité avérée à conserver des niveaux de prix décents et d'une gestion rigoureuse de notre base de coûts, doit nous permettre d'enregistrer de solides résultats financiers et une bonne génération de cash flows", a déclaré le management.

* Air France KLM gagne 10%. L'annonce, très attendue, de la mise en place de tests antigéniques sur les aéroports de Roissy et Nice en France, mais également à Londres Heathrow, pour détecter d'éventuelles personnes contaminées au Covid-19 est bien accueillie par les opérateurs. "Dès la fin du mois : tests antigéniques dans les aéroports, à Roissy et à Nice, avec résultat en 15 minutes. Pour plus de confiance chez les passagers, et plus de trafic aérien", a annoncé le Ministre délégué aux Transports sur son compte Twitter. Réclamés notamment par les professionnels du tourisme, mais aussi par l'IATA, ces tests permettent en moins de 30 minutes de savoir si une personne est positive au Covid-19. Bien que moins fiables que les tests CPR, les tests antigéniques devraient rassurer les voyageurs les plus anxiogènes et permettre une reprise plus marquée du trafic.

* FNAC Darty grimpe de 7,6%, soutenu par son point trimestriel. Le distributeur de produits culturels a dégagé un chiffre d'affaires de 1,859 milliard d'euros au 3è trimestre, en hausse de +7,3% en données comparables et +8,5% en données publiées. Le groupe reste focalisé sur la maîtrise des coûts, des investissements et du cash-flow, mais reste cependant prudent face aux incertitudes économiques et sanitaires qui demeurent à date et qui pourraient impacter le trafic de ses magasins notamment dans les centres commerciaux au 4è trimestre, période décisive pour la firme.

* Elis (+7%), dopé par le relèvement de son objectif de marge annuelle malgré la faible visibilité sur les prochains mois. Les efforts importants de rationalisation des coûts mis en oeuvre devraient en effet permettre au groupe d'atteindre une marge d'EBITDA et un free cash-flow 2020 légèrement au-dessus des niveaux de 2019. La direction estimait fin juillet que ces deux indicateurs ne seraient qu'assez proches des niveaux de 2019.

* Airbus avance de 6%. Signe de confiance dans la reprise à venir du trafic aérien, le géant de l'aéronautique a demandé à ses fournisseurs de se tenir prêts à accroitre la cadence l'an prochain au niveau des appareils de la famille A320. "Nous avons procédé à une réévaluation de la situation après la période estivale. Afin de permettre à la chaîne d'approvisionnement de mieux se préparer et d'organiser le flux industriel, nous avons affiné le plan des programmes de la famille A320 sur la base de notre vision actuelle du marché et nous communiquons en conséquence à notre chaîne d'approvisionnement", affirme Airbus. Alors que l'avionneur a réduit d'un tiers son rythme de production d'A320 pour faire face à la chute de la demande, il prévoit de maintenir le taux actuel de 40 appareils par mois jusqu'à l'été prochain et a demandé à sa chaîne d'approvisionnement "de protéger un rythme de 47 afin d'être prête lorsque le marché se redressera".

* Renault grimpe de 4%, soutenu par une publication trimestrielle supérieure aux attentes du marché. Le constructeur au losange a dévoilé hier soir un chiffre d'affaires en baisse de 8,2% à 10,37 milliards d'euros, contre un consensus de 9,96 MdsE. Le groupe de Boulogne-Billancourt, qui a accusé une perte nette record de plus de 7 milliards d'euros au premier semestre et engagé un vaste plan d'économies et de refonte de sa stratégie pour redresser la barre, a notamment bénéficié des très bonnes ventes de sa Zoe électrique et a souligné qu'il devrait dégager un free cash-flow opérationnel de l'automobile positif au second semestre. "Ce troisième trimestre souligne l'évolution de notre politique commerciale privilégiant désormais la profitabilité aux volumes", a déclaré le nouveau directeur général Luca de Meo.

A l'inverse, * Sopra Steria décroche de 10%, plombé par une cyberattaque sur son réseau informatique. Des mesures de sécurité ont été prises afin de limiter les risques de propagation et le groupe s'efforce d'assurer un retour à la normale le plus rapidement possible.

* Lagardère redonne 9%. Le titre du groupe d'édition et de distribution spécialisée a été victime de plusieurs dégradations d'analyste cette semaine puisqu'après Kepler Cheuvreux lundi, Exane BNP Paribas est passé de 'surperformer' à 'sous-performer' sur la valeur avec un objectif réduit de 18 à 16 euros. Il ne reste plus qu'un analyste positif sur le titre alors que sept sont à 'conserver' et quatre à vendre'. L'objectif à douze mois est fixé à 16,28 euros (consensus 'Bloomberg').

* bioMerieux (-9%), victime de prises de profits après une publication trimestrielle marquée par une accélération de la croissance. Cette dernière a atteint 26,5% sur les trois mois clos fin septembre, soutenue par les gammes de biologie moléculaire et un ralentissement moins marqué que prévu de l'activité des gammes immunoessais, microbiologie clinique et industrielle par rapport au trimestre précédent. La croissance du chiffre d'affaires à taux de change et périmètre constants devrait être supérieure à 16% et le résultat opérationnel courant contributif devrait dépasser 520 millions d'euros sur l'exercice entier.

* Danone cède 4% après l'annonce d'une revue stratégique des activités du groupe afin de revenir à l'objectif de moyen terme de 3 à 5% de croissance rentable. La firme a également annoncé la mise en place d'une nouvelle organisation, avec la nomination de deux directeurs généraux régionaux, qui intervient alors que la directrice financière Cécile Cabanis quittera l'entreprise en février 2021. Elle sera remplacée par Juergen Esser, qui était jusque-là directeur financier des divisions Eaux et Afrique. Le géant de l'agroalimentaire a par ailleurs fait état, au titre de son troisième trimestre, d'un chiffre d'affaires en repli de 9,3% à 5,82 milliards d'euros (-2,5% en données comparables). La marge opérationnelle courante continuera d'être affectée par des coûts supplémentaires directement liés au COVID-19 mais des mesures de réduction de coût permettent à Danone de viser un taux de marge de 14% pour l'ensemble de 2020, ainsi qu'un free-cash-flow de 1,8 milliard d'euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.