Bpifrance votera en faveur du plan de sauvetage de CGG

Bpifrance votera en faveur du plan de sauvetage de CGG
Entré en flotte en 2011, l'Oceanic Sirius est un sistership de l'Ocanic Vega.

Boursier.com, publié le mercredi 18 octobre 2017 à 09h09

A l'approche de l'assemblée générale qui doit valider le plan de restructuration financière, CGG a obtenu le soutien de Bpifrance, qui détient 9,4% de son capital et 10,8% de ses droits de vote. La banque publique s'est engagée à voter en faveur de l`ensemble des résolutions nécessaires à la mise en oeuvre du plan de restructuration financière, a fait savoir le spécialiste des études géophysiques dans un communiqué diffusé tard hier soir. "Cette décision s`inscrit dans le cadre des engagements pris par CGG et certains créanciers dans le cadre de la procédure de sauvegarde, portant notamment sur l`emploi et l`ancrage français du groupe", explique le management, qui a demandé au Tribunal de commerce de prendre acte de ces engagements dans son jugement arrêtant le plan. Bpifrance rejoint DNCA (7,9% du capital et 7,7% des droits de vote), qui soutiendra également le plan après avoir négocié globalement avec la société, puisque la gestion détient, outre ses actions, des obligations et des OCEANE. CGG en profite pour glisser que son plan de restructuration financière a été "massivement adopté" par le comité des établissements de crédit et assimilés et l`assemblée générale unique des obligataires, ainsi que les classes autorisées à voter dans le cadre de la procédure de "Chapter 11" aux Etats-Unis.

Décisif

Le groupe doit obtenir le soutien des deux-tiers de ses actionnaires pour valider son plan de sauvetage. Ce vote qui conditionne la survie de l'entreprise va paradoxalement déposséder les actionnaires de la majeure partie de leurs droits, car la transformation du passif en actions va conférer une large majorité du capital aux créanciers. Certains porteurs (d'actions et de convertibles) se sont élevés contre un projet qu'ils considèrent comme leur étant trop défavorables. Ils espèrent qu'une proposition alternative pourra voir le jour avant l'assemblée générale, ce qui semble de plus en plus difficile. A défaut, ils se mobiliseront pour peser dans la balance le jour du vote.

Le soutien de la banque publique permet à l'action de s'adjuger 6,3% dans les premiers échanges parisiens, à 3,90 euros. Le dossier est plus spéculatif que jamais, ce qui n'empêche pas Portzamparc de passer de vendre à conserver ce matin, pour un objectif de cours inchangé de 4,30 euros. L'analyste estime que le risque d'un échec lors de l'assemblée générale et une situation opérationnelle toujours compliquée sont désormais bien intégrés dans les cours. Il salue le ralliement de Bpifrance mais estime que le vote reste fort incertain.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU