Casino : chahuté, la dette inquiète

Casino : chahuté, la dette inquiète
Casino rayons

Boursier.com, publié le mardi 05 juin 2018 à 13h52

Casino est malmené en bourse ce mardi, victime de lourds dégagements après deux notes d'analystes guère favorables. En début d'après-midi, le titre du distributeur cède 5,5% à 35,6 euros, au plus bas depuis janvier 2016. Barclays a réitéré son conseil 'sous-pondérer' sur le dossier tout en coupant sa cible de 38 à 34 euros. Le broker doute de la capacité du groupe à renouer avec un flux de trésorerie positif cette année et fait part de ses craintes sur les prochaines échéances de la dette de Rallye, la holding de contrôle de Casino.

"Même si les charges exceptionnelles seront probablement en baisse en 2018, sur la base de nos estimations, nous pensons qu'il sera difficile de ramener la génération de cash-flow libre (après dividendes et charges nettes d'intérêts) en territoire positif en 2018", affirme le courtier britannique. Barclays, qui juge "généreux" les multiples actuels de valorisation de Casino au regard de la complexité de la structure du groupe, de l'évolution des résultats et du profil de risque, a en outre réduit de 3% ses estimations de bénéfice par action pour intégrer l'évolution récente des changes et des hypothèses plus prudentes sur les performances commerciales en France comme en Amérique latine.

Le Credit Suisse reste pour sa part 'neutre' sur Casino mais réduit son objectif de 50 à 42,25 euros. Les marges françaises s'améliorent, avec une hausse de 10% du bénéfice de détail, mais les niveaux d'endettement élevés signifient que l'entreprise dépense toujours plus d'argent qu'elle n'en génère. La dette nette française est passée de 3,3 milliards d'euros à 3,7 MdsE au cours du dernier exercice et le broker suisse s'attend à ce qu'elle reste à ce niveau sauf restructuration (que le CS estime probabe).

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU