Coronavirus : 40 millions de cas confirmés dans le monde, mais Pfizer donne de l'espoir

Coronavirus : 40 millions de cas confirmés dans le monde, mais Pfizer donne de l'espoir
Bientôt un vaccin contre le covid-19 ?

Boursier.com, publié le lundi 19 octobre 2020 à 09h34

Les nouvelles contaminations au coronavirus dans le monde ont dépassé vendredi les 400.000, record quotidien, alors même que l'Europe multiplie les mesures restrictives face à la pandémie. Dans le même temps, les banques centrales confirment leur volonté d'agir et d'utiliser tous leurs outils pour soutenir l'économie. "S'il faut faire plus, nous ferons plus", a indiqué ce jour la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, dans un entretien au Monde.

Selon l'Université Johns Hopkins, près de 40 millions de cas confirmés du nouveau coronavirus ont désormais été recensés à l'échelle mondiale depuis son émergence, dont 8,15 millions aux USA, 7,55 millions en Inde et 5,22 millions au Brésil. Le virus a fait 1,113 million de morts dans le monde, dont 219.674 aux Etats-Unis, 153.675 au Brésil et 114.610 en Inde...

L'Inde a recensé 55.722 nouveaux cas au cours des vingt-quatre dernières heures, portant le bilan à 7,55 millions de cas. Le ministère de la Santé a fait état de 579 décès supplémentaires...

En Europe, c'est évidemment la France qui préoccupe le plus avec 29.837 cas supplémentaires de contaminations par le nouveau coronavirus en 24 heures, selon les chiffres publiés dimanche par les autorités sanitaires. La veille, le nombre de cas avait atteint un record de 32.427. 85 décès supplémentaires ont été signalés hier pour un bilan de 33.477 morts en France. 897.034 cas confirmés ont été recensés. Le gouvernement a ordonné l'entrée en vigueur depuis vendredi minuit d'un couvre-feu en Ile-de-France et dans huit métropoles.

Une lueur d'espoir vient toutefois du géant pharmaceutique américain Pfizer, qui a exprimé en fin de semaine dernière son espoir de pouvoir déposer en novembre une demande d'homologation du vaccin contre le coronavirus qu'il développe avec son partenaire allemand BioNTech. Ainsi, Pfizer indique qu'il pourrait demander fin novembre l'autorisation de ce vaccin potentiel aux USA, ce qui pourrait permettre de le rendre disponible dès la fin de l'année et constituerait donc un développement inattendu. Pfizer a affirmé qu'il pourrait confirmer dès ce mois l'éventuelle efficacité du vaccin. Le laboratoire et son partenaire ont cependant encore besoin de données de sécurité concernant l'essai portant sur 44.000 personnes, données qui ne seront pas disponibles avant le mois prochain.

"Donc laissez-moi être clair, sous réserve de données positives, Pfizer demandera l'Autorisation d'Utilisation d'Urgence aux Etats-Unis peu après l'atteinte du milestone de sécurité, durant la troisième semaine de novembre", a expliqué le directeur général de Pfizer, Albert Bourla, dans une lettre publiée sur le site internet du groupe. Le dirigeant du groupe dit avoir publié cette lettre afin de fournir plus de clarté concernant le timing d'un éventuel vaccin.

Sur le front économique aux USA, les opérateurs espèrent toujours un possible accord au Congrès sur un nouveau plan de relance de l'activité. La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, s'est dite hier encore optimiste concernant un accord... avant l'élection présidentielle du 3 novembre, et malgré les désaccords persistants avec l'administration Trump. La Maison blanche a proposé un plan de 1.800 milliards de dollars, alors que les démocrates exigent 2.200 milliards. En attendant l'éventuel accord, le Sénat à majorité républicaine vote après-demain sur des mesures ciblées limitées à 500 milliards de dollars.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.