Commerce, "shutdown"... Donald Trump prêt à lâcher (un peu) de lest ?

Commerce, "shutdown"... Donald Trump prêt à lâcher (un peu) de lest ?
Donald Trump après sa rencontre avec Xi Jinping, le président chinois, à Pékin en novembre 2017.

Boursier.com, publié le mardi 12 février 2019 à 20h07

Donald Trump semble avoir entendu les appels des économistes et des marchés financiers, qui craignent des dégâts sur l'économie en cas d'échec des négociations commerciales avec la Chine et en cas de nouveau "shutdown" des administrations fédérales après vendredi minuit.

Au sujet des négociations avec la Chine, qui ont repris lundi à Pékin, le président américain a affirmé mardi qu'en cas de progrès notables dans les discussions, il pourrait accorder un délai supplémentaire, au delà du 1er mars, avant de relever les droits de douane sur les produits chinois.

Commerce : la date-butoir du 1er mars n'est plus un impératif

"Si nous sommes proches d'un accord (...) je me vois bien donner du mou pendant un temps", a déclaré Donald Trump à des journalistes lors d'une réunion de membres de son cabinet, tout en soulignant qu'il préférerait ne pas avoir à le faire. Washington a jusqu'ici affirmé qu'en l'absence d'accord le 1er mars à minuit, les droits de douane passeraient de 10% (déjà imposés en 2018) à 25% sur 200 milliards de produits importés de Chine.

En outre, le président américain a répété qu'il espérait rencontrer son homologue chinois, Xi Jinping, pour conclure formellement un accord le moment venu. Il y a quelques jours, la Maison Blanche avait exclu une nouvelle rencontre entre les deux dirigeants avant la date-butoir du 1er mars.

Mur avec le Mexique : Trump n'est "pas content" mais juge improbable un nouveau "shutdown"

Après des réunions au niveau intermédiaire lundi, le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin sont arrivés mardi à Pékin. La veille, des responsables américains et chinois avaient exprimé leur optimisme quant à la possibilité d'un compromis.

Autre signal positif pour les investisseurs : les négociations entre parlementaires républicains et démocrates ont permis d'aboutir lundi soir à un accord de principe sur le financement de la sécurité aux frontières des Etats-Unis, ce qui devrait éviter une nouvelle paralysie de l'administration fédérale, moins d'un mois après le plus long "shutdown" de l'histoire du pays (35 jours à partir du 22 décembre).

A ce sujet, Donald Trump a rassuré les marchés, mardi, en jugeant qu'une nouvelle paralysie partielle de l'administration américaine semblait improbable, tout en critiquant l'accord passé lundi soir au Congrès. "Je ne peux pas dire que je sois content. Je ne peux pas dire que je sois ravi", mais "je ne pense pas que nous allons avoir un nouveau 'shutdown'", a déclaré le président.

Les marchés financiers soulagés mardi

Le compromis prévoit un financement de 1,4 Md$ pour une barrière physique entre les Etats-Unis et le Mexique, alors que Donald Trump réclamait 5,7 Mds$. Le locataire de la Maison Blanche a cependant assuré que "nous aurons un magnifique, grand et solide mur", laissant entendre qu'il envisageait d'autres moyens de le financer.

Les marchés financiers mondiaux ont progressé mardi dans l'espoir d'un accord commercial ainsi que d'une solution évitant une paralysie administrative aux Etats-Unis. Tôt mardi matin, l'indice CSI 300 de Shanghai a gagné 0,7%, tandis qu'au Japon, le Nikkei 225 a bondi de 2,6%. En Europe, l'Euro Stoxx 50 a terminé en hausse de 0,8% (+0,84% pour le CAC 40 à Paris), et aux Etats-Unis, les principaux indices boursiers gagnaient entre 1,3% et 1,5% mardi soir en séance.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.