Bruxelles autorise la naissance d'EssilorLuxottica sans aucune condition

Bruxelles autorise la naissance d'EssilorLuxottica sans aucune condition
La marque Luxottica se reflète dans une paire de lunettes.

Boursier.com, publié le jeudi 01 mars 2018 à 12h04

Grande nouvelle pour Essilor et Luxottica : Bruxelles vient de donner un feu vert inconditionnel au rapprochement entre les deux géants européens de l'optique. La fusion n'aura pas d'effet préjudiciable sur la concurrence dans l'Espace économique européen ou une partie substantielle de celui-ci, ont conclu les services de la commissaire à la concurrence Margrethe Vestager, après avoir notamment interrogé près de 4.000 opticiens en Europe. L'antitrust est donc revenu sur ses craintes initiales, qui avaient provoqué l'ouverture d'une enquête approfondie.

La principale préoccupation du régulateur était de déterminer si Luxottica aurait pu se servir de la puissance de ses marques, comme Ray-Ban et Oakley, pour forcer ses clients à accepter des verres Essilor. En effet, les deux groupes sont plus complémentaires que concurrents, ce qui a probablement complexifié l'enquête de la Commission européenne. Ce sont finalement les retours des opticiens qui ont fait la différence. Les marques de montures et de lunettes de soleil de Luxottica ayant l'image la plus forte ne sont généralement pas des produits essentiels pour les opticiens, a appris le régulateur, ce qui concorde avec une part de marché dans les montures de moins de 20% pour le transalpin en Europe. Cela signifie que de nombreux magasins d'optique ne vendent pas de Luxottica. Les services de Margrethe Vestager soulignent aussi qu'EssilorLuxottica ne serait pas en mesure d'utiliser sa puissance sur le marché des lunettes de soleil pour évincer du marché les fournisseurs de verres concurrents, en particulier parce que la majorité des lunettes de soleil sont vendues sans correction visuelle et représentent une faible partie du chiffre d'affaires des opticiens. A l'inverse, elle ne serait pas capable d'évincer du marché les fournisseurs rivaux d'articles de lunetterie car Essilor n'a pas un pouvoir de marché suffisant ni un intérêt à évincer les concurrents de Luxottica. Enfin, les activités de chacune des entreprises dans la spécialité de l'autre sont de taille modeste.

Les dernières rumeurs allaient dans le sens d'une autorisation sans condition. Cela n'empêche pas Essilor de bondir de 4% à 112 euros après cette annonce à Paris. Le rapprochement avait été annoncé il y a un peu plus d'un an. Essilor s'était mis d'accord avec Delfin, le holding de Leonardo Del Vecchio, qui va apporter ses 62% dans Luxottica en échange d'actions nouvelles Essilor, sur la base d'une parité de 0,451 Essilor pour 1 Luxottica. Une offre publique serait ensuite proposée aux minoritaires du transalpin. Actuellement, Essilor pèse 24,6 MdsE en bourse et Luxottica 24,4 MdsE.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU