Bilan hebdo : le CAC40 perd 2,35% dans une ambiance lourde

Bilan hebdo : le CAC40 perd 2,35% dans une ambiance lourde©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 24 avril 2020 à 17h45

Nouvelle semaine très volatile sur les marchés financiers. A Paris, le CAC40 recule de 2,35% sur cinq séances, à 4.393 points ce vendredi soir. Il faut dire que l'environnement ne porte guère à l'optimisme. Le bilan sanitaire de la pandémie de Covid-19 continue à gonfler, les indices PMI mondiaux sont catastrophiques, tombés à leur plus bas niveau historique au Japon, en Europe et aux Etats-Unis, les publications des entreprises portent clairement la trace des mesures de confinement et le deuxième trimestre s'annonce encore plus compliqué...

Signe de l'incroyable période que nous vivons, les cours du pétrole sont pour la première fois tombés en territoire négatif lundi. Ils ont depuis fortement remonté mais la nervosité reste très forte sur le marché alors que les centres de stockage arrivent à saturation et que les baisses de production décidées jusqu'ici sont très loin d'être suffisantes face à l'effondrement de la demande.

Dans ce contexte, si les gouvernements européens ont toujours autant de peine à s'entendre sur un plan de relance massif coordonné, les investisseurs peuvent continuer à compter sur le soutien des Banques centrales, Fed et BCE en tête. L'Institution européenne pourrait d'ailleurs annoncer le renforcement de certaines de ses mesures jeudi prochain. Aux Etats-Unis, le Congrès a adopté un nouveau plan d'aide aux petites et moyennes entreprises et aux hôpitaux de 480 milliards de dollars, après le plan de relance historique de 2.200 Mds$ approuvé fin mars.

LES VALEURS

* Rexel flambe de 21%. Le groupe de distribution professionnelle de matériel électrique a fait état d'une baisse de 2,7% de son chiffre d'affaires au premier trimestre à 3,225 milliards d'euros (-3,3% en données comparables et à nombre de jours constants). Le groupe, qui a admis que la visibilité reste très limitée, continue à s'adapter à l'environnement. Après avoir renoncé à ses objectifs 2020, il a annoncé annuler le versement d'un dividende au titre de 2019. Au 31 mars, la liquidité disponible du groupe s'élevait à 1,13 MdE.

* Valeo bondit de 10%. L'équipementier a vu son chiffre d'affaires trimestriel reculer de 8% à périmètre et taux de change constants à 4,488 milliards d'euros. Après un très faible niveau d'activité constaté en février, le chiffre d'affaires atteint, en mars, 60% de celui de 2019. Le retour au niveau d'activité de 2019 est attendu au cours du 2ème trimestre.

* Worldline grimpe de 7%. Le groupe table désormais sur une performance financière 2020 globalement comparable à celle de 2019, avec un chiffre d'affaires stable ou en retrait de quelques points de croissance (à périmètre et taux de changes constants), un taux de marge d'EBO d'environ 25%, soit même niveau qu'en 2019 (à périmètre et taux de changes constants), et un taux de conversion d'EBO en flux de trésorerie disponible environ au même niveau que sur l'exercice précédent.

* STMicroelectronics s'adjuge 6%, le marché saluant la publication trimestrielle du groupe franco-italien et ses perspectives plutôt rassurantes. Le fabricant de semi-conducteurs a dévoilé au titre des trois premiers mois de l'année un chiffre d'affaires net de 2,23 milliards de dollars, une marge brute de 37,9%, une marge d'exploitation de 10,4% et un résultat net de 192 millions de dollars, soit 0,21 dollar par action après dilution.

* Sanofi (+5%) a dégagé, au premier trimestre, un chiffre d'affaires en progression de 6,9% à 8,97 milliards d'euros et un résultat net des activités à 2,04 MdsE, en hausse de 15,9%. Le bénéfice net des activités par action ressort ainsi à 1,63 euro. Le consensus ' Bloomberg' attendait un bénéfice net de 1,78 MdE pour un chiffre d'affaires de 8,83 MdsE. Sanofi continue à anticiper un bénéfice net par action des activités en croissance d'environ 5% à taux de changes constants, "sauf événement majeurs défavorables imprévus".

* Fnac Darty gagne 2%. Le groupe, qui a mis en place un dispositif de chômage partiel qui concerne plus de 80% de ses effectifs en France, a fait état d'un chiffre d'affaires de 1,49 milliards d'euros sur les trois premiers mois de l'année, en recul de 7,9% en données publiées et 10,3% en données comparables. Sur le seul mois de mars, les revenus ont plongé de 30%. Après avoir renoncé à ses objectifs 2020 mi-mars, la direction explique n'être toujours pas en mesure de mettre à jour sa guidance 2020, et à moyen terme.

* Casino grignote 0,7%. Le groupe stéphanois a enregistré au premier trimestre un chiffre d'affaires de 8,3 milliards d'euros, en croissance de +7,9% en organique et de +6,4% en comparable en incluant l'impact sur la consommation alimentaire de l'épidémie du Covid-19 depuis mi-mars. En France, la croissance organique ressort à 5,8%, tiré par les formats urbains, la proximité et l'E-commerce et l'Ebitda progresse de 67 ME par rapport au 1er trimestre 2019. Au cours des quatre dernières semaines au 20 avril, la croissance a atteint 24% en moyenne chez Franprix, les supermarchés Casino et la "proximité" et elle a été à trois chiffres dans le commerce alimentaire en ligne.

A l'inverse, * Lagardère essuie l'une des plus fortes baisses de la semaine sur le SBF120 avec un titre qui abandonne environ 15%. Il faut dire que l'action avait grimpé au cours des dernières semaines sur fond de rumeurs liées à une éventuelle évolution de son tour de table. Des bruits de marché confirmés ces derniers jours par l'annonce de Vivendi. Le groupe de médias et de divertissements a annoncé avoir acquis pas moins de 10,6% du capital de Lagardère ! Il s'agit, selon Vivendi, d'un placement financier à long terme "témoignant de la confiance de Vivendi dans les perspectives de ce groupe français, fort de positions de leadership international dans ses principaux métiers et qui traverse, comme beaucoup d'autres, une période difficile"

* Kering recule de 10% après avoir dévoilé un chiffre d'affaires trimestriel de 3,2 milliards d'euros, en retrait de 15,4% en données publiées et de 16,4% en comparable. Evidemment fortement impactée par la pandémie de Covid-19, Gucci, la marque star de Kering et sa principale source de profit, a vu ses ventes plonger de 23,3% à données comparables sur la période. Jean-Marc Duplaix, le directeur financier de Kering, s'est dit toutefois confiant, les perspectives s'améliorant en Chine continentale à mesure que les boutiques rouvrent, ce dont Gucci devrait bénéficier.

* Vinci trébuche de 8,5%. Le géant du BTP et des concessions a dévoilé un chiffre affaires en repli de 3,3% (à données comparables) à 9,7 milliards d'euros au premier trimestre. Fortement pénalisé par la crise liée au Covid-19, le groupe a confirmé jeudi s'attendre à une forte baisse de l'ensemble de ses activités au cours des mois qui viennent en raison de la pandémie de coronavirus. Les activités aéroportuaires de la firme sont quasiment à l'arrêt faute de trafic, les autoroutes sont désertées en raison des mesures de confinement tandis qu'une grande partie des chantiers sont suspendus, en particulier en France.

* Accor (-8%) après la présentation de revenus trimestriels qui portent clairement la trace de l'épidémie de Covid-10. Le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 768 millions d'euros au premier trimestre, en baisse de 17% en données publiées et de 15,8% en données comparables. Le RevPAR est en baisse de 25,4%. Ce repli traduit la détérioration brutale de l'environnement, liée à la propagation à l'échelle mondiale de l'épidémie de Covid-19, d'abord en Asie-Pacifique (-33,7%) puis dans d'autres régions notamment en Europe (-23,2%) et en Amérique du Nord (-22,2%).

* Saint-Gobain (-6,5%) a publié pour son premier trimestre 2020 un chiffre d'affaires de 9,36 milliards d'euros en retrait de 4,9% à structure et taux de change comparables. Le groupe souligne le repli des volumes de 5,5% sous l'effet des perturbations liées à la pandémie, et la bonne tenue des prix à +0,6% dans un environnement de coût faiblement inflationniste.

* Air France KLM rend 6%. La compagnie française est notamment pénalisée par la dernière publication de Lufthansa qui a fait état de résultats préliminaires nettement inférieurs aux attentes des analystes et a averti qu'elle risquait de se trouver à court de liquidités si elle n'obtenait pas rapidement des aides publiques. Concernant plus précisément AF-KLM, qui cherche également à obtenir une aide publique, la SocGen a dégradé la valeur à 'vendre' avec un objectif réduit de 4,5 à 1,3 euro. Le broker s'attend à une reprise beaucoup plus lente du secteur et n'anticipe pas un retour rapide aux bénéfices d'avant la crise pandémique.

* Vivendi se replie de 4,8%. Comme prévu, le groupe de médias et de divertissement devrait pourtant être relativement épargné par la crise du Covid-19, excepté du côté de ses filiales Havas, Editis et Vivendi Village. Sur les trois premiers mois de l'année, la firme dirigée par Arnaud de Puyfontaine a fait état de revenus de 3,87 milliards d'euros, en hausse de 11,9% et de 4,4% à taux de change et périmètre constants. Un niveau supérieur aux attentes du marché. Vivendi a notamment bénéficié du dynamisme d'UMG.

* Renault cède 2% après voir fait état d'une forte baisse de son activité trimestrielle et souligne, qu'à ce jour, l'impact qu'aura la pandémie de Covid-19 sur les résultats du groupe est toujours impossible à évaluer. Le constructeur a enregistré un chiffre d'affaires de 10,125 milliards d'euros au premier trimestre, en repli de 19,2% et de 18,3% à taux de change et périmètre constants.

* Danone recule de 2%. Le groupe agroalimentaire a publié un chiffre d'affaires consolidé du 1er trimestre de 6.242 millions d'euros, en hausse de +1,7% en données publiées. La croissance des ventes est de +3,7% en données comparables, intégrant des effets de stockage en mars en Europe et en Amérique du Nord. Le groupe confirme malgré tout le retrait de ses objectifs pour l'année 2020 compte tenu du manque de visibilité lié au COVID-19 "tout en restant confiant grâce à la force de ses marques, la résilience de sa chaîne de valeur, et la solidité de son bilan".

* Hermès perd 1,5%. Le titre continue néanmoins à s'afficher en territoire positif depuis le début de l'année... Le sellier a mieux résisté que ses concurrents au premier trimestre grâce notamment à un "incroyable" mois de janvier dopé par le nouvel an chinois. L'activité a ains affiché un repli limité à 6,5% à taux de change courants (-7,7% à taux de change constants) à 1,506 milliard d'euros, là où les revenus de LVMH et Kering ont décliné de plus de 15%.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.