Bilan hebdo : le CAC40 repart de l'avant !

Bilan hebdo : le CAC40 repart de l'avant !
bourse
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 07 mai 2021 à 17h45

Le CAC40 est reparti de l'avant cette semaine, en hausse de plus de 100 pts sur le CAC40, soit de 1,8% à 6.385 pts, pour retrouver ses meilleurs niveaux oubliés depuis la fin de l'année 2000... Les publications des comptes trimestriels des groupes cotés se sont poursuivies à un rythme soutenu avec de nombreuses publications rassurantes qui ont soutenu la tendance... Très attendus aussi en fin de semaine, les chiffres mensuels de l'emploi américain en avril ont fortement déçu. Paradoxalement, il s'agit plutôt d'une bonne nouvelle pour les marchés actions dans la mesure où cela devrait conforter la Fed dans sa politique très accommodante malgré les craintes de regain inflationniste qui commencent à poindre.

Le CAC40 est reparti de l'avant cette semaine, en hausse de plus de 100 pts sur le CAC40, soit de 1,8% à 6.385 pts, pour retrouver ses meilleurs niveaux oubliés depuis la fin de l'année 2000... Les publications des comptes trimestriels des groupes cotés se sont poursuivies à un rythme soutenu avec de nombreuses publications rassurantes qui ont soutenu la tendance...
Très attendus aussi en fin de semaine, les chiffres mensuels de l'emploi américain en avril ont fortement déçu. Paradoxalement, il s'agit plutôt d'une bonne nouvelle pour les marchés actions dans la mesure où cela devrait conforter la Fed dans sa politique très accommodante malgré les craintes de regain inflationniste qui commencent à poindre.

ECO ET DEVISES

Les chiffres mensuels du marché du travail aux Etats-Unis viennent ont donc surpris, puisque seulement 266.000 emplois non-agricoles ont été créés le mois dernier contre un consensus de place logé à près d'un million ! Le taux de chômage a par ailleurs augmenté de 6% en mars aux Etats-Unis, à 6,1%, vient d'annoncer le département américain du Travail. Le consensus misait sur une baisse à 5,8%. Autre mauvaise nouvelle : le nombre de créations d'emplois en février et mars a été révisé en baisse de 78.000 en cumulé sur les deux mois.
Les créations de postes dans le privé se sont établies au nombre de 218.000 en avril, contre 933.000 de consensus et 708.000 pour la lecture révisée de février. 18.000 postes manufacturiers ont été détruits manufacturiers contre 54.000 créations attendues. Le taux de participation à la force de travail est ressorti à 61,7% contre 61,5% le mois précédent. Enfin, le salaire hebdomadaire moyen a augmenté de 0,7% après un recul de 0,1% en mars et contre une stabilité anticipée par le marché.

L'envolée des prix des matières premières continue par ailleurs à être surveillée de près, alors que le cuivre a par exemple atteint un plus haut historique ce matin à plus de 10.200$ la tonne. Le métal rouge, considéré comme un très bon indicateur économique, a gagné plus de 30% depuis le premier janvier et a été multiplié par deux depuis son point bas de mars 2020. Plus globalement, l'indice 'Bloomberg Commodity Spot' a bondi à son plus haut niveau depuis 2011 !

Les records alignés par Wall Street depuis plusieurs mois, la forte hausse des matières premières ainsi que l'euphorie autour des "cryptos" n'ont pas échappé à la Fed : Dans son rapport semestriel sur la stabilité financière, la Réserve fédérale affirme que l'appétit croissant pour le risque sur une variété de marchés d'actifs tend les valorisations et crée des vulnérabilités dans le système financier américain. "Les vulnérabilités associées à un appétit élevé pour le risque augmentent", a déclaré Lael Brainard, gouverneur de la Fed et responsable du comité de stabilité financière. "La combinaison de valorisations tendues avec des niveaux très élevés d'endettement des entreprises mérite d'être surveillée en raison du potentiel d'amplification des effets d'un événement de réévaluation des prix". Dans cet environnement, les prix peuvent être vulnérables à des "baisses significatives" si l'appétit pour le risque diminue...

Du côté des changes, l'euro a regagné du terrain face au billet vert à 1,215$ dans les échanges interbancaires.
Les cours du brut consolident fermement, proches de leur plus haut niveaux de la mi-mars. L'optimisme sur la croissance de la demande continue de côtoyer les inquiétudes concernant les nouvelles vagues de Covid-19 en Inde, au Japon et au Brésil. Le baril de brut léger américain WTI pointe à 64,45$ sur le Nymex pour le contrat à terme de juin, tandis que le Brent cote 67,80$ (contrat de juillet).
Enfin, sur le marché des "cryptos", le bitcoin reste solide, autour des 57.440$ sur la plateforme Bitfinex, alors que l'Ether rend 0,2% à 3.488$, non loin de ses plus hauts historiques.

LES VALEURS

Trigano remonte de 15% dans le sillage de ses comptes résistants, suivi de Showroomprivé et de Vallourec

Euronext grimpe de 11%. Le groupe a annoncé le succès de son émission obligataire senior en trois tranches représentant un montant total de 1,8 milliard d'euros.

JC Decaux : +10% avec Dericheboug et Eramet dans le secteur des mines particulièrement entouré

Europcar : +9%. Le loueur de voitures est resté dans le rouge au premier trimestre mais est parvenu à réduire ses pertes. Compte tenu de la faible visibilité, la société n'a pas fourni de prévision pour l'exercice 2021, néanmoins, elle prévoit une croissance de son chiffre d'affaires cette année. La consommation de trésorerie devrait par ailleurs être inférieure à celle de 2020.
Le groupe se concentre sur la mise en place des premières étapes de sa feuille de route stratégique " Connect ", et est prêt à capter la croissance et à renouer avec la rentabilité, dans un contexte de reprise du marché.
Chez les analystes, la SocGen a rehaussé à 'acheter' sa recommandation sur la valeur et vise 39 cents.

SES : +8% avec TechnipFMC, ADP et Stellantis

Elis reprend 7% après ses comptes avec Saint-Gobain

Total : +6% avec Bic, Legrand et Dassault Aviation

Rexel monte aussi de 5% avec Neurones, Gecina, Scor et Amundi

Vilmorin : +5%, alors que le chiffre d'affaires du groupe, correspondant au revenu des activités ordinaires, s'est élevé à la fin du troisième trimestre de l'exercice 2020-2021, à 1.105,6 millions d'euros, en progression de 4,1% à données courantes et de 10,3% à données comparables par rapport au 31 mars de l'exercice passé.
Cette très bonne performance à l'issue des 9 premiers mois de l'exercice permet à Vilmorin & Cie de revoir à la hausse l'objectif de progression de son chiffre d'affaires Semences de Grandes Cultures pour l'exercice 2020-2021. Ainsi, Vilmorin vise désormais une progression comprise entre 9% et10 % à données comparables par rapport à l'exercice précédent pour cette activité, contre une croissance de 5% à 6% visée précédemment... Le groupe révise donc à la hausse ses objectifs en termes de chiffre d'affaires et de marge opérationnelle courante pour l'exercice 2020-2021. Ceux-ci correspondent désormais à une progression du chiffre d'affaires consolidé comprise entre 6% et 8% à données comparables, contre une croissance de 4% à 6% visée précédemment, et à un taux de marge opérationnelle courante compris entre 8,5% et 9%, intégrant un effort de recherche qui devrait être supérieur à 260 millions d'euros.
En outre, Vilmorin & Cie confirme anticiper une contribution des sociétés mises en équivalence - principalement AgReliant (Amérique du Nord. Grandes Cultures), Seed Co (Afrique. Grandes Cultures) et AGT (Australie. Grandes Cultures) - de l'ordre de 22 millions d'euros...

Vicat : +4% avec Vinci, Arkema, Wendel et Sodexo

A la baisse, Valneva reperd 11% suivi de Solutions30 et de Lagardère qui se dégonfle après l'évolution de sa gouvernance

Chargeurs subit des prises de profits (-8%) avec Neoen, Groupe Crit et Innate

Lectra/b> : -7% avec Soitec et BigBen

Worldline : -6% avec Manitou

Rubis cède 4% avec EDF (-3%) et AXA.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.