Christine Lagarde veut une BCE plus verte

Christine Lagarde veut une BCE plus verte©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 08 juillet 2020 à 08h57

Une BCE davantage verte ? Christine Lagarde, la présidente de la l'Institution européenne, promet d'examiner tous les changements possibles à apporter à ses opérations dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. Dans un entretien vidéo accordé au 'Financial Times', la dirigeante affirme : "je veux explorer toutes les voies possibles pour lutter contre le changement climatique... C'est quelque chose qui me tient à coeur". C'est la première fois qu'un président de la BCE s'engage à réaliser des opérations plus "vertes", y compris dans le cadre de ses programmes de rachats d'actifs.

La BCE doit s'engager contre le changement climatique

La BCE "doit examiner tous les secteurs d'activité et les opérations dans lesquelles nous sommes engagés afin de lutter contre le changement climatique, car au bout du compte, c'est l'argent qui parle". La BCE examinera les moyens de faire face au changement climatique dans le cadre de l'examen stratégique de sa politique que Mme Lagarde a lancé au début de l'année.

Interrogée sur la question de savoir si la pandémie pourrait diluer l'importance des questions écologiques, la présidente de la BCE a déclaré que "ceux qui seraient tentés par cette option vivraient dans le regret" : "j'ai des enfants, j'ai des petits-enfants. Je ne veux simplement pas faire face à ces beaux yeux qui me demandent, à moi et aux autres, ce que j'ai fait".

La pandémie risque de changer le monde

Mme Lagarde a par ailleurs souligné que la pandémie risquait de laisser un impact durable sur le commerce mondial et les chaînes d'approvisionnement : "il se pourrait bien que cette crise particulière transforme notre perception de la mondialisation, de la proximité, des chaînes d'approvisionnement courtes du contrôle de son propre destin". Dans ce nouvel environnement, elle estime que "l'ensemble des relations et des modèles commerciaux des pays devront être revus" alors que "les pays ne peuvent pas être exclusivement dirigés et soutenus par le commerce et le commerce uniquement".

Statu quo la semaine prochaine ?

Concernant plus précisément la politique monétaire de la BCE et les nombreuses mesures prises par cette dernière pour faire face à la crise sans précédent que nous traversons, l'ancienne directrice du FMI laisse sous-entendre que la BCE ne devrait pas ajouter de nouvelles cordes à son arc lors de sa prochaine réunion la semaine prochaine. "Nous avons tellement fait que nous avons beaucoup de temps pour évaluer soigneusement les données économiques qui nous parviennent", a-t-elle déclaré.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.