Bilan hebdo : troisième semaine de repli pour le CAC40

Bilan hebdo : troisième semaine de repli pour le CAC40©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 29 janvier 2021 à 17h45

Le mois de janvier se finit à peine et pourtant les marchés ont encore vécu une drôle de semaine. Si la crise sanitaire reste bien présente en toile de fond, avec le spectre d'un nouveau confinement qui se précise en France, ce sont cette fois les actionnaires particuliers américains qui ont fait parler d'eux. Regroupés sur des réseaux sociaux (le forum Wallstreetbets sur Reddit en tête) afin de faire décoller les actions d'entreprises en difficulté sur lesquelles les fonds spéculatifs parient à la baisse, ces "New Day Traders" ont provoqué un petit vent de panique dans les salles de marché et contraint certains hedge fund à se racheter à la va-vite, avec à la clef des pertes conséquentes pour ces derniers.

La bataille entre les deux parties a ainsi fait rage sur plusieurs valeurs, GameStop, AMC ou encore Nokia et Klepierre en Europe. Pour ne citer qu'elles. De quoi alimenter un peu plus le mouvement général d'aversion au risque alors que des opérateurs commencent à s'inquiéter des niveaux de valorisation atteints par certaines entreprises, et placer dans l'embarras les autorités financières et politiques, pressées d'agir pour mettre fin au désordre.

Sur le front macro, et pour ce qui constituait son premier rendez-vous de politique monétaire de l'année, la Fed n'a pas touché à ses taux directeurs. Sans surprise, la Réserve fédérale américaine a annoncé mercredi soir le maintien de ses taux d'intérêts directeurs à leur niveau actuel et la poursuite au même rythme de ses rachats d'actifs, assurant aux marchés son soutien à long terme face à la crise du coronavirus.

En France, la bonne nouvelle est venue de la relative résistance de l'économie en fin d'année, grâce principalement au bond des dépenses de consommation des ménages pendant la période des fêtes. Le PIB s'est ainsi contracté de 1,3% sur les trois derniers mois de 2020 contre un repli de 4% anticipé par le marché et une estimation de la Banque de France également à -4%. Sur le trimestre, le PIB est inférieur de 5% à son niveau de l'année précédente alors que le recul sur un an s'élevait à 18,8% au deuxième trimestre, période marquée par le premier confinement dans l'Hexagone.

Enfin, les publications d'entreprises se poursuivent à bon train de part et d'autre de l'Atlantique. Les résultats portent logiquement les traces de la crise actuelle mais ressortent, dans l'ensemble, assez nettement supérieurs aux attentes de la place. Quant au CAC40, il aligne une troisième semaine consécutive dans le rouge, en repli de 2,88% sur cinq séances, à 5.399 points ce vendredi soir.

LES VALEURS

* Unibail-Rodamco-Westfield et Klépierre flambent respectivement de 22,8% et 17,2%. Les deux valeurs ont bénéficié d'un regain d'intérêt pour les titres les plus 'shortés' en bourse alors que les positions vendeuses sur les deux actions représentent plus de 13% du flottant, selon les données d'IHS Markit.

* Dontnod bondit de 8,4%, dopé par l'annonce de l'entrée au capital du géant chinois Tencent à la suite d'une levée de fonds de 50 ME.

* Valneva gagne 4,4%. Le groupe a initié la production de son candidat vaccin inactivé et adjuvanté contre le nouveau coronavirus, en parallèle des études cliniques actuellement en cours, en vue d'optimiser le calendrier des livraisons potentielles du vaccin.

* JCDecaux s'adjuge 3,5% malgré une fin d'année 2020 encore compliquée. Le numéro un mondial de l'affichage publicitaire a dégagé un chiffre d'affaires trimestriel de 695,1 millions d'euros, en repli de 38% en données publiées et de 33,9% à taux de change et périmètre constants. Plombé par la crise, le groupe n'a pas fourni de prévisions pour l'exercice en cours.

* M6 (+2,6%) grimpe sur des rumeurs d'évolution du tour de table. Reuters, qui cite des sources proches des discussions, affirme que le géant allemand des médias Bertelsmann aurait approché plusieurs candidats potentiels en vue de céder sa participation de contrôle dans le Groupe M6. L'agencé évoque notamment les noms de Vivendi et d'Altice Europe. TF1 et le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky auraient également été approchés. Bertelsmann, qui espèrerait conclure un accord d'une valeur potentielle d'environ 3 milliards d'euros, n'a pas encore engagé de banques pour un processus de vente formel et les pourparlers en sont encore à un stade préliminaire, précise l'agence.

* STMicroélectronics progresse de 2,1%. Le spécialiste des semi-conducteurs a dévoilé des résultats et des prévisions supérieurs aux attentes des analystes. Sur les trois mois clos fin décembre, le groupe a enregistré un chiffre d'affaires net de 3,24 milliards de dollars, une marge brute de 38,8% et un résultat net de 582 M$, soit 0,63$ par action après dilution. Le management anticipe, au 1er trimestre, des ventes de 2,93 Mds$, en hausse de +31,2%, avec une marge brute de 38,5%. Le consensus tablait jusqu'ici sur des revenus de 2,61 Mds$ avec une marge de 37,7%. Signe de la vigueur de la demande, la direction prévoit d'investir environ 1,8 à 2 Mds$ en CAPEX en 2021.

* Pernod Ricard (+1,7%). Le groupe de spiritueux a profité de la publication intermédiaire nettement meilleure que prévue de Diageo (+4,5%), qui a bénéficié de la vigueur de la demande aux Etats-Unis. Le fabricant du whisky Johnnie Walker et de la vodka Smirnoff a réalisé sur les six premiers mois de son exercice décalé un bénéfice ajusté en repli de 13% à 69,9 pence par action pour des revenus nets de 6,87 milliards de livres, en repli de 4,5%. La croissance organique est ressortie à 1% contre une baisse de 5% attendue par le consensus. Le résultat opérationnel a reculé de 8,3% à 2,24 Mds£.

A l'inverse, * Solutions 30 plonge de 20%. Outre la publication d'une solide activité l'an passé, Solutions 30 a porté plainte pour diffamation à la suite des dernières sorties de Muddy Waters. La société rappelle avoir d'ores et déjà saisi l'Autorité des Marchés Financiers et porté plainte auprès du Parquet National Financier pour diffusion d'informations fausses et trompeuses et de manipulations de marché, après la diffusion d'un rapport anonyme à charge, contenant de très nombreuses informations erronées et mensongères.

"Ces informations ont été exploitées et diffusées de manière publique par le fonds spéculatif Muddy Waters qui, dans deux lettres datées du 25 et du 27 janvier 2021 et écrites en son nom propre, porte de nouvelles allégations, fausses et trompeuses. Ces diffusions, dont le seul but est de tirer profit de la baisse du titre Solutions 30, sont intervenues, pour la première, deux jours de bourse avant la publication du chiffre d'affaires annuel du Groupe puis, pour la deuxième, le lendemain de la publication d'une forte croissance du chiffre d'affaires annuel. Solutions 30 réfute catégoriquement les allégations visant la société, contenues dans ces lettres et, devant leur gravité, a décidé de porter plainte pour diffamation".

* EDF chute de 17%. La réorganisation du groupe et la refonte de la réglementation de l'électricité nucléaire auraient du plomb dans l'aile, tout du moins dans l'immédiat. Selon les informations de "'BFM Business', le projet 'Hercule' " rencontre trop d'obstacles pour aboutir cette année", particulièrement à Bruxelles où Ursula Von der Leyen ne voudrait rien lâcher. Réagissant à cette information, Bercy a indiqué que les négociations avec Bruxelles se poursuivent et qu'aucun délai supplémentaire n'a été demandé pour mener à bien ce projet. L'électricien a par ailleurs annoncé un nouveau retard et une révision à la hausse de son projet de centrale nucléaire à Hinkley Point en Grande-Bretagne.

* McPhy trébuche de 14,7%. Victime de prises de profits, le titre a chuté après l'annonce d'un chiffre d'affaires annuel de 13,7 ME, en hausse de 20%. Le spécialiste des équipements de production et distribution d'hydrogène par électrolyse a enregistré des prises de commandes fermes pour 23 ME sur 2020, en progression de +75% sur un an.

* Elior rend 5,9%. Le titre a subi d'importants dégagements après la publication d'un chiffre d'affaires en retrait de -27,7% sur les 3 mois clos fin décembre, à 945 ME. Un niveau bien inférieur aux attentes des analystes qui tablaient sur des revenus de 1,02 MdE. "Aujourd'hui, rien ne nous permet d'envisager, avec certitude, une situation sanitaire maîtrisée à court terme et normalisée d'ici à la fin de l'exercice 2020-2021", commente le management d'Elior.

* Maisons du Monde (-5,6%). Le spécialiste de l'ameublement et de la décoration a dévoilé un chiffre d'affaires 2020 de 1,182 MdE, en repli de 3,5% et de 6,6% à périmètre comparable. Un niveau en ligne avec les attentes du marché. Grâce à la solide performance du troisième trimestre 2020, à la forte activité commerciale en octobre et décembre et à une gestion efficace des coûts tout au long de l'année, la baisse de l'EBITDA de l'année devrait être contenue à un peu moins de 10% par rapport à son niveau de 2019...

* Vivendi (-4,7%). Sans grande surprise, le consortium mené par Tencent a acquis 10% supplémentaires du capital d'Universal Music Group sur la base d'une valeur d'entreprise de 30 milliards d'euros pour 100% d'UMG. Le consortium porte ainsi sa participation dans le géant de la musique à 20%. Après la réussite de cet accord stratégique, une cotation en Bourse d'UMG est prévue au plus tard début 2022. Vivendi devrait utiliser la trésorerie issue de ces différentes opérations pour réduire sa dette et financer des acquisitions.

* LVMH cède 2,6% malgré une nouvelle publication de très bonne facture. Le numéro un mondial du luxe a fait état d'un chiffre d'affaires trimestriel de 14,3 milliards d'euros, en repli limité de 3% à taux de change et périmètre constants, en ligne avec les attentes des analystes. Mais c'est surtout la belle performance de la division Mode et Maroquinerie, qui nourrit les bénéfices du groupe, qui a retenu l'attention des opérateurs. La branche qui comprend notamment les marques Louis Vuitton et Christian Dior a vu ses revenus croître de 18% sur les trois derniers mois de l'année, là où le consensus attendait une hausse limitée à 11%. Sur l'ensemble de l'exercice écoulé, le bénéfice net du groupe s'est contracté de -34%, à 4,7 MdsE, tandis que le résultat opérationnel courant s'est replié de -28%, à 8,31 MdsE.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.