Bourse : les dossiers chauds de l'été

Bourse : les dossiers chauds de l'été©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 14 août 2018 à 11h55

L'été a la réputation d'être assez calme sur les marchés financiers. Pourtant, les événements imprévus sont nombreux à avoir émergé en plein mois de juillet ou d'août. 2018 ne déroge pas à la règle avec la crise turque ou la poursuite de la bataille commerciale entre les Etats-Unis et leurs principaux alliés. Sur le front des entreprises aussi, l'été réserve toujours quelques surprises. A Wall Street, le tube de l'été se nomme Tesla. Pas un jour ne se passe sans une déclaration ou un Tweet du sulfureux président du constructeur de voitures électriques, Elon Musk. A Paris, l'actualité est moins brûlante mais quelques dossiers chauds sont surveillés comme le lait sur le feu par les opérateurs. Des sociétés très diverses, qui font la une de l'actualité pour des raisons tout aussi variées. Petit tour d'horizon.

Commandes fictives

Altran a vécu un mois de juillet assez chaotique. L'annonce de la découverte de bons de commandes fictifs chez l'Américain Aricent que la société de R&D externalisée vient de racheter pour 1,7 milliard d'euros a provoqué un véritable plongeon du titre. "Cet agissement est le fait d'un individu et concerne un client, pour un montant de l'ordre de 10 millions de dollars, et porte sur la période courant du 3e trimestre 2017 au 1er trimestre 2018", soit avant la prise de contrôle du groupe par Altran, a tenté de rassurer la société. Mais le mal est fait, et plusieurs analystes se montrent désormais beaucoup plus sceptiques sur le dossier suite à cette annonce.

Conflits sociaux

A la recherche d'un patron depuis la démission surprise de Jean-Marc Janaillac en mai dernier, Air France KLM occupe régulièrement la Une des journaux depuis le début de l'été. Comme chaque année, la compagnie continue de transporter des millions de passagers durant les deux mois estivaux. Pourtant la situation sociale est loin d'être au beau fixe au sein du groupe franco-hollandais. Après un début d'année marqué par de multiples grèves, la rentrée pourrait s'avérer très compliquée puisque les pilotes des branches française, comme néerlandaise, menacent d'arrêter le travail s'ils n'obtiennent pas satisfaction sur leurs revendications salariales. En parallèle, les tractations pour trouver un nouveau directeur général se poursuivent. Selon les dernières rumeurs de presse, c'est Benjamin Smith, le directeur de l'exploitation d'Air Canada, qui tiendrait la corde. Un nom qui semble ne pas beaucoup plaire en interne, et qui, s'il venait à être confirmé, pourrait provoquer de nouvelles secousses au sein d'une entreprise qui reste détenue à hauteur de 14,3% par l'Etat.

Privatisations

En parlant d'Etat justement, le programme de privatisation du gouvernement est un autre sujet chaud de l'été sur la place parisienne. Bercy souhaite récupérer plusieurs milliards d'euros via la cession de participations qu'il détient dans la Française des Jeux (FDJ) mais aussi dans des entreprises cotées telles qu'Engie ou Groupe ADP. Le produit de ces ventes servira à alimenter le Fonds pour l'innovation de rupture lancé en début d'année. Outre l'opérateur du loto, dont l'Etat contrôle 72% du capital, et le gestionnaire des aéroports parisiens (détenu à hauteur de 50,6%), le gouvernement pourrait également diminuer sa participation dans plusieurs grands groupe français. Plusieurs noms reviennent régulièrement sur le devant de la scène. On citera notamment les deux constructeurs automobiles, PSA Groupe et Renault, qui affichent une santé éclatante, mais également Orange ou AF-KLM dont la présence de l'Etat au capital n'est désormais plus vue comme un avantage mais davantage comme un obstacle à la transformation de la compagnie.

Opérations financières

Période estivale ou non, les opérations financières se déroulent tout au long de l'année. Atos peut en témoigner. Le groupe dirigé par Thierry Breton a signé en plein coeur de l'été sa plus grosse opération de croissance externe depuis 2011 en s'offrant, pour 3,4 milliards de dollars, l'Américain Syntel. TxCell ne dira également pas le contraire. Sangamo Therapeutics a accepté de racheter la biotech française pour environ 72 millions d'euros (sur une base sans trésorerie et sans dette) en offrant une énorme prime de 177%. JCDecaux a pour sa part signé un chèque de 714 millions d'euros pour se renforcer sur le marché australien en rachetant APN Outdoor, numéro deux local.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU