Contrat rempli 2016-2017 pour Exel Industries

Contrat rempli 2016-2017 pour Exel Industries©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 19 décembre 2017 à 07h24

Exel Industries boucle un exercice 2016-2017 solide sur une marge opérationnelle de 7,9% et un bilan robuste. Le groupe s'est adapté au contexte international en rendant ses actifs plus flexibles. Il dispose des ressources nécessaires pour poursuivre son expansion, alors que le chiffre d'affaires a plus que doublé en sept ans.

Le chiffre d'affaires de l'exercice clos fin septembre dernier s'établit à 874,2 millions d'euros, en hausse de 13,4%, grâce à l'envolée de la division arracheuses de betteraves, qui a bénéficié d'un gros effet de rattrapage et à la bonne tenue de la pulvérisation, notamment grand public. Le résultat opérationnel courant est en progression de 21% à 69,5 ME, ce qui représente une marge de 7,9%, contre 7,4% lors du précédent millésime. Quant au bénéfice net, il passe de 33,3 à 45,3 ME. Pas de surprise au niveau du chiffre d'affaires, déjà connu depuis quelques semaines. La moyenne des attentes de 5 analystes ressortait à 69,1 ME de résultat opérationnel courant et 43,3 ME de bénéfice net. Exel est donc très proche de ce qui était prévu.

Le management a serré la vis sur les coûts, comme il l'avait promis, avec un besoin en fonds de roulement en nette amélioration. Dans le même temps, la dette a été réduite de 42,3 ME pour revenir autour de 61,4 ME, soit un taux d'endettement inférieur à 20%. Un dividende de 1,58 euro par action sera proposé lors de la prochaine assemblée générale, en vive hausse par rapport à 1,07 euro proposé lors du précédent exercice (et aussi sur celui d'avant).

Une tendance encore positive

Les plans d'actions entamés depuis deux ans pour réduire nos stocks ont généré 22 ME de trésorerie cette année. Ils incluent la flexibilisation de notre outil de production, la mise en place de nouveaux outils de pilotage de notre supply chain, des partenariats avec les fournisseurs pour diminuer leurs délais d'approvisionnement et l'amélioration des ventes de machines d'occasion, souligne le directeur général, Guerric Ballu. Côté perspectives, les récoltes 2017 n'ont pas réservé de mauvaises surprises, loin de là puisqu'elles ont été exceptionnelles en Russie. L'attentisme devrait cependant encore dominer dans la pulvérisation agricole en France, tant que les prix des céréales resteront bas. Dans les arracheuses de betteraves, l'activité sera encore dynamique, comme la division pulvérisation et arrosage de Jardin, qui s'appuie sur le développement du réseau de distribution et les innovations. Enfin, le recentrage des ventes sur les circuits de distribution et le matériel standard pour la pulvérisation industrielle se poursuit, pour favoriser les activités les plus rentables. A plus longue échéance, le groupe espère tirer parti de l'accroissement de la population pour bénéficier de besoins en pulvérisation agricole toujours plus précis.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.