Casino : le marché guère emballé par les dernières annonces

Casino : le marché guère emballé par les dernières annonces©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 25 juillet 2019 à 16h43

Les décisions fortes prises par Casino ne suffisent pas au marché avec un titre qui cède 1,2% à 32,7 euros en fin de séance. Il faut dire que la suppression du dividende 2019 et de l'acompte sur celui de 2020 était largement attendue par les opérateurs depuis la mise sous procédure de sauvegarde de Rallye, la maison-mère du distributeur. Casino avait versé environ 340 millions d'euros de dividendes en 2018, dont 51% destinés à Rallye.

Grâce à des cessions d'actifs qui devraient atteindre 2,5 milliards d'euros (via notamment des ventes de murs de magasins Monoprix, supers ou hypermarchés), à la suppression du dividende et à sa génération de trésorerie en France, Casino espère ramener sa dette nette en France à moins de 1,5 milliard d'euros à la fin 2020, contre 2,7 milliards fin 2018.

Reste que la génération de trésorerie dans l'Hexagone a encore déçu les opérateurs au premier semestre. Elle a en effet reculé de 17% à 133 millions d'euros alors qu'elle avait atteint 150 ME il y a un an, sans cessions.

La Deutsche Bank évoque une bonne surprise au niveau du chiffre d'affaires et de la marge en France, une mauvaise en Amérique Latine, un faible (mais attendu) flux de trésorerie en France et encore quelques soucis sur le plan de la dette. La dette nette a en effet atteint 2,9 milliards d'euros à fin juin, contre 4,02 MdsE à fin 2018, mais en incluant 1,65 MdE de cessions d'actifs. Cela implique que la dette sous-jacente, hors désinvestissement, aurait "sensiblement augmenté", souligne le broker.

Le cash-flow libre et la dette nette sont clairement "décevants", note pour sa part Goldman Sachs. Mais ceux-ci sont compensés par les conséquences positives en termes de cash-flow à court terme de la suspension du dividende et par une légère amélioration de l'activité en France.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.