Bilan hebdo : le CAC40 limite la casse

Bilan hebdo : le CAC40 limite la casse
bourse
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 04 septembre 2020 à 17h45

Légère baisse hebdomadaire pour le CAC40. Le marché parisien a plutôt bien résisté à la forte consolidation observée ces derniers jours à Wall Street avec un repli limité à 0,76% sur cinq séances. A 4.965 points, le CAC est toutefois encore très loin de ses sommets historiques contrairement aux indices américains qui se négociaient sur des niveaux jamais atteints en début de semaine. Des prises de profits appuyées ont notamment eu lieu sur le compartiment technologique alors que le Nasdaq s'était envolé de plus de 80% depuis son point bas du mois de mars.

L'actualité boursière des derniers jours dans l'Hexagone a été marquée par la proposition de rachat de la participation d'Engie dans Suez de la part de Veolia, la présentation de la nouvelle stratégie de Renault par son nouveau patron, Luca De Meo, la bataille autour de Lagardère entre Vivendi, le fonds Amber et Arnaud Lagardère, ainsi que par le sursaut des valeurs bancaires après l'annonce de discussions entre Bankia et Caixabank en Espagne.

La monnaie unique a également beaucoup fait parler en début de semaine après avoir touché la barre des 1,20$, une première depuis plus de deux ans. La devise européenne est toutefois rapidement retombée, autour des 1,18$ ce vendredi, au plus grand bonheur des valeurs exportatrices.

Les marchés peuvent toujours compter sur le soutien des Banques centrales, Fed en tête, alors que la reprise économique est encore chancelante. Aux Etats-Unis, le rapport mensuel sur l'emploi a montré que le rebond du marché du travail s'est encore atténué en août avec la diminution progressive des aides publiques à l'emploi... Pas de très bon augure pour Donald Trump alors que les annonces de réductions d'effectifs continuent à se multiplier et que l'élection présidentielle approche à grands pas (le 3 novembre prochain).

Sur le front sanitaire, le bilan de la pandémie de Covid-19 continue à gonfler au niveau mondial, mais les opérateurs misent toujours sur l'arrivée d'un vaccin avant la fin de l'année.

LES VALEURS

* Suez flambe de plus de 23% et signe logiquement la performance de la semaine sur le SBF120. Le trio Engie-Veolia-Suez a fait couler beaucoup d'encre ces derniers jours après que Veolia eut proposer de racheter l'essentiel de la participation d'Engie dans Suez (29,9% sur un total de 32%) pour 15,50 euros par action, soit un montant de 2,9 milliards d'euros. Une première étape avant le lancement d'une offre sur le reste du capital de son rival afin de bâtir avec lui un "grand champion mondial français de la transformation écologique".

* Lagardère bondit de 7,8%. Une bataille judiciaire se profile entre Lagardère et ses deux principaux actionnaires, le groupe Vivendi et le fonds activiste Amber, ces derniers ayant annoncé mardi qu'ils allaient saisir la justice dans le but d'obtenir la convocation d'une assemblée générale, refusée par le groupe la veille. "Le Conseil de surveillance et la gérance de Lagardère ayant refusé les propositions respectives d'Amber Capital et de Vivendi, ces derniers vont saisir le Tribunal de Commerce de Paris", a déclaré le groupe dirigé par Vincent Bolloré. Lagardère a rejeté la demande de convocation d'une AG exceptionnelle d'Amber Capital et de Vivendi, jugeant que les conditions juridiques n'étaient pas réunies, tout en se disant prêt à ouvrir "un dialogue actionnarial constructif et apaisé".

* Eutelsat (+3,3%) a renouvelé son contrat avec Sky. Ce contrat pluriannuel représente un carnet de commandes sécurisé de l'ordre de 450 millions d'euros et garantit des revenus annuels "globalement stables" pour Eutelsat à moyen terme.

* Eurazeo monte de 3%. La société d'investissement a été dopée par une note de Bank of America qui a rehaussé à l''achat' sa recommandation sur la valeur en visant 57 euros contre 51 euros précédemment. La banque a révisé à la hausse ses estimations de collecte de fonds pour les exercices 2020-2021, reflétant la collecte en 2020 malgré le contexte difficile et l'amélioration récente de la performance du portefeuille.

* Renault gagne 1,3%. Les investisseurs ont bien accueilli le projet de réorganisation du groupe autour de quatre marques ainsi que les ambitions de Luca de Meo, le nouveau patron du groupe. Le flux acheteur sur la valeur a également été nourri vendredi par une note d'AlphaValue qui a rehaussé de 'réduire' à 'accumuler' son opinion sur le dossier tout en portant son objectif de 22,3 à 24,5 euros.

A l'inverse, * Vallourec chute de 20,7% après avoir aligné 16 séances dans le rouge ! Le spécialiste des tubes sans soudure a déclaré vouloir élargir les discussions sur sa restructuration financière à l'ensemble de ses créanciers bancaires et obligataires en vue de la désignation éventuelle d'un mandataire ad hoc. Alors qu'il discute déjà depuis des semaines avec ses banques et ses actionnaires afin de trouver de nouvelles solutions de financement, le producteur de tubes sans soudure en acier, qui a creusé ses pertes au deuxième trimestre, "envisage d'étendre le dialogue à l'ensemble de ses créanciers bancaires et obligataires, et des autres parties prenantes, en vue de parvenir à une restructuration financière qui appréhende l'ensemble des emprunts contractés au niveau de Vallourec SA et qui permette de traiter ses échéances à venir et de rééquilibrer sa structure financière". Suite à cette annonce, S&P a abaissé na note crédit à 'CCC-' , estimant qu'une restructuration financière plus large ou un défaut de paiement du groupe est "presque inévitable" dans les six prochains mois.

* bioMérieux redonne 8,5% malgré la publication de comptes intermédiaires solides... Le spécialiste du diagnostic 'in vitro' a fait état d'une croissance organique de son chiffre d'affaires de 15,7% à 1,476 milliards d'euros, alors que le résultat net part du Groupe s'est établi à 173 millions d'euros, en hausse de 23%. La firme a préféré ne pas communiquer de nouveaux objectifs annuels en raison des incertitudes liées à l'évolution de la crise sanitaire en cours.

* STMicroelectronics recule de 7,6% dans le sillage du compartiment technologique à Wall Street.

* Iliad abandonne 4,5%. L'opérateur télécoms a dévoilé de solides comptes intermédiaires et a continué à gagner des abonnés, tant sur le fixe que sur le mobile. Sur le Fixe, Free est d'ailleurs redevenu le 1er recruteur Haut et Très Haut Débit en France sur un trimestre pour la 1ère fois depuis 7 ans. Sur la fibre, Iliad a recruté 243.000 nouveaux abonnés au deuxième trimestre et compte désormais plus de deux millions de clients. Iliad se fixe désormais comme objectifs 2,8 millions d'abonnés fibre en France en 2020 et plus de 5 millions en 2024. Sur les six premiers mois de l'année, Iliad a enregistré un EBITDAaL en hausse de 9,4% à 876 millions d'euros avec une amélioration de la rentabilité en France (+5,6% à 960 millions d'euros) et en Italie (réduction des pertes de 22,5% à 84 millions d'euros), pour un chiffre d'affaires de 2,78 milliards d'euros, en progression de 6,8%. Compte tenu de l'accélération des abonnements Fibre, le solde d'EBITDAaL-investissements France (hors activités B2B) est désormais anticipé supérieur à 700 millions d'euros en 2020 contre 800 ME précédemment. Ce même indicateur est attendu à environ 900 ME l'an prochain contre 1 MdE espéré jusqu'ici.

* Capgemini (-0,5%) se montre plutôt confiant pour la deuxième partie de l'exercice après un premier semestre en repli sur fond de crise sanitaire. Le groupe, qui anticipe un redressement "progressif" de son niveau d'activité au deuxième semestre, table sur une croissance de son chiffre d'affaires à taux de changes constants comprise entre 12,5% et 14,0% sur 2020 avec une marge opérationnelle attendue en contraction entre 0,6 point et 0,9 point par rapport aux 12,3% atteints en 2019. Capgemini prévoit également pour cette année une génération de free cash-flow organique supérieure à 900 millions d'euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.