Contraction record de l'activité manufacturière dans la zone euro en avril

Contraction record de l'activité manufacturière dans la zone euro en avril©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 04 mai 2020 à 10h01

Le secteur manufacturier de la zone euro a enregistré une très forte contraction en avril, affaibli par les mesures de confinement visant à limiter la propagation du coronavirus. L'Indice PMI final IHS Markit manufacturier ressort ainsi à 33,4 en avril, se repliant fortement par rapport à mars (44,5). L'indice s'inscrit également en dessous de sa dernière estimation Flash et affiche son plus faible niveau depuis le lancement de l'enquête en juin 1997, éclipsant ses précédents records établis au cours de la crise financière mondiale de 2009 et indiquant une dégradation considérable de la conjoncture au début du deuxième trimestre.

Chris Williamson, Chief Business Economist à IHS Markit, commente ainsi les derniers chiffres de l'enquête : "l'activité du secteur manufacturier s'est effondrée en avril, le taux de contraction surpassant de loin ceux enregistrés depuis le début du recueil des données PMI dans la zone euro, il y a près de vingt-trois ans. Cette dégradation considérable de la conjoncture industrielle résulte d'un ensemble de facteurs, notamment la fermeture de nombreuses entreprises, la chute sévère de la demande et des ruptures de stocks, tous liés à la pandémie de Covid-19. L'intensification des mesures visant à endiguer l'expansion du virus a entraîné des replis records de l'activité manufacturière dans tous les pays étudiés par l'enquête, l'Italie enregistrant la plus forte contraction".

"Les données PMI préfigurent toutefois une baisse trimestrielle de l'activité industrielle d'au moins 10% et la reprise du secteur manufacturier devrait s'avérer désespérément lente. En effet, si les entreprises parviennent à redémarrer leurs activités, elles risquent de disposer d'une capacité réduite du fait des mesures de protection du personnel adoptées pendant la crise sanitaire, et d'opérer dans un contexte de très faible demande. Non seulement les dépenses des ménages devraient rester extrêmement limitées, en raison notamment des fermetures de magasins, mais la faiblesse des achats d'intrants et de biens d'équipement des entreprises devrait elle-aussi perdurer au cours des prochains mois".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.