Crédit Agricole en baisse après des résultats mitigés

Crédit Agricole en baisse après des résultats mitigés©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 14 février 2018 à 09h12

Ce matin, le Crédit Agricole est la dernière banque française du CAC40 à dévoiler ses comptes 2017, après BNP Paribas, Société Générale et Natixis. Les chiffres publiés sont éloignés des attentes, la faute à une charge fiscale exceptionnellement élevée. L'établissement a en revanche dégagé un bénéfice sous-jacent proche des prévisions. Dans un marché qui rebondit de 0,5% l'ouverture, le titre trébuche de -1,8% à 13,71 euros, ce qui est plutôt logique, compte tenu d'une publication mitigée. Pour autant, les analystes ne paniquent pas. C'est un trimestre de transition, estime Maxence Le Gouvello Du Timat, qui suit la banque verte chez Jefferies. Il recommande de profiter de l'accès de faiblesse de l'action pour acheter, lui qui vise 18,60 euros. Le spécialiste reconnaît que la comparaison est assez compliquée, compte tenu des nombreux exceptionnels, mais il a noté que ce sont les activités de marché qui ont bien tenu, tandis que la banque de détail paraît un ton en dessous, même si les tendances commerciales sont plutôt robustes. Chez Natixis, Alex Koagne est un peu déçu, même s'il note aussi que la banque d'investissement a affiché de belles performances. La division assurances constitue elle aussi une source de déception.

Trop d'impôts

Le Crédit Agricole SA (l'entité cotée du groupe) a réalisé un produit net bancaire légèrement supérieur à 4,65 milliards d'euros du quatrième trimestre 2017, en progression de 1,6% en glissement annuel, pour un résultat brut d'exploitation de 1,384 MdE et un bénéfice net de 387 ME part du groupe. Des performances inférieures au consensus réalisé par la société, qui faisait ressortir une attente de PNB à 4,705 MdsE, pour un RBE de 1,657 MdE et un bénéfice net de 861 ME. Au niveau du résultats net, la banque explique avoir subi une lourde charge fiscale, représentant -384 ME à cause du changement de règles comptables en France et aux Etats-Unis. L'établissement paie notamment dans l'hexagone la compensation de la suppression de la taxe sur les dividendes jugée inconstitutionnelle, qui entraîne un taux d'IS de 44,43% sur le trimestre, soit 10 points de plus que la normale. Les "éléments spécifiques" coûtent -490 ME au bénéfice net, qui aurait atteint environ 878 ME sans eux. Sur la totalité de 2017, le bénéfice net part du groupe atteint 3,65 MdsE.

La banque proposera à l'assemblée générale un dividende de 0,63 euro, après décision de neutraliser l'impact de la surcharge fiscale, qui aurait pesé à hauteur de 0,05 euro. Le ratio CET1 non phasé ressort à 11,7% au 31 décembre, en baisse par rapport à 2016 (12,1%), notamment à cause des acquisitions. Le retour sur fonds propres tangible sous-jacent (ROTE) atteint 11,1%, juste au-dessus de l'objectif de 11% fixé par le Plan à moyen terme pour 2019.

Les bénéficiaires du dividende majoré indemnisés

Par ailleurs, le Crédit Agricole SA confirme la suppression du dividende majoré. En guise de mesure compensatoire, il sera proposé aux bénéficiaires une indemnité égale à une action ordinaire nouvelle pour 26 actions nominatives ouvrant droit au versement d'un dividende majoré au titre de l'exercice 2017. La valeur de l'indemnité ressort à 0,56 euro par action sur la base de la moyenne récente des cours. Le montant de l'indemnité a été déterminé sur la base d'une expertise indépendante réalisée par le cabinet Ledouble, qui a fixé une fourchette 0,45 à 0,63 euro. C'est le conseil d'administration qui a fixé son niveau précis.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU