Bouygues : quelle chute !

Bouygues : quelle chute !©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 19 octobre 2018 à 15h15

Bouygues enregistre la chute du jour au sein du CAC40 avec un titre qui dévisse de plus de 11% à 32,4 euros. La valeur n'avait plus connu un tel plongeon depuis deux ans et demi. La révision à la baisse des perspectives de rentabilité des activités de construction et l'avertissement, qui en découle, sur les résultats de l'ensemble du groupe est lourdement sanctionné par le marché.

Bouygues, qui a en revanche confirmé les perspectives de ses filiales TF1 et Bouygues Telecom, envisage désormais un résultat opérationnel courant stable ou en légère baisse alors qu'il comptait sur une nouvelle amélioration de sa rentabilité. Cet avertissement sur résultats intervient deux semaines après une journée investisseurs dédiée aux activités de construction, lors de laquelle le groupe avait dit sa confiance dans les perspectives de ce marché.

Le marché ne s'y attendait pas

Si le management s'est voulu rassurant sur la branche construction en indiquant que ce coup de moins bien était temporaire et "ne change pas la vision que nous avons à moyen et long termes sur cette activité", les investisseurs se montrent plus circonspects. Berenberg explique par exemple que le moment choisi pour cette annonce soulève des doutes et pourrait nuire à la confiance des opérateurs dans la capacité de la direction à tenir ses perspectives, ajoutant que le sentiment sur la société en souffrirait. Raymond James (à 'performance de marché') estime pour sa part que l'avertissement pour 2018 ne devrait pas faire dérailler les solides bénéfices attendus en 2019.

Bryan Garnier reste confiant

Enfin, Bryan Garnier reste 'acheteur' de la valeur mais abaisse sa 'fair value' de 3 euros, à 43 euros. Le courtier souligne que le potentiel reste important sachant que les difficultés des différents projets mentionnés par le management sont ponctuelles; que les travaux dans le génie civil, le bâtiment et les routes sont bien orientés, en particulier en France (avec des marges d'exploitation actuellement supérieures aux niveaux normatifs); et que la direction a évoqué une variation du BFR meilleure qu'attendue cette année.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.