Crossject creuse ses pertes en 2020

Crossject creuse ses pertes en 2020©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 29 mars 2021 à 21h42

Malgré le contexte sanitaire, le résultat d'exploitation de Crossject résiste sur l'exercice marquant la maîtrise des dépenses externes dans un contexte de renforcement des effectifs en cohérence avec le stade de développement de la société. Au 31 décembre 2020, les produits d'exploitation s'élèvent à 5,7 millions d'euros en légère baisse de 4%, tenant compte d'un effet de base défavorable lié à l'accord Desitinet à la renégociation du contrat ZENEO Adrenaline qui avait généré en 2019 respectivement 0,5 ME de chiffre d'affaires et 1,5 ME d'autres produits. Le relatif maintien des produits d'exploitation en 2020 s'explique principalement par l'augmentation de la production immobilisée (4,6 ME versus 3,9 ME à fin 2019) dans le cadre de l'avancement du développement du portefeuille de médicaments.

Malgré le contexte sanitaire, le résultat d'exploitation de Crossject résiste sur l'exercice marquant la maîtrise des dépenses externes dans un contexte de renforcement des effectifs en cohérence avec le stade de développement de la société. Au 31 décembre 2020, les produits d'exploitation s'élèvent à 5,7 millions d'euros en légère baisse de 4%, tenant compte d'un effet de base défavorable lié à l'accord Desitinet à la renégociation du contrat ZENEO Adrenaline qui avait généré en 2019 respectivement 0,5 ME de chiffre d'affaires et 1,5 ME d'autres produits. Le relatif maintien des produits d'exploitation en 2020 s'explique principalement par l'augmentation de la production immobilisée (4,6 ME versus 3,9 ME à fin 2019) dans le cadre de l'avancement du développement du portefeuille de médicaments.

Les charges d'exploitation ressortent en hausse de 1,8 ME, passant de 14,6 ME à 16,4 ME, l'entreprise poursuivant son développement et sa structuration. L'effectif de Crossject au 31 décembre 2020 s'élève à 94 salariés, soit une progression de près de 20% par rapport à l'année dernière. Malgré la crise sanitaire et le télétravail, Crossject a poursuivi sa dynamique de recrutement principalement sur les fonctions de production et d'industrialisation, en phase avec le stade de développement de la société.

Au global, le résultat d'exploitation à fin décembre 2020 ressort à -10,7 ME, en baisse de 2 ME par rapport à décembre 2019.

Le résultat financier s'établit en recul de 0,4 ME sous l'effet du financement contractualisé en octobre 2019. Crossject comptabilise par ailleurs un résultat exceptionnel négatif lié à la provision d'un litige pour 0,5 ME, et pour lequel la société a fait appel. Après prise en compte de ces éléments et d'un Crédit Impôt Recherche en croissance (1,6 ME, contre 1,3 ME l'an passé), le résultat net ressort à -9,8 ME (-7,2 ME au 31 décembre 2019).

Au 31 décembre 2020, Crossject dispose d'une trésorerie de 8,2 ME (7,9 ME au 31 décembre 2019). Sur l'année, la société a bénéficié d'un PGE de 6 ME et d'une levée d'obligations convertibles de 5,2 ME encaissées en décembre qui sont venus conforter sa situation financière dans le contexte de développement de l'entreprise (capacité d'autofinancement à -5 ME) et d'investissements sur le process industriel (flux d'investissement à -6,1 ME).

"En 2020, Crossject a poursuivi son développement malgré les conséquences de la crise sanitaire grâce à l'implication sans faille de ses collaborateurs - et je les en remercie. Ainsi, la production a repris très rapidement en sortie du 1er confinement, nous avons ouvert une filiale aux Etats-Unis pour intensifier notre présence commerciale sur ce territoire, et nous avons poursuivi nos opérations de sécurisation et de consolidation de notre outil industriel. La levée de fonds en décembre dernier de 12 ME, conjuguée à l'aide de 1,5 ME accordée dans le cadre du plan de relance, nous permet d'aborder 2021 avec sérénité. Nous allons concentrer nos efforts sur l'élaboration des éléments constitutifs des dossiers de demande d'AMM1 et la poursuite de la montée en capacité de notre outil industriel en préparation des futures commercialisations des médicaments. Lors de sa visite à Gray en février 2021, M. Bruno Le Maire, Ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance, a loué la " haute technologie " de ZENEO et sa " forte valeur ajoutée ", le qualifiant de " fascinant " et de "révolutionnaire". Cette reconnaissance a touché toutes les équipes de Crossject, fières de contribuer au développement de médicaments qui vont sauver des vies", commente Patrick Alexandre, Président du Directoire de Crossject.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.