Bilan hebdo : Noël avant l'heure pour le CAC40 !

Bilan hebdo : Noël avant l'heure pour le CAC40 !
bourse

Boursier.com, publié le vendredi 13 novembre 2020 à 17h45

Il valait mieux ne pas avoir trop de liquidités en portefeuille en ce début novembre. Les investisseurs qui avaient privilégié la prudence sur fond d'élections américaines et de crise sanitaire ont de quoi s'en mordre les doigts. Avec une hausse de 8,45% sur cinq séances, le CAC40 a prolongé son rebond de près de 8% enregistré la semaine précédente, portant ses gains depuis le début du mois à plus de 17%.

La semaine dernière, les opérateurs avaient salué en avance la victoire Joe Biden (malgré les contestations virulentes de Donald Trump) et la perspective d'un Congrès toujours divisé qui a du bon puisqu'elle pourrait retarder la hausse de la fiscalité et le durcissement de la réglementation. Ils ont cédé à l'euphorie ces derniers jours sur des espoirs d'un vaccin contre le coronavirus après les bonnes nouvelles de Pfizer et BioNTech sur leur candidat vaccin. Si des inconnues persistent (durée de protection...), la perspective de pouvoir commencer à vacciner les populations fin 2020 ou début 2021 constitue une avancée majeure vers un retour à la normale de l'activité économique dans le monde alors que la pandémie continue à sévir aux quatre coins de la planète.

Les valeurs qui avaient le plus souffert des mesures de restriction sanitaires et du confinement ont flambé à la suite de cette annonce, notamment celles évoluant dans les transports, les loisirs, l'aéronautique ou l'immobilier commercial. A l'inverse, les actions qui avaient profité de cette crise, technologie et valeurs internet en tête, ont fait l'objet de dégagements plus ou moins appuyés. Reste désormais à savoir si cette tendance, la fameuse 'grande rotation' va se poursuivre ou s'il s'agit simplement d'un pétard mouillé.

Les cours de l'or noir (+8% environ pour le Brent) ont également été dopés par le lancement d'un potentiel vaccin contre le Covid-19 avant 2021 même si les perspectives sur la demande restent, à l'heure actuelle, moroses, et que l'augmentation de la production dans certains pays laisse craindre une poursuite des déséquilibres.

LES VALEURS

* Klepierre flambe de 63%. L'action de la société d'immobilier commercial a été portée par l'annonce du duo Pfizer-BioNTech sur l'efficacité de leur candidat vaccin contre le coronavirus. Si le chemin s'annonce encore long, les opérateurs tablent sur un retour 'à la normale' plus rapide qu'escompté après cette annonce. Complètement délaissé par les opérateurs avec la mise en place des mesures de confinements pour faire face à la pandémie, le secteur retrouve de l'intérêt depuis lundi. Klepierre a par ailleurs annoncé le placement de 600 millions d'euros d'obligations à échéance 2031.

* CGG s'envole de 61%. Les investisseurs ayant misé sur au début du mois ont eu le nez creux. Certes, le groupe parapétrolier est loin d'être le seul à avoir profité de cette semaine euphorique sur les marchés financiers mais, avec un bond de plus de 55%, le titre affiche la plus belle performance hebdomadaire sur le SBF120. CGG a bénéficié du retour de l'appétit pour le risque dans les salles de marché ainsi que de la forte remontée des cours du brut dans l'espoir d'un redémarrage économique en 2021 avec l'arrivée de vaccins efficaces pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. L'actualité autour du groupe parapétrolier a également été marquée par plusieurs notes d'analystes puisque la SocGen a rehaussé sa recommandation sur le titre à 'acheter' alors que Kepler Cheuvreux a confirmé son avis 'acheter' avec une cible ajustée de 1,6 à 1,5 euro. Malgré cet incroyable début de semaine, le titre accuse encore un repli de près de 75% depuis le premier janvier.

* JCDecaux bondit de plus de 48% au terme d'une semaine 'toute verte'. L'actualité autour du spécialiste de la communication extérieure a été marquée par plusieurs notes favorables d'analystes dans la mesure où Barclays a rehaussé à 'pondération en ligne' son opinion sur la valeur avec un objectif remonté de 12 à 20 euros. Le broker estime que le secteur européen des médias a plus à gagner que certains noms de 'value'/cycliques. Mardi, Bank of America était passé de 'sous-performer' à 'acheter' sur le dossier en visant 23 euros.

* Unibail-Rodamco-Westfield s'envole de 45,2% alors que les actionnaires ont rejeté le projet de résolution concernant l'augmentation de capital souhaitée par la direction. Ces derniers ont aussi approuvé l'entrée au conseil de surveillance du duo Léon Bressler / Xavier Niel à l'origine de la fronde et qui contestaient le bien-fondé de l'appel au marché.

* Elior gagne 44% sur fond d'espoirs de sortie de crise sanitaire avec l'arrivée de vaccins efficaces début 2021. Le spécialiste de la restauration collective avait dévoilé la semaine dernière des comptes plus solides que prévu.

* Renault prend près de 28%. La valeur, qui affiche encore un déficit de plus de 30% depuis le premier janvier contre environ -10% pour le CAC40, a bénéficié de l'amélioration de la situation chez son partenaire Nissan ainsi que de commentaires favorables d'analystes. Kepler Cheuvreux a notamment revalorisé le dossier de 25 à 30 euros tout en restant à 'conserver' alors que Morgan Stanley a réitéré son avis 'surpondérer' et son objectif de 40 euros.

* Air France KLM s'envole de 26,5%. A l'image du secteur, le titre de la compagnie franco-néerlandaise a été dopé par les espoirs de voir arriver un vaccin efficace contre le covid-19 début 2021 après les annonces du duo Pfizer/BioNTech. La valeur a par ailleurs bénéficié du soutien de Kepler Cheuvreux qui est passé de 'réduire' à 'conserver' sur le dossier tout en multipliant son objectif de cours par deux à 4,3 euros. En outre, Ben Smith se veut optimiste. Le directeur général d'Air France KLM estime que le groupe franco-néerlandais a toutes les cartes en main pour sortir renforcer de la crise actuelle. Dans un entretien accordé aux 'Echos', le dirigeant explique qu'au-delà de la restructuration en cours du groupe, ce dernier bénéficie de sérieux atouts face à la concurrence : le plus gros marché entrant d'Europe avec la France, la meilleure plateforme de correspondance à l'aéroport de Schiphol, un outil low cost unique avec Transavia".

* Airbus s'adjuge 22%. Outre les espoirs suscités par le candidat vaccin du duo Pfizer/BioNTech contre le Covid-19, le géant de l'aéronautique a livré 72 appareils en octobre, marquant une nette progression de 26,3% par rapport à septembre. Comme le souligne Oddo BHF, ce chiffre consolide le commentaire du CEO d'Airbus qui indiquait que la cadence de 40 pour la famille A320 était à ses yeux solide en dépit de l'arrêt du mouvement de réintroduction des capacités depuis la fin de l'été. La société a par ailleurs enregistré 11 nouvelles commandes sur le mois, dont 6 ACJ TwoTwenty récemment commercialisés, 4 unités de la famille A320neo et 1 ACJ 320neo.

* Alten grimpe de près de 19% après avoir annoncé le rachat de SDG Groupe. Cette société, spécialisée dans l'analyse commerciale, la gestion des données, l'IA et la gestion des performances, est présente en Europe du Sud, aux États-Unis et se développe dans d'autres régions. SDG connaît une croissance rapide, compte 950 personnes, a réalisé un chiffre d'affaires de 76 millions d'euros en 2020 avec une rentabilité opérationnelle de plus de 10%. Le groupe, dont l'expertise est très appréciée des grands clients, permettra d'améliorer le positionnement et l'offre d'Alten, précise la société d'ingénierie et de conseil en technologies. Les deux entreprises développeront immédiatement des synergies opérationnelles et commerciales.

A l'inverse, * Sartorius Stedim (-10,7%) est le bonnet d'âne de la semaine sur le SBF120. Un événement pour le marché parisien tant le fournisseur majeur de l'industrie biopharmaceutique a impressionné au cours des derniers mois. Malgré ce repli hebdomadaire, le titre continue à afficher, de loin, la meilleure performance du SBF120 depuis le début de l'année avec un gain qui dépasse les 110%. Surfant sur la crise sanitaire actuelle, le groupe a relevé par trois fois ses objectifs 2020. Depuis le début de l'année, la pandémie a participé à hauteur d'environ 9 points à la croissance du chiffre d'affaires et à hauteur de 14 points à la hausse des prises de commande, expliquait récemment le management. Sartorius Stedim Biotech vise pour le moment un chiffre d'affaires d'environ 2,8 milliards d'euros et une marge d'EBITDA courant de près de 30% d'ici 2025.

* Neoen cède 5,2%. Si le producteur indépendant d'énergie renouvelable a confirmé ses objectifs annuels, il a fait état d'une nouvelle faible croissance au troisième trimestre avec un chiffre d'affaires consolidé de 66,9 millions d'euros, en hausse de 1%. Le management vise toujours un Ebitda 2020 compris entre 270 et 285 millions d'euros, avec une marge d'EBITDA supérieure à 85%. Le Groupe rappelle que cet objectif d'EBITDA tient compte de la meilleure estimation à date du calendrier de mise en service des centrales en cours de construction ainsi que du niveau des prix de marché actuels.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.