Carmila : Le résultat récurrent s'inscrit à 167,6 ME

Carmila : Le résultat récurrent s'inscrit à 167,6 ME©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 17 février 2021 à 18h34

Dans une année de crise sanitaire marquée par des restrictions d'activité, Carmila publie un core business résilient et affiche une structure financière solide. Les revenus locatifs 2020 s'établissent à 349,7 ME, en retrait de 2,7%. Cette variation tient compte principalement (i) de l'impact IFRS 16 des franchises de loyers accordées dans le cadre de la crise sanitaire en contrepartie d'allongements de la durée des baux et (ii) de l'ajustement des provisions pour loyers variables, pour tenir compte des mois de fermeture. Les loyers nets sur l'exercice 2020 atteignent un montant de 270,8 ME, en baisse de -18,7%, due essentiellement aux conséquences directes et indirectes des restrictions sanitaires. La variation à périmètre constant totale représente -61,3 ME, soit -18,4% sur l'année. Les impacts spécifiques de la crise Covid (inclus dans le périmètre constant) s'élèvent à 56,7 ME, soit -17%. La croissance organique retraitée de ces impacts spécifiques est de -1,4% et contient un impact d'indexation de +1,5%. La croissance générée par les extensions est de +1 ME, soit +0,3%.

Dans une année de crise sanitaire marquée par des restrictions d'activité, Carmila publie un core business résilient et affiche une structure financière solide.
Les revenus locatifs 2020 s'établissent à 349,7 ME, en retrait de 2,7%. Cette variation tient compte principalement (i) de l'impact IFRS 16 des franchises de loyers accordées dans le cadre de la crise sanitaire en contrepartie d'allongements de la durée des baux et (ii) de l'ajustement des provisions pour loyers variables, pour tenir compte des mois de fermeture.
Les loyers nets sur l'exercice 2020 atteignent un montant de 270,8 ME, en baisse de -18,7%, due essentiellement aux conséquences directes et indirectes des restrictions sanitaires.
La variation à périmètre constant totale représente -61,3 ME, soit -18,4% sur l'année. Les impacts spécifiques de la crise Covid (inclus dans le périmètre constant) s'élèvent à 56,7 ME, soit -17%. La croissance organique retraitée de ces impacts spécifiques est de -1,4% et contient un impact d'indexation de +1,5%.
La croissance générée par les extensions est de +1 ME, soit +0,3%.

Aucune acquisition n'a été effectuée en 2019 et 2020.

Les autres effets représentent -2,1 ME, soit -0,6%, et comprennent notamment l'impact de la vacance stratégique de locaux laissés vacants pour permettre des opérations de restructurations ou d'extensions.
Durant la période de crise, Carmila a mené des négociations avec ses preneurs pour les accompagner avec des aménagements de loyers.

Au total, les impacts des différents accompagnements s'élèvent à 69,6 ME, soit l'équivalent de 1,9 mois, dont 51 ME sont comptabilisés en perte dans le résultat 2020 ; le solde de 18,5 ME, lissé suivant l'application de la norme IFRS 16, aura un impact résultat sur les exercices à venir.
70% des négociations liées à la crise sanitaire sont signées.

Certaines négociations ont été réalisées sans contrepartie en application directe des mesures gouvernementales, notamment 3 mois de loyer abandonnés (soit 9,6 ME) en faveur des TPE. Les autres négociations ont été réalisées au cas par cas et conclues sans ou avec contrepartie (55% comprenant des allongements de durée ferme ou des engagements de commercialisation de nouveaux baux qui ont renforcé la base locative).

Sur les 100% de loyers facturés en 2020, 77,3% ont été recouvrés, 18,0% sont abandonnés au titre des allégements de loyers Covid et 4,7% restaient à recouvrer au 31 décembre 2020. Carmila a déjà recouvré 3% de ce montant à ce jour, portant le taux de recouvrement brut à 80,3%.
Le recouvrement s'est amélioré après les réouvertures au T3 (84,9%), tandis que le T2 (53,3%) et le T4 (74,3%) ont été impactés par les confinements et autres restrictions administratives.

La base locative est restée stable sur la période à -0,5% grâce notamment à une commercialisation dynamique ce qui témoigne de la résilience du core business de Carmila.

Les Coûts de structure de 2020 s'établissent à -50,9 ME contre -52,8 ME en 2019, en baisse de -3,6%, la diminution étant liée à des économies réalisées suite à la crise sanitaire.
L'EBITDA atteint 220,2 ME au 31 décembre 2020, en baisse de -22,1%.

Le Résultat financier 2020 s'établit à -75,6 ME, contre -58,1 ME en 2019. Le coût de l'endettement financier net est de -56,7 ME au 31 décembre 2020, stable par rapport à l'année dernière. Les Autres produits et charges financiers présentent une variation négative, en raison du rachat obligataire réalisé en novembre 2020 et d'ajustements liés à l'application de la norme IFRS 9. Le coût moyen de la dette sur l'exercice ressort à 1,9%.
Le Résultat net récurrent (EPRA Recurring Earnings) s'élève à 167,6 ME sur l'exercice 2020 contre 222,5 ME en 2019, en retrait de -24,7%.

Le Résultat net récurrent par action est de 1,20 euro, en diminution de -26,7% par rapport à l'exercice précédent.
L'actif net réévalué (EPRA NTA) ressort à 24,72 euros par action. Le ratio d'endettement (LTV) est de 37% droits inclus. Le résultat récurrent s'inscrit à 167,6 ME, en retrait de 24,7% par rapport à 2019 et le résultat récurrent par action à 1,20 euro.
Il sera proposé à l'Assemblée Générale des actionnaires du 18 mai 2021 de voter un dividende de 1 euro par action au titre de l'exercice 2020, avec option de paiement en titres.

Perspectives

"A ce stade, compte tenu de l'absence de visibilité sur la date de réouverture des centres et sur la levée des restrictions administratives pesant sur son activité en France, en Espagne et en Italie, Carmila est dans l'impossibilité d'indiquer un objectif de résultats 2021.
Pour autant, Carmila reste particulièrement confiant dans le caractère indispensable de ses centres, dans l'efficacité de son business model et dans la solidité de sa structure bilancielle. Carmila peut compter sur son partenariat avec Carrefour, sa commercialisation dynamique, ses relais de croissance renforcés et l'excellence opérationnelle de ses équipes pour une sortie de crise favorable" explique le groupe.

Marie Cheval, Présidente-Directrice Générale de Carmila a commenté : "L'année 2020 a été pour Carmila, comme pour le secteur, une année exigeante dans un contexte sanitaire inédit. Les nombreux challenges nés de la crise ont souligné les spécificités des centres commerciaux Carmila : des centres ancrés dans les territoires, forts du partenariat Carrefour, proches de leurs commerçants et plébiscités par leurs clients. L'engagement des équipes de Carmila a permis de maintenir une commercialisation dynamique, la poursuite de projets structurants et l'accélération des relais de croissance.
Son partenariat avec Carrefour, sa situation financière solide, sa base locative stable et ses relais de croissance renforcés placent Carmila dans une position favorable pour la reprise."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.