Coronavirus : l'UE s'embourbe avec AstraZeneca, pendant que Biden vise les 200 millions d'inoculations

Coronavirus : l'UE s'embourbe avec AstraZeneca, pendant que Biden vise les 200 millions d'inoculations©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 26 mars 2021 à 08h36

L'actualité de la crise sanitaire est particulièrement contrastée au niveau mondial. Alors que l'Union européenne peine à se faire entendre sur le dossier AstraZeneca, le président américain Joe Biden vient pour sa part de confirmer un doublement de son objectif initial à 200 millions d'injections en 100 jours aux États-Unis. Deux salles, deux ambiances... Ailleurs dans le monde, le virus se propage à grande vitesse au Brésil, où la situation devient dramatique.

L'actualité de la crise sanitaire est particulièrement contrastée au niveau mondial. Alors que l'Union européenne peine à se faire entendre sur le dossier AstraZeneca, le président américain Joe Biden vient pour sa part de confirmer un doublement de son objectif initial à 200 millions d'injections en 100 jours aux États-Unis. Deux salles, deux ambiances... Ailleurs dans le monde, le virus se propage à grande vitesse au Brésil, où la situation devient dramatique.

L'Union européenne veut une solution 'win-win', dans son conflit actuel avec la Grande-Bretagne à propos des exportations de vaccins contre le coronavirus. C'est ce qu'a affirmé la chancelière allemande Angela Merkel à l'issue d'une réunion par visioconférence des 27. "D'un côté, nous sommes enclins à respecter les chaînes mondiales d'approvisionnement et nous voulons lutter contre le protectionnisme, mais nous voulons bien entendu aussi protéger notre propre population parce que nous savons que c'est la voie pour sortir de la crise", a résumé Merkel. "Par rapport à la Grande-Bretagne, nous voulons une situation gagnant-gagnant. Nous voulons agir avec sensibilité d'un point de vue politique".

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, constate que l'UE est le principal exportateur de vaccins dans le monde. Elle demande ainsi aux autres producteurs de vaccins de démontrer une ouverture comparable. Le bloc a exporté 77 millions de doses de vaccins anti-covid depuis le 1er décembre... Von der Leyen souligne qu'AstraZeneca doit rattraper son retard avant d'exporter hors de l'Union. La Commission a présenté avant-hier un plan destiné à renforcer le contrôle des exportations de vaccins, offrant une plus grande latitude pour bloquer les livraisons vers les pays affichant un taux de vaccination plus élevé - ce qui a alimenté le conflit avec le Royaume-Uni. Le laboratoire anglo-suédois AstraZeneca est visé, puisqu'il n'a livré qu'environ 30 millions de doses de son vaccin conçu avec Oxford contre 120 millions promises.

Emmanuel Macron a également durci le ton. Selon lui, il faut bloquer toutes les exportations de vaccins lorsqu'un laboratoire ne respecte pas ses engagements. "Nous devons tirer toutes les conséquences de la vitesse supérieure du déploiement des vaccins dans les pays hors UE", a reconnu le président français. Selon lui, "la presse britannique a tort de décrire l'UE comme nationaliste sur la question des vaccins". Néanmoins, "bloquer toutes les exportations de vaccins contre le coronavirus aurait été une erreur".

Au Brésil cette fois, la situation reste alarmante. Le pays a enregistré 100.158 nouveaux cas confirmés de contamination au coronavirus en une journée, selon les données publiées jeudi par le ministère de la Santé. 2.777 décès supplémentaires liés à l'épidémie ont été déplorés.

Pendant ce temps, le président américain Joe Biden a confirmé hier soir un nouvel objectif doublé de vaccinations contre le coronavirus aux États-Unis, disant vouloir que 200 millions de doses soient administrées sur les 100 premiers jours de son mandat. "Je pense que nous pouvons le faire", a affirmé hier Biden lors d'une conférence de presse depuis la Maison blanche. L'administration Biden avait auparavant fixé un objectif de 100 millions de vaccinations en 100 jours. Selon les données de la Maison blanche (à mercredi), 130 millions de doses ont été déjà injectées aux USA. 85 millions d'Américains ont reçu une injection et 45 millions ont même reçu les deux injections.

Selon l'Université Johns Hopkins ce vendredi, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus dans le monde depuis le début de l'épidémie se chiffre désormais à 125,5 millions, dont plus de 30 millions aux Etats-Unis, 12,3 millions au Brésil et 11,8 millions en Inde. Le virus a fait officiellement 2,75 millions de morts dans le monde, près de 547.000 aux USA et plus de 303.000 au Brésil.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.