Bilan hebdo : le CAC40 plonge encore...

Bilan hebdo : le CAC40 plonge encore...
finance investisseur bourse

Boursier.com, publié le vendredi 06 mars 2020 à 17h45

L'épidémie de coronavirus qui avait fait plonger le CAC40 de 12% la semaine dernière a encore pesé lourd dans la balance avec un nouveau repli de 3,22% à 5.139,11 pts en clôture. La semaine avait pourtant commencé par trois séances de rebond, et un gros coup de pouce de la Fed qui a baissé ses taux d'1/2 pt sans attendre la prochaine réunion de son conseil monétaire à la mi-mars. Mais l'aggravation de la crise sanitaire en Europe et dans le reste du monde a eu raison de la tentative de résistance du marché. En France, l'épidémie est sur le point de passer en "phase 3", alors que certains foyers se propagent rapidement comme en Alsace et même jusqu'à l'Assemblée nationale où un député du Haut-Rhin a été hospitalisé dans un état préoccupant...

La cote américaine a aussi replongé en fin de semaine, les marchés refusant d'écouter l'optimisme affiché de Donald Trump, qui estime qu'un rebond boursier est "envisageable". Le baril de brut a lui aussi accéléré sa chute pour enfoncer la zone des 50$, à 45,80$ le Brent de la mer du Nord. Les membres de l'Opep et la Russie n'ont en effet pas réussi à sceller un accord à Vienne concernant la production de pétrole... L'Opep+ a publié un communiqué qui ne mentionne pas de réduction de production, mais qui indique que les pays producteurs de pétrole vont poursuivre les consultations afin de stabiliser le marché...

ECO ET DEVISES

D'après le Département américain au Travail ce vendredi, les créations de postes non-agricoles aux États-Unis pour le mois de février 2020 sont ressorties au nombre de 273.000, contre 177.000 de consensus de place et 273.000 pour le mois antérieur. La précédente lecture du mois de janvier a donc été revue de 225.000 à 273.000. Le taux de chômage a reculé pour sa part à 3,5%, contre 3,6% de consensus et 3,6% un mois plus tôt. Les créations de postes dans le privé sont ressorties au nombre de 228.000, contre 155.000 de consensus. Le taux de participation à la force de travail s'est établi à 63,4%, en ligne avec les attentes de marché. Le salaire horaire moyen a augmenté comme prévu de 3% en glissement annuel et +0,3% par rapport au mois antérieur.

James Bullard s'est montré confiant dans les "outils" de la Fed, évoquant la 'forward guidance' et les assouplissements monétaires quantitatifs. La Fed fera selon lui "ce qu'il faudra" pour sortir de cette crise. Rappelons que les marchés spéculent désormais sur une baisse des taux d'un demi-point supplémentaire à l'issue de la prochaine réunion monétaire de la Fed programmée les 17 et 18 mars.
La Fed avait rappelons-le surpris son monde mardi dernier en réduisant ses taux d'un demi-point. La situation exceptionnelle née de la crise sanitaire du coronavirus Covid-19 a alerté les autorités monétaires américaines, qui ont donc abaissé les taux des 'fed funds', qui se situent désormais entre 1 et 1,25%.

Jerome Powell, président de la Fed, a assuré de la solidité de l'économie américaine, mais expliqué que les banquiers centraux américains, observant la propagation de l'épidémie, avaient jugé "qu'il était temps d'agir".
Réagissant à la décision monétaire, Trump a lancé : "La Réserve Fédérale abaisse les taux mais doit encore assouplir sa politique et, plus important encore, s'aligner sur les autres pays/concurrents. Nous ne jouons pas de manière équitable. Pas juste pour les USA. Il est enfin temps pour la Fed de DIRIGER. Plus d'assouplissement et de baisse des taux!"
En attendant, l'euro a poursuivi sa remontée à 1,1320/$ entre banque.

VALEURS EN HAUSSE

Ab Science : remonte de 15% suivi d'Albioma, et de Gensight

Geci : +14% avec Abivax (+12%) et Voltalia (+10%)

Remy Cointreau reprend 8% suivi de SoiTec et de Neoen

Somfy : +5% avec L'Oreal

Veolia : +4%, alors que l'EBITDA du groupe est ressorti à 4.022 ME, soit une croissance de 4,7% en courant et de 4,5% à change constant. Les effets change et périmètre ont été très marginalement négatifs (-5 ME) et se sont quasiment compensés sur l'exercice (+7 ME d'effet change et -12 ME d'effet périmètre). Le Résultat Net courant part du groupe a grimpé de 13,1% et de +13,5% à change constant, à 760 ME. Corrigé des plus-values de cessions nettes, le résultat net courant part du groupe est quant à lui en hausse de 8,8% à change constant et le résultat net part du groupe en forte croissance de 41,8% à 625 ME, contre 441 ME en 2018 retraité et de 36,8% à change constant.
Le Conseil d'Administration proposera à l'Assemblée Générale du 22 avril 2020 le versement d'un dividende de 1 euro par action au titre de l'exercice 2019, payable en numéraire. La date de détachement du dividende est fixée au 12 mai 2020. Les dividendes 2019 seront versés à partir du 14 mai... Le nouveau programme stratégique du Groupe 'plan IMPACT 2023' a été globalement salué par le marché...

Pernod Ricard : +3% avec Manitou et Esi Group

Iliad : +2% suivi de Sanofi, Neurones, Suez, Icade et Carrefour (+1%)

VALEURS EN BAISSE

SES : -30%, alors que les notes de brokers se bousculent toujours après les déceptions qui se sont enchaînées sur le dossier. Cette fois il s'agit de Morgan Stanley qui reste à 'pondération en ligne' avec un cours cible ramené de 14 à 8,60 euros. JP Morgan était quant à lui resté 'neutre' sur la valeur en visant un cours de 9 euros, dans la foulée des comptes du groupe, tandis qu'AlphaValue est passé à 'alléger' et que Barclays ne cible plus qu'un cours de 8,5 euros. Rappelons que le groupe satellitaire qui étudie une potentielle séparation de son segment 'Networks' a réduit dans le même temps ses estimations chiffrées sur 2020... Dans le cadre de son plan stratégique destiné à doper l'Ebitda de 50 à 50 millions d'euros par an à partir de 2021, le groupe a indiqué qu'il allait évaluer la possibilité d'une "structure de capital séparée" pour les opérations 'Networks', ce qui leur fournirait potentiellement accès à des capitaux externes pour accélérer leur croissance.
Le groupe satellitaire table désormais sur un Ebitda 2020 allant de 1,15 à 1,21 milliard d'euros, reflétant une vision plus prudente du développement des revenus du segment 'Video' et une trajectoire de croissance légèrement plus basse au sortir de l'année 2019 sur le segment 'Networks'. Le groupe tablait auparavant sur des revenus 2020 de 2,06-2,16 MdsE et un Ebitda de 1,26-1,34 MdE.
Cette guidance exclut par ailleurs des charges de restructurations d'environ 40 millions d'euros liées au plan stratégique, ainsi que tout impact possible de la fameuse Bande C. Les revenus 2020 sont ainsi anticipés désormais entre 1,92 et 2 milliards d'euros. Le groupe proposera enfin un dividende de 0,40 euro par titre SES.

Air France KLM : -19% avec Pierre et Vacances dans un secteur du tourisme sous haute pression

Vallourec : -20% avec le baril, suivi de CGG (-18%) et de TechnipFMC (-15%)

Société Générale : -16% avec Natixis (-15%), Crédit Agrciole (-14%), BNP Paribas (-13%) dans un secteur bancaire ravagé par l'effet dévastateur des taux négatifs

Renault : -11% avec Plastic Omnium, Valeo et Peugeot (-8%) dans un secteur automobile qui n'arrive toujours à redresser la barre

Beneteau : -10% suivi de Tessi

Arkema : -8% avec Imerys, Capgemini, AKKA, Rallye, TF1 et Lagardere

Vos réactions doivent respecter nos CGU.