Bilan hebdo : le CAC40 reprend 2%

Bilan hebdo : le CAC40 reprend 2%
bourse
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 17 juillet 2020 à 17h45

Le CAC40 a regagné 2% cette semaine, de retour au-dessus de la zone des 5.000 pts, pour terminer à 5.069 pts, dans un marché qui reste à la recherche d'une tendance de fond... Le décor demeure identique aux semaines précédentes, avec une économie mondiale qui remonte en puissance, mais avec une épidémie de coronavirus qui continue de faire des ravages aux Etats-Unis et qui donne des signes de résurgence en Europe, y compris en France.

L'actualité sanitaire demeure donc adverse, en particulier aux Etats-Unis, au Brésil ou en Inde. Selon l'Université Johns Hopkins, le nombre de cas confirmés dans le monde depuis l'émergence du virus s'élève désormais à 13,84 millions, l'épidémie ayant fait 590.702 morts.
Au moins 77.000 nouveaux cas de contamination ont été recensés aux Etats-Unis au cours des vingt-quatre dernières heures, le total quotidien le plus élevé depuis le début de l'épidémie, selon un décompte Reuters. Le nombre de morts est aussi en hausse et près de 1.000 décès ont été enregistrés jeudi. Le nombre actuel de 77.217 cas dépasse le précédent record établi vendredi. En juin, les cas ont augmenté en moyenne de 28.000 par jour, selon un décompte de Reuters. En juillet, ils ont augmenté en moyenne de 57.625 par jour... Selon l'Université Johns Hopkins, 3,576 millions de cas ont été confirmés aux USA depuis le début de la pandémie, le virus ayant fait 138.362 victimes américaines.
Israël a rétabli pour sa part vendredi des restrictions sur les commerces et les loisirs pour ce week-end face à la résurgence des cas. En Espagne, les autorités ont remis en place des restrictions en Catalogne, notamment dans la ville de Lleida où environ 160.000 personnes sont concernées par le confinement à domicile. Les autorités catalanes ont exhorté vendredi les habitants de Barcelone à rester chez eux et à ne pas former de groupe de plus de 10 personnes...

En Chine, concernant l'activité économique, les derniers chiffres sont ressortis plutôt rassurants, avec la levée des mesures de restriction et les aides engagées par le gouvernement... L'économie chinoise a ainsi progressé au rythme de 3,2% au deuxième trimestre, alors que le consensus était de 2,5%. Au premier trimestre, le PIB chinois s'était pour mémoire écroulé de 6,8%. La production industrielle chinoise a dépassé les attentes de marché, mais l'investissement a baissé et les ventes de détail se sont affichées en retrait, suggérant une consommation limitée...

Sur le front économique, en Europe, Angela Merkel a indiqué s'attendre à des négociations "très très difficiles" à Bruxelles en raison des grandes divergences entre dirigeants sur le futur budget de l'Union européenne et le projet de plan de relance de 750 milliards d'euros face à la crise du coronavirus. "Nous nous rendons tous à ces négociations avec beaucoup d'énergie mais je dois dire que les différences sont toujours très très grandes et donc je ne peux pas encore dire si nous parviendrons dès cette fois à une solution", a précisé la chancelière allemande.

En Europe toujours, la BCE a laissé ses taux inchangés hier et maintenu l'enveloppe de son programme d'achat d'urgence en cas de pandémie (PEPP) à 1.350 milliards d'euros. La BCE a ainsi décidé que le taux d'intérêt des opérations principales de refinancement ainsi que ceux de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt demeureront inchangés, à respectivement 0,00%, 0,25% et -0,50%.
Le Conseil des gouverneurs prévoit que les taux d'intérêt directeurs de la BCE resteront à leurs niveaux actuels ou à des niveaux plus bas jusqu'à ce qu'il ait constaté que les perspectives d'inflation convergent durablement vers un niveau suffisamment proche de, mais inférieur à 2% sur son horizon de projection, et que cette convergence se reflète de manière cohérente dans la dynamique d'inflation sous-jacente.
Les achats d'actifs réalisés dans le cadre du PEPP contribuent à assouplir l'orientation générale de la politique monétaire, ce qui permet de compenser la baisse de la trajectoire prévue de l'inflation liée à la pandémie. Les achats continueront à être effectués de manière flexible dans le temps, entre les catégories d'actifs et entre les juridictions. Cela permet au conseil des gouverneurs de parer efficacement aux risques qui pèsent sur la transmission harmonieuse de la politique monétaire.

Le Conseil des gouverneurs procédera à des achats nets d'actifs dans le cadre du PEPP au moins jusqu'à la fin juin 2021 et, en tout état de cause, jusqu'à ce qu'il juge que la phase de crise du coronavirus est terminée. Le conseil des gouverneurs réinvestira les paiements du principal des titres arrivant à échéance achetés dans le cadre du PEPP au moins jusqu'à la fin de l'année 2022. En tout état de cause, la future liquidation du portefeuille du PEPP sera gérée de manière à éviter toute interférence avec l'orientation appropriée de la politique monétaire... Sur les devises, la posture toujours très souple de la BCE à l'issue de sa dernière réunion monétaire de jeudi a fait grimper l'euro à 1,1425/$, tandis que le baril a consolidé sur les 43$ le Brent.

LES VALEURS

Solocal a rebondi de 23%. Dans le cadre de l'Assemblée unique des obligataires de Solocal Group qui s'est tenue le 13 juillet sur convocation du Commissaire à l'exécution du plan de Sauvegarde Financière Accélérée (SFA) en date du 3 juillet, l'Assemblée unique des obligataires a approuvé le projet de modification du plan de sauvegarde financière accélérée à l'unanimité des votes exprimés.
Les résolutions nécessaires à la mise en oeuvre de la modification du plan de SFA restent soumises au vote des actionnaires de Solocal Group qui seront réunis en Assemblée générale le vendredi 24 juillet.
La mise en oeuvre du projet de modification du plan de SFA reste également soumise à la réalisation de certaines conditions suspensives.

Stedim a battu de nouveaux records, en hausse de 13%. Sur la base des bonnes performances de l'entreprise au premier semestre et des prévisions de demande qui devraient rester élevées pour le reste de l'année, le groupe a donc encore une fois rehaussé ses prévisions de croissance et de bénéfices pour l'ensemble de l'exercice 2020. La direction prévoit désormais une croissance des ventes de 26 à 30% (contre 17 à 21% auparavant) et une marge EBITDA courant d'environ 31% (contre 30% auparavant), les chiffres étant donnés à taux de change constants comme par le passé...

Alstom a grimpé de 12%. Le groupe ferroviaire a fait état d'un chiffre d'affaires en baisse de 27% (-25% à périmètre et taux de change constants) mais supérieur aux attentes du marché au premier trimestre de son exercice 2020-2021 tout en enregistrant 1,7 milliard d'euros de commandes, contre 1,6 MdsE sur la même période l'année précédente.
La crise du Covid-19 aura probablement un impact négatif sur la performance financière de l'exercice 2020/21, et notamment sur les prises de commandes, le résultat net, le cash-flow libre et le chiffre d'affaires, même s'il est difficile aujourd'hui de déterminer avec précision l'ampleur de cet impact, a précisé Alstom, qui anticipe toutefois une reprise rapide du marché ferroviaire, soutenu par de solides fondamentaux et une demande croissante en mobilité durable.
La société a par ailleurs indiqué que le projet de rachat des activités ferroviaires du canadien Bombardier était sur la bonne voie.
Morgan Stanley et Oddo BHF ont confirmé leur avis positif sur le dossier à la suite de ces annonces.

Remy Cointreau : +10% avec TechnipFMC, TFF et Catana

Bic reprend 8% suivi de Chargeurs qui profite de la perspective de l'obligation de porter des masques en milieu clos.

Renault : +7% avec Natixis et Esi Group

EDF : +5% avec P&V, GTT, Nexans, Sanofi, Orange et Safran

A la baisse, Boiron a corrigé de 16%, sanctionné après l'annonce de ventes en recul de 1,2% à 253,63 ME sur le semestre, avec une baisse marquée de 14,5% au deuxième trimestre. La diminution des consultations médicales et de la fréquentation des pharmacies due à la crise sanitaire a notamment pesé sur l'activité en France. "Notre activité globale à venir dépendra de l'évolution de la situation sanitaire et économique mondiale. Nous pensons que les ventes en France continueront d'être impactées sur le 2e semestre par la décision du déremboursement annoncé des médicaments à nom commun à compter du 1er janvier 2021. Dans ce contexte, nous anticipons, en 2020, une baisse de notre chiffre d'affaires et de notre résultat", a indiqué le management.
Suite à cette publication décevante, Oddo BHF dégrade la valeur à 'vendre' avec un objectif de 40 euros et la SG abaisse sa recommandation à 'vendre' malgré une cible rehaussée de 34 à 37 euros

Ubisoft a redonné 12%. L'annonce du départ de plusieurs cadres dirigeants, dont le numéro deux du groupe, sur fond d'affaires d'harcèlement sexuel au sein de la société a fait des dégâts. Et ce alors que les dernières annonces relatives aux prochaines sorties de jeux n'ont guère rassuré la communauté financière.
Chez les analystes, la vague d'ajustements se confirme. Après la SG et Jefferies, Oddo BHF a dégradé la valeur à 'neutre' avec un objectif maintenu à 78 euros.

Synergie recule de 6% avec Verallia et Worldline

Atari : -5% suivi de LDC et Casino

Soitec : -4% avec Alten et Thales

Vos réactions doivent respecter nos CGU.