Chez Airbus, tous les programmes prennent un léger retard

Chez Airbus, tous les programmes prennent un léger retard©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 20 septembre 2017 à 07h02

Fabrice Brégier, le patron opérationnel d'Airbus, a les faveurs du quotidien 'Les Echos' ce matin, en marge de l'inauguration en Chine d'un site de fabrication des intérieurs d'A330. Le dirigeant a évidemment insisté sur l'importance stratégique du marché chinois, où la flotte en service est déjà plus importante que celle qui vole actuellement dans le ciel des États-Unis. Les taux de croissance devraient rester solides, notamment via une adoption plus large des long-courriers dans un pays qui fait jusque-là la part belle aux monocouloirs. Brégier pense que les gammes A330 et A350 ont un bel avenir sur place.

Quant aux cadences de livraison des A350, elles se normalisent. "Nous sommes en ligne avec notre objectif d'une augmentation des livraisons d'A350 d'environ 50%", explique le dirigeant au quotidien financier, en concédant que la qualité des intérieurs n'est pas encore optimale, mais qu'il y a eu "des améliorations considérables". Les soucis sur les réacteurs des A320neo entraîneront "un peu moins d'A320neo équipés de moteurs P&W que prévu". Mais l'objectif de livrer environ 200 monocouloirs de nouvelle génération "reste accessible", assure Fabrice Brégier, qui concède que l'objectif "devient tendu". Enfin, la certification de l'A350-1000 est espérée avant la fin de l'année, malgré le retard pris sur la campagne d'essais en vol. Quant à l'A330neo, il a aussi pris "un peu de retard", mais le premier vol aura lieu en octobre et la première livraison "vers la fin du premier semestre" 2018. De petits décalages qui n'ont pas de conséquence sur des programmes de cette envergure à long terme, mais qui montrent bien que l'industrie vit à flux tendus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.