bioMérieux : violent décrochage après l'avertissement sur les revenus

bioMérieux : violent décrochage après l'avertissement sur les revenus©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 27 avril 2021 à 09h29

bioMérieux est chahuté en début de séance avec un titre qui décroche de près de 10% à 97,8 euros, sur un plancher de plus d'un an. Le spécialiste du diagnostic in vitro a fait état d'un chiffre d'affaires trimestriel de 845 millions d'euros, en croissance de 9,9%, globalement en ligne avec les attentes. En revanche, dans un contexte d'amélioration de la situation sanitaire aux États-Unis, qui conduit à une réduction de la demande pour les panels respiratoires de Biofire, le groupe a revu sa guidance semestrielle et annuelle à la baisse.

bioMérieux est chahuté en début de séance avec un titre qui décroche de près de 10% à 97,8 euros, sur un plancher de plus d'un an. Le spécialiste du diagnostic in vitro a fait état d'un chiffre d'affaires trimestriel de 845 millions d'euros, en croissance de 9,9%, globalement en ligne avec les attentes. En revanche, dans un contexte d'amélioration de la situation sanitaire aux États-Unis, qui conduit à une réduction de la demande pour les panels respiratoires de Biofire, le groupe a revu sa guidance semestrielle et annuelle à la baisse.

La progression des ventes au premier semestre est en effet maintenant estimée autour de 10%, à taux de change et périmètre constants. Dans un contexte très incertain et une évolution contrastée de la pandémie, la croissance organique des ventes pour l'année est de son côté désormais attendue de neutre à autour de 5%, contre une hausse de 5 à 8% visée précédemment. Malgré un degré d'incertitude élevé, l'objectif annuel de résultat courant contributif est maintenu.

bioMérieux publie des chiffres en ligne avec les attentes qui anticipent toutefois un certain essoufflement de la frénésie sur le reste de l'année, affirme Portzamparc. La maison de bourse réduit son objectif sur le dossier de 127 à 121,3 euros mais reste à 'acheter'. La dynamique boursière risque d'être affectée par les chiffres publiés dans la mesure où le marché anticipe un dégonflement de la bulle de tests PCR, explique de son côté Oddo BHF. Heureusement, les indications sur le ROC amortissent l'annonce d'un moindre CA prévu, mais le momentum ralentit visiblement... 'Neutre' sur le dossier, l'analyste vise 115 euros alors que le titre se traite au-dessus (de 10% à 25% selon les ratios) de ses multiples historiques.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.